1. RAPPELER A TOUS LES DIRIGEANTS DES PAYS DU MONDE, AUX PÈRES ET MÈRES DE FAMILLE QUE LES TRAFIQUANTS DE DROGUE POUR VENDRE LEUR CANNABIS MENTENT ET L’APPELLENT CANNABIS MÉDICINAL, ALORS QUE LES MÉDECINS EUX-MÊMES PRÉVIENNENT QUE « la majorité des cas de psychoses et de troubles mentaux associés à la consommation de drogue est liée au cannabis. » CF DÉTAILS CI DESSOUS. … 2. ET NOUS RAPPELONS A L’ORDRE LA ZAMBIE, ZIMBABWE LESOTHO QUE LE FAIT DE FAIRE VOTER A VOS PARLEMENTS LA LÉGALISATION DU CANNABIS NE REND PAS SA PRODUCTION SA VENTE ET SA CONSOMMATION LÉGALES CAR LE CANNABIS EST INTERDIT PAR LES LOIS INTERNATIONALES QUI SONT AU DESSUS DES LOIS NATIONALES. TOUS LES DIRIGEANTS DES PAYS QUI ONT LÉGALISÉ LE CANNABIS SONT EN VIOLATION DU DROIT INTERNATIONAL ET RISQUENT DES SANCTIONS DE LA PART DE L’OFFICE DES NATIONS UNIES CONTRE LA DROGUE ET LE CRIME.

RAPPELER A TOUS LES DIRIGEANTS DES PAYS DU MONDE, AUX PÈRES ET MÈRES DE FAMILLE QUE LES TRAFIQUANTS DE DROGUE POUR VENDRE LEUR CANNABIS MENTENT ET L’APPELLENT CANNABIS MÉDICINAL, ALORS QUE LES MÉDECINS EUX-MÊMES PRÉVIENNENT QUE   »la majorité des cas de psychoses et de troubles mentaux associés à la consommation de drogue est liée au cannabis. » CF DÉTAILS CI DESSOUS.

http://dependancemontreal.ca

Le cannabis, première drogue associée aux psychoses

8 février 2014 | Isabelle Paré | Actualités en société

Point besoin de sombrer dans les drogues de synthèse ou les drogues dures pour précipiter un épisode psychotique ou des troubles mentaux chez une personne apparemment saine d’esprit. En fait, la majorité des cas de psychoses et de troubles mentaux associés à la consommation de drogue est liée au cannabis.

Tel est le portrait tracé par les spécialistes contactés par Le Devoir, dans la foulée de l’enquête publique annoncée par le coroner en chef sur le décès d’Alain Magloire, un itinérant en crise, abattu par les policiers le 6 février dernier. La vie de cet ex-chercheur en biochimie aurait basculé tard dans la vingtaine, après la consommation de drogue dans un rave.

Si aucun des experts contactés n’affirme d’emblée que la drogue peut déclencher à elle seule la maladie mentale, tous soutiennent que celle-ci offre un terreau fertile à l’apparition de troubles mentaux importants chez des individus présentant une vulnérabilité génétique.


Le cannabis associé à la psychose


« Des études longitudinales ont prouvé que la consommation de cannabis augmente le risque de schizophrénie et de psychose. Dans ces cas, le lien est lien démontré. Un jeune qui consomme de façon récréative peut développer un trouble s’il a une vulnérabilité, une prédisposition », insiste la Dre Patricia Garel, psychiatre à l’unité interne des jeunes adolescents au CHU Sainte-Justine.

Cette spécialiste s’inquiète d’ailleurs du nombre accru de jeunes reçus à l’urgence pour psychoses liées à la consommation de drogue. Et surtout, de la diminution de l’âge de ces patients.


« C’est inquiétant, car plus la consommation commence tôt, plus le risque de psychose est augmenté, et la gravité de la maladie accrue », ajoute cette médecin.

Mêmes échos au Centre hospitalier de l’Université de Montréal, où la psychiatre Amal Abdel-Baki, chef du programme des jeunes adolescents psychotiques au CHUM, traite chaque année 250 patients affectés de troubles mentaux divers. De ce nombre, le quart consomme de la marijuana.


« Ce que l’on voit le plus chez les jeunes, ce sont des psychoses induites par le cannabis, à cause de la grande prévalence de la consommation de cannabis. Les psychostimulants sont plus dommageables, mais moins utilisés », affirme cette clinicienne.

La Dre Abdel-Baki déplore la croyance populaire voulant que seules les drogues dures puissent endommager le cerveau. « Le cannabis est banalisé parce que les parents en ont eux-mêmes consommé. Cette banalisation augmente le risque de déclencher des psychoses tôt dans la vie. La légalisation, ça nous inquiète », avoue la Dre Abdel-Baki, qui observe des cas de consommation dès l’école primaire.

La majorité des psychoses et des troubles mentaux se développent entre 25 et 35 ans chez les femmes, et entre 15 et 25 ans chez les hommes. Mais de 15 à 20 % surviennent à l’âge adulte. Dans la population, l’incidence de la psychose est assez faible, de 1 à 3 %.

Départager la part jouée par les drogues dans l’apparition de troubles mentaux est très complexe, compte tenu de la constellation de facteurs qui entrent en jeu dans le déclenchement de ces maladies. Les facteurs génétiques et ceux liés à divers stresseurs sociaux majeurs — dont la drogue — s’entremêlent.


« Plusieurs maladies mentales sont exacerbées par la consommation de drogue, dont les troubles de la personnalité, les troubles anxieux et la dépression, pas seulement la psychose », ajoute le Dr François Noël, psychiatre en chef de la clinique Cormier-Lafontaine.


« Les drogues sont des stresseurs majeurs. On peut les comparer aux stresseurs sociaux, comme les guerres, qui ne rendent pas tout le monde malade, mais qui peuvent entraîner des syndromes de stress post-traumatiques graves chez plusieurs personnes », compare la Dre Abdel-Baki.

# IL EST TEMPS QUE LES MÉDECINS DE TOUS LES PAYS DU MONDE SE MOBILISENT CONTRE LE CANNABIS, POUR DÉFENDRE LA SANTE MENTALE DE TOUS LES ÊTRES HUMAINS DE TOUS LES PAYS DU MONDE, CONTRE POLITICIENS QUI DIRIGENT NOS PAYS ET QUI SONT SOUVENT ASSOCIÉS A DES MULTINATIONALES POUR SE REMPLIR LES POCHES, ET QUI DONC AU NIVEAU DES PARLEMENTS, VOTENT DES LOIS AVANTAGEUSES POUR LEURS AFFAIRES MÊME SI CES LOIS PEUVENT ALTÉRER LA SANTE MENTALE DES POPULATIONS;   ALORS QUE TOUTE LOI QUI EST SUSCEPTIBLE DE MENACER LA SANTE DES PERSONNES VIVANT DANS TOUTE SOCIÉTÉ, POUR AVOIR UNE LEGITIMITE, DOIT ÊTRE SOUMISE A UNE CONSULTATION RÉFÉRENDAIRE AFIN D’AVOIR L’AVAL OU LE REJET LEGITIME DES PERSONNES VIVANT DANS CE GROUPE. IL N’EST DONC PAS QUESTIONS QUE DES POLITICIENS AFFAIRISTES COMME JUSTIN TRUDEAU IMPOSENT LA CONSOMMATION DU CANNABIS A PASSANT PAR LE VOTE DE SES AMIS POLITICIENS-AFFAIRISTES DU PARLEMENT, ALORS QUE POUR AVOIR UNE LÉGITIMITÉ (VU QUE CETTE LOI AUTORISANT LA CONSOMMATION DU CANNABIS MENACERA LA SANTE MENTALE DES POPULATIONS), CETTE LOI NE DOIT ETRE VALIDE QUE SI ELLE EST ADOPTEE PAR REFERENDUM.

NB: JE RAPPELLE A TOUS LES MÉDECINS DE TOUS LES PAYS DU MONDE, QU’ILS FONT PARTIE INTÉGRANTE DE LA SOCIÉTÉ, ET QUE VU QUE LEURS ETUDES LEUR PERMETTENT D’AVOIR UNE MAÎTRISE DE LEUR DOMAINE, ILS ONT LE DEVOIR DE MONTER AU CRÉNEAU POUR ÉCLAIRER LE MONDE ET / OU LES POPULATIONS SUR LES DANGERS QUI LES MENACENT, DANS CE CAS PRÉCIS PAR LA LÉGALISATION DE LA CONSOMMATION DU CANNABIS, PAR LES POLITICIENS-HOMMES D’AFFAIRES PRÉOCCUPÉS A SE REMPLIR LES POCHES A TRAVERS LES MULTINATIONALES DANS LESQUELLES EUX OU LEURS PARTENAIRES DÉTIENNENT DES ACTIONS . → LES MÉDECINS ONT UNE RESPONSABILITÉ DANS LA PROTECTION DE LA SANTE PHYSIQUE ET / OU MENTALE DE LA POPULATION: ET C’EST EN SE  MOBILISANT POUR INFORMER LA POPULATION QU’ILS AURONT REMPLI LEUR DEVOIR.

NB: JE RAPPELLE QUE SUR LE DOSSIER DE L’HOMOSEXUALITÉ CF LA SODOMIE, MALGRÉ NOS APPELS RÉPÉTÉS POUR OBLIGER LES MÉDECINS A MONTER AU CRÉNEAU POUR ALERTER SUR LES DANGERS DE LA SODOMIE QUI CONDUIT A L’INCONTINENCE FÉCALE, AUCUN MÉDECIN N’EST MONTÉ AU CRÉNEAU, ET TOUS ONT TRAHI LEUR SERMENT EN LAISSANT LES POLITICIENS PROMOUVOIR LA SODOMIE C’EST A DIRE L’HOMOSEXUALITÉ: DES LOIS DANGEREUSES ONT DONC ÉTÉ VOTÉES PAR LES PARLEMENTAIRES QUI ONT AINSI IMPOSÉ LEUR DICTATURE A LA POPULATION QUI SEULE AVAIT LA LÉGITIMITÉ DE SE PRONONCER PAR RÉFÉRENDUM SUR UN SUJET AUSSI SENSIBLE, AUSSI INTIME.

AUJOURD’HUI NOUS RAPPELONS AUX MÉDECINS QU’ILS FONT PARTIE DE  LA PLANÈTE TERRE, DE LA SOCIÉTÉ DES ÊTRES HUMAINS, ET QU’ILS ONT LE DEVOIR D’APPORTER LA LUMIÈRE DE LEUR SCIENCE  A TRAVERS DES CONFÉRENCES DE PRESSE, POUR ÉCLAIRER LES POPULATIONS, AFIN QU’ELLES PUISSENT S’OPPOSER EN TOUTE LÉGITIMITÉ AUX POLITICIENS QUI NOUS DIRIGENT QUAND ILS RUSENT POUR IMPOSER PAR LA DICTATURE DE LEURS PARTENAIRES AUX PARLEMENTS, DES LOIS NOCIVES POUR LA POPULATION.

2. ET NOUS RAPPELONS A L’ORDRE LA zambie zimbabwé lésothoZAMBIE, ZIMBABWE LESOTHO QUE LE FAIT DE FAIRE VOTER A VOS PARLEMENTS LA LÉGALISATION DU CANNABIS NE REND PAS SA PRODUCTION SA VENTE ET SA CONSOMMATION LÉGALES CAR LE CANNABIS EST INTERDIT PAR LES LOIS INTERNATIONALES  ONU DC1 QUI SONT AU DESSUS DES LOIS NATIONALES. TOUS LES DIRIGEANTS DES PAYS QUI ONT LÉGALISÉ LE CANNABIS SONT EN VIOLATION DU DROIT INTERNATIONAL ET RISQUENT DES SANCTIONS DE LA PART DE L’OFFICE DES NATIONS UNIES CONTRE LA DROGUE ET LE CRIME.

Madame Ndèye KHady BA



AFIN D’ÉVITER UN NOUVEAU BAIN DE SANG PROVOQUÉ ENCORE EN CÔTE D’IVOIRE PAR LE MÊME CHEF DE GUERRE ALASSANE WATARA , NOUS EXHORTONS SOLENNELLEMENT LA C.E.D.E.A.O., L’UNION AFRICAINE ET L’ONU A PRENDRE LES DEVANTS POUR EMPÊCHER ALASSANE WATARA DE VIOLER LA CONSTITUTION IVOIRIENNE EN SE PRÉSENTANT POUR UN TROISIÈME MANDAT AUX ELECTIONS PRÉSIDENTIELLES DE 2020.

METTRE EN GARDE alassane wataraLE CHEF DE GUERRE ALASSANE WATARA CONTRE TOUTE TENTATIVE DE DÉSTABILISER LA COTE D’IVOIRE EN VIOLANT LA CONSTITUTION IVOIRIENNE PAR LA QUÊTE D’UN TROISIÈME MANDAT ALORS QUE LA CONSTITUTION N’EN AUTORISE QUE DEUX.

APRES SES CRIMES LE-LONG DE LA GOUVERNANCE GBAGBO (ENTRE 2000 DATE DE LA VICTOIRE L. GBAGBO ET 2010 DATE DES PRÉSIDENTIELLES CINQ FOIS REPORTÉES A CAUSE DÉSTABILISATION DU CHF DE GUERRES AL ASSANE WATARA ),  ET LORS DE LA CRISE POST ÉLECTORALE DE 2010, OU IL A MARCHÉ SUR LE CORPS DE SES VICTIMES POUR ACCORDER AU POUVOIR, AL ASSANE WATARA REVIENT EN 2020 POUR DÉSTABILISER A NOUVEAU LA COTE D’IVOIRE EN VIOLANT LA CONSTITUTION IVOIRIENNE SOUS LE PRÉTEXTE IRRESPONSABLE QU’ILS N’ONT PAS UN CANDIDAT SUSCEPTIBLE .D’ÊTRE ÉLU PRÉSIDENT SUITE AU DÉCÈS  DE AMADOU GON COULIBALY AMADOU GON COULIBALY.

→ MAIS MONSIEUR LE CHEF DE GUERRE ALASSANE WATARA, SI VOUS N’AVEZ PAS DE CANDIDAT POUR LES ELECTIONS IVOIRIENNES DE 2020, ATTENDEZ SIMPLEMENT LES ELECTIONS DE 2025 ET ENTRE TEMPS PRÉPAREZ UN AUTRE CANDIDAT; VOUS NE POUVEZ PAS CONTINUER A VIOLER LA CONSTITUTION IVOIRIENNE ET A ORGANISER LA VIOLENCE   AUTOUR DE VOUS CHAQUE FOIS  QU’UNE SITUATION NE VOUS CONVIENT PAS,  ET ACCÉDER AU POUVOIR APRES AVOIR POUSSÉ LES POPULATIONS A S’AFFRONTER A MORT!

NB: EN TOUT CAS MONSIEUR LE CHEF DE GUERRE ALASSANE WATARA, SACHEZ NOUS VOUS AVONS A L’ŒIL ET NOUS AVONS ASSEZ D’ÉLÉMENTS DE PREUVES SUR LES CRIMES QUE VOUS AVEZ PERPÉTRÉS ENTRE 2000 ET 2010 ET NOUS LES ENVERRONS A LA COUR PÉNALE INTERNATIONALE ACCOMPAGNÉS DES CRIMES QUI SERONT COMMIS A PARTIR DE 2020 SUITE A VOTRE CANDIDATURE AUX PRÉSIDENTIELLES ANTI-CONSTITUTIONNELLE; CAR IL EST ÉVIDENT QUE L’OPPOSITION IVOIRIENNE N’ACCEPTER A PAS  VOTRE CANDIDATURE ANTI-CONSTITUTIONNELLE, ET NOUS NE SERONS PAS SURPRIS QUE D’AUTRES IVOIRIENS AFFICHENT LEUR OPPOSITION A VOTRE CANDIDATURE ANTI-CONSTITUTIONNELLE EN PRENANT LES ARMES.

AFIN D’ÉVITER UN NOUVEAU BAIN DE SANG PROVOQUÉ ENCORE EN CÔTE D’IVOIRE PAR LE MÊME  CHEF DE GUERRE ALASSANE WATARA , NOUS EXHORTONS SOLENNELLEMENT LA C.E.D.E.A.O., L’UNION AFRICAINE ET L’ONU   cedeaoembleme_de_lunion_africaine ONUA PRENDRE LES DEVANTS POUR EMPÊCHER ALASSANE WATARA DE VIOLER LA CONSTITUTION IVOIRIENNE EN SE PRÉSENTANT POUR UN TROISIÈME MANDAT AUX ELECTIONS PRÉSIDENTIELLES DE 2020.

Madame Ndèye Khady Ba



EXHORTER LA C.E.D.E.A.O., L’UNION AFRICAINE ET L’ONU A PRENDRE LES DEVANTS POUR EMPÊCHER LE CRIMINEL FRANCOIS BOZIZE CHEF DES ANTI-BALANKA DE PARTICIPER AUX PROCHAINES ELECTIONS DE LA RÉPUBLIQUE CENTRAFRICAINE, EN PRÉSENTANT SIMPLEMENT A LA COUR PÉNALE INTERNATIONALE LES ÉLÉMENTS DE PREUVES CF LES TRANSFERTS D’ARGENT QU’ILS FAISAIT PARVENIR AUX ANTI-BALACA PAR WESTERN UNION POUR FINANCER LEURS CRIMES.

EXHORTERcedeaoLA C.ED.E.A.O. ET  embleme_de_lunion_africaineL’UNION AFRICAINE ET L’ONU ONU  A PRENDRE LES DEVANTS POUR EMPÊCHER LE CRIMINEL FRANCOIS BOZIZE CHEF DES ANTI-BALANKA DE PARTICIPER AUX PROCHAINES ELECTIONS DE LA RÉPUBLIQUE CENTRAFRICAINE, EN PRÉSENTANT  SIMPLEMENT cpi A LA COUR PÉNALE INTERNATIONALE  LES ÉLÉMENTS DE PREUVES CF LES TRANSFERTS D’ARGENT QU’ILS FAISAIT PARVENIR AUX  F-BOZIZE ET LES ANTI-BALAKAANTI-BALACA PAR  WESTERN UNION POUR FINANCER LEURS CRIMES.

APRES AVOIR LAMENTABLEMENT  ÉCHOUÉ A LA TÈTE DE LA RÉPUBLIQUE CENTRAFRICAINE PAR UNE GESTION DE STAGNATION ET DE RÉGRESSION, DE CORRUPTION ET DE VOLS DE DENIERS PUBLICS, FRANCOIS BOZIZE  QUI EST UN HOMME ASSOIFFÉ DE POUVOIR QUI APRES AVOIR FUI LA R.C.A.  PENDANT LES VIOLENCES VEUT REVENIR POUR CONTINUER A PLONGER LE PEUPLE DE LA R.C.A. DANS LA MISÈRE. 

FRANCOIS BOZIZELE CRIMINEL FRANCOIS BOZIZE  QUI NE JOUIT PLUS DE SES DROITS CIVIQUES NE DOIT JAMAIS REVENIR A LA TÈTE DE LA R.C.A.

→ MAIS NOUS NE RESTERONS PAS LES BRAS CROISÉS EN PERMETTANT A CE CRIMINEL FRANCOIS BOZIZE  QUI NE JOUIT PLUS DE SES DROITS CIVIQUES DE REVENIR A LA TÈTE DE LA R.C.A. NOUS DÉPOSERONS NOUS-MÊME UNE PLAINTE AUPRÈS DE tatou bensoudaLA PROCUREURE DE LA COUR PÉNALE INTERNATIONALE MADAME FATOU BEN SOUDA, CONTRE FRANCOIS BOZIZE POUR MASSACRE, VIOLS ET PERSÉCUTIONS DU PEUPLE CENTRAFRICAIN SANS AUCUNE PITIÉ POUR LES FEMMES ET LES ENFANTS QU’ELLES PORTAIENT AU DOS … IL EST TEMPS QUE LES ASSASSINS RESTENT EN PRISON POUR LA SÉCURITÉ DES CITOYENS BIENVEILLANTS!

Madame Ndèye Khady Ba

 



1. EXHORTER TOUS LES PEUPLES CROYANTS DU MONDE CHRÉTIENS, JUIFS ET MUSULMANS DE MÊME QUE TOUS LES PEUPLES DU MONDE ÉPRIS DE JUSTICE (NOTONS QUE LES LOIS DU MONDE ONT ÉTÉ ÉCRITE EN S’APPUYANT SUR LA LOI DE DIEU) A RESPECTER LES SANCTIONS QUI SERONT PRISES PAR LA COMMUNAUTÉ INTERNATIONALE CONTRE LA CHINE DONT LES AUTORITÉS REGROUPÉES AU SEIN DU PARTI COMMUNISTE CHINOIS SONT DEVENUES UNE TERRIBLE MENACE POUR LE PEUPLE CHINOIS (QU’IL CONSIDÈRE COMME UNE RÉSERVE FINANCIÈRE CAR QUAND ILS TUE UN CHINOIS SURTOUT LES OUÏGHOURS, ILS VENDENT SES ORGANES ET EN TIRENT UN DEMI MILLION DE DOLLARS ); ….. SONT DEVENUES UNE TERRIBLE MENACE POUR LA PAIX ET LA SÉCURITÉ DU MONDE. 2. EXHORTER L’OCI ET LA LIGUE ISLAMIQUE MONDIALE A EXPULSER DE L’IRAN DE L’ORGANISATION PRÉCISÉMENT PARCE QU’EN CONTINUANT A COLLABORER AVEC XI JINPING ET SES COMPLICES DU PARTI COMMUNISTE CHINOIS LES AUTORITÉS IRANIENNES FERMENT LES YEUX SUR LES CRIMES PERPÉTRÉS PAR LE PARTI COMMUNISTE CHINOIS SUR LES OUÏGOURS DANS POUR XINJIANG ET DONC VIOLENT LES RÈGLES DE L’ISLAM …. 3. ….

https://youtu.be/xDLtMYazlmc

EXHORTES TOUS LES PEUPLES CROYANTS DU MONDE juij, chrétien et musulman  chrétien et musulman sont frères en Dieu qui nous a tous créésCHRÉTIENS, JUIFS ET MUSULMANS DE MÊME QUE TOUS LES PEUPLES DU MONDE ÉPRIS DE JUSTICE (NOTONS QUE LES LOIS DU MONDE ONT ÉTÉ ÉCRITE EN S’APPUYANT SUR LA LOI DE DIEU) A RESPECTER LES SANCTIONS QUI SERONT PRISES PAR LA COMMUNAUTÉ INTERNATIONALE CONTRE LA CHINE DONT LES AUTORITÉS REGROUPÉES AU SEIN DU PARTI COMMUNISTE CHINOIS SONT DEVENUES UNE TERRIBLE MENACE POUR LE PEUPLE CHINOIS (QU’IL CONSIDÈRE COMME UNE RÉSERVE FINANCIÈRE CAR QUAND ILS TUE UN CHINOIS SURTOUT LES OUÏGHOURS, ILS VENDENT SES ORGANES ET EN TIRENT  UN DEMI MILLION DE DOLLARS ); LES AUTORITÉS REGROUPÉES AU SEIN DU PARTI COMMUNISTE CHINOIS SONT DEVENUES UNE TERRIBLE MENACE POUR LA PAIX ET LA SÉCURITÉ DU MONDE.

tibet sur la cartexixiang sur la carte

tibétains et ouighours manifestent à Paris  XI JINPING ASSASSIN

2. EXHORTEROCI-1         Etats membresde la ligue

L’OCI ET LA LIGUE ISLAMIQUE MONDIALE A EXPULSER DE L’IRAN DE L’ORGANISATION PRÉCISÉMENT PARCE QU’EN CONTINUANT A COLLABORER AVEC XI JINPING ET SES COMPLICES DU PARTI COMMUNISTE CHINOIS LES AUTORITÉS IRANIENNES FERMENT LES YEUX SUR LES CRIMES PERPÉTRÉS PAR LE PARTI COMMUNISTE CHINOIS SUR LES OUÏGOURS DANS POUR XINJIANG ET DONC VIOLENT LES RÈGLES DE L’ISLAM QUI NON SEULEMENT  A INTERDIT TOUT CRIME, MAIS A ORDONNÉ AUX MUSULMANS DE SE SOUTENIR LES UNS LES AUTRES POUR COMBATTRE TOUT ENNEMI DE L’ISLAM: DE SE LIGUER POUR DÉTRUIRE TOUT CRIMINEL.

3. EXHORTER LES DIRIGEANTS DE TOUS LES PAYS DU MONDE A SE MOBILISER  AU NIVEAU DE L’ASSEMBLÉE GÉNÉRALE DE L’ONU dirigeants du monde a l'assemblée générale de l'onuPOUR SANCTIONNER ET DÉMANTELER LE PARTI COMMUNISTE CHINOIS AU SEIN DUQUEL SONT REGROUPÉS DE VÉRITABLES CRIMINELS QUI ONT FAIT DE LA CHINE UN ETAT- VOYOU. LA CHINE DOIT ETRE MISE SOUS EMBARGO  TERRE, AIR, MER (JUSQU’À CE QUE LE PEUPLE CHINOIS SE SOULÈVE CONTRE LE PARTI COMMUNISTE CHINOIS) POUR VANDALISME COMMERCIAL, POUR CRIME ÉCOLOGIQUE AVEC LA DESTRUCTION DES FORETS AFRICAINES OU LA CHINE VOLS DU BOIS ET MASSACRES LES PACHYDERMES POUR VOLER LEUR IVOIRE; POUR GÉNOCIDE SUR LE PEUPLE OUÏGOUR AVEC VENTE DE LEURS ORGANES. ….

Madame Ndèye Khady Ba



1. INFORMER XI JINPING LE CHEF DE L’ORGANISATION CRIMINELLE DÉNOMMÉE PARTI COMMUNISTE CHINOIS, QU’IL EST IMPOSSIBLE QUE VOUS GAGNIEZ DANS VOTRE GUERRE CONTRE LE DROIT INTERNATIONAL CAR LES DIRIGEANTS DE TOUS LES PAYS DU MONDE SE LIGUERONT POUR VOUS DÉFAIRE COMME ILS ONT DÉFAIT ADOLF HITLER…. 2. INFORMER XI JINPING LE CHEF DE L’ORGANISATION CRIMINELLE DÉNOMMÉE PARTI COMMUNISTE CHINOIS, QU’IL EST IMPOSSIBLE QUE VOUS GAGNIEZ DANS VOTRE GUERRE CONTRE LES LOIS DU SEIGNEUR DIEU QUI A CRÉÉ LA TERRE SUR LAQUELLE VOUS VIVEZ ET Y A INTERDIT LES MÉTHODES QUE VOUS UTILISEZ I.E. SEMER LA CORRUPTION SUR TERRE ET FAIRE COULER LE SANG DES ÊTRES HUMAINS QU’IL A CRÉÉS (CF MES ARTICLES PRÉCÉDENTS). EN EFFET PARMI LES DIX COMMANDEMENTS DE DIEU CONTENUS DANS LES TROIS RELIGIONS RÉVÉLÉES (JUIVE, CHRÉTIENNE, MUSULMANE) SE TROUVENT CES QUATRE RÈGLES QUE VOUS VIOLEZ SANS VERGOGNE: « AIMERAS TON PROCHAIN COMME TOI-MÊME; TU NE TUERAS POINT; TU NE CONVOITERAS PAS LE BIEN DE TON PROCHAIN; TU NE VOLERAS POINT »…..

 1. INFORMER  XI JINPING LE CHEF DE L’ORGANISATION CRIMINELLE DÉNOMMÉE PARTI COMMUNISTE CHINOIS, QU’IL EST IMPOSSIBLE QUE VOUS GAGNIEZ DANS VOTRE  GUERRE CONTRE LE DROIT INTERNATIONAL CAR LES DIRIGEANTS DE  TOUS LES PAYS DU MONDE SE LIGUERONT POUR VOUS DÉFAIRE COMME ILS ONT DÉFAIT ADOLF HITLER.

→ PRÉCISÉMENT PARCE QUE VOUS MENACEZ LA PAIX ET LA SÉCURITÉ DU MONDE,  ET PAR LE VANDALISME COMMERCIAL, PAR VOS CRIMES ÉCOLOGIQUES AVEC LA DESTRUCTION DES FORETS AFRICAINES OU LA CHINE VOLS DU BOIS ET MASSACRES LES PACHYDERMES POUR VOLER LEUR IVOIRE; PAR GÉNOCIDE SUR LE PEUPLE OUÏGOUR AVEC VENTE DE LEURS ORGANES DE MÊME QUE PAR VOS PERSÉCUTIONS SUR LE PEUPLE TIBÉTAIN.. 

xixiang sur la carte      tibet sur la carte

XI JINPING ASSASSIN   tibétains et ouighours manifestent à Paris

https://www.dailymotion.com/video/xbllop

 2. INFORMER  XI JINPING LE CHEF DE L’ORGANISATION CRIMINELLE DÉNOMMÉE PARTI COMMUNISTE CHINOIS, QU’IL EST IMPOSSIBLE QUE VOUS GAGNIEZ DANS VOTRE GUERRE CONTRE LES LOIS DU SEIGNEUR DIEU  QUI A CRÉÉ LA TERRE SUR LAQUELLE VOUS VIVEZ ET Y A INTERDIT LES MÉTHODES QUE VOUS UTILISEZ I.E. SEMER LA CORRUPTION SUR TERRE ET FAIRE  COULER LE SANG DES ÊTRES HUMAINS QU’IL A CRÉÉS (CF MES ARTICLES PRÉCÉDENTS). EN EFFET  PARMI LES DIX COMMANDEMENTS DE DIEU CONTENUS DANS LES TROIS RELIGIONS RÉVÉLÉES (JUIVE, CHRÉTIENNE, MUSULMANE) SE TROUVENT CES QUATRE RÈGLES QUE VOUS VIOLEZ SANS VERGOGNE:  « AIMERAS TON PROCHAIN COMME TOI-MÊME; TU NE TUERAS POINT; TU NE CONVOITERAS PAS LE BIEN DE TON PROCHAIN; TU NE VOLERAS POINT ».

juij, chrétien et musulman

 

pape françois  OCI-1

→C’EST POURQUOI J’APPELLE SOLENNELLEMENT LEUR DEVOIR  LES DISCIPLES DES TROIS ENVOYÉS DU SEIGNEUR DIEU QUE SONT LE PROPHÈTE MOÏSE (PSL), LE PROPHÈTE JÉSUS CHRIST (PSL), LE PROPHÈTE MOUHAMMAD (PSL, ) A SE MOBILISER POUR APPLIQUER LA DISPOSITION 3. DE CET ARTICLE ET METTRE UN TERME AUX CRIMES DE MEURTRES, DE VOLS ET DE CORRUPTION INTERDIT PAR LE SEIGNEUR DIEU QUE XI JINPING ET LE PARTI COMMUNISTE CHINOIS COMMETTENT A L’INTÉRIEUR DE LA CHINE ET DANS TOUS LES PAYS DU MONDE. 

 3. EXHORTER LES DIRIGEANTS DE TOUS LES PAYS DU MONDE A SE MOBILISER  AU NIVEAU DE L’ASSEMBLÉE GÉNÉRALE DE L’ONU dirigeants du monde a l'assemblée générale de l'onuPOUR SANCTIONNER ET DÉMANTELER LE PARTI COMMUNISTE CHINOIS AU SEIN DUQUEL SONT REGROUPÉS DE VÉRITABLES CRIMINELS QUI ONT FAIT DE LA CHINE UN ETAT- VOYOU. LA CHINE DOIT ETRE MISE SOUS EMBARGO  TERRE, AIR, MER (JUSQU’À CE QUE LE PEUPLE CHINOIS SE SOULÈVE CONTRE LE PARTI COMMUNISTE CHINOIS) POUR VANDALISME COMMERCIAL, POUR CRIME ÉCOLOGIQUE AVEC LA DESTRUCTION DES FORETS AFRICAINES OU LA CHINE VOLS DU BOIS ET MASSACRES LES PACHYDERMES POUR VOLER LEUR IVOIRE; POUR GÉNOCIDE SUR LE PEUPLE OUÏGOUR AVEC VENTE DE LEURS ORGANES. ….

Madame Ndèye Khady Ba

 



EXHORTER LES DIRIGEANTS DE TOUS LES PAYS DU MONDE A SE MOBILISER POUR SANCTIONNER ET DÉMANTELER LE PARTI COMMUNISTE CHINOIS AU SEIN DUQUEL SONT REGROUPÉS DE VÉRITABLES CRIMINELS QUI ONT FAIT DE LA CHINE UN ETAT- VOYOU. LA CHINE DOIT ETRE MISE SOUS EMBARGO TERRE, AIR, MER (JUSQU’À CE QUE LE PEUPLE CHINOIS SE SOULÈVE CONTRE LE PARTI COMMUNISTE CHINOIS) POUR VANDALISME COMMERCIAL, POUR CRIME ÉCOLOGIQUE AVEC LA DESTRUCTION DES FORETS AFRICAINES OU LA CHINE VOLS DU BOIS ET MASSACRES LES PACHYDERMES POUR VOLER LEUR IVOIRE; POUR GÉNOCIDE SUR LE PEUPLE OUÏGOUR AVEC VENTE DE LEURS ORGANES. ….

EXHORTER LES DIRIGEANTS DE TOUS pays du mondeLES PAYS DU MONDE A SE MOBILISER POUR SANCTIONNER ET DÉMANTELER LE PARTI COMMUNISTE CHINOIS AU SEIN DUQUEL SONT REGROUPÉS DE VÉRITABLES CRIMINELS QUI ONT FAIT DE LA CHINE UN ETAT- VOYOU. LA CHINE DOIT ETRE MISE SOUS EMBARGO  TERRE, AIR, MER (JUSQU’À CE QUE LE PEUPLE CHINOIS SE SOULÈVE CONTRE LE PARTI COMMUNISTE CHINOIS) POUR VANDALISME COMMERCIAL, POUR CRIME ÉCOLOGIQUE AVEC LA DESTRUCTION DES FORETS AFRICAINES OU LA CHINE VOLS DU BOIS ET MASSACRES LES PACHYDERMES POUR VOLER LEUR IVOIRE; POUR GÉNOCIDE SUR LE PEUPLE OUÏGOUR AVEC VENTE DE LEURS ORGANES. 
→ AFIN QUE LA CHINE NE PUISSE PLUS MENACER LA VIE DES ÊTRES HUMAINS peupleEN CHINE ET HORS DE LA CHINE, IL EST IMPÉRATIF QUE LES DIRIGEANTS DE TOUS LES PAYS DU MONDE DÉMANTÈLENT LE PARTI COMMUNISTE CHINOIS EN COMMENÇANT PAR:  VOTER UNE RÉSOLUTION A dirigeants du monde a l'assemblée générale de l'onuL’ASSEMBLÉE GÉNÉRALE DE L’ONU POUR AFIN DE METTRE UN TERME : 1. NON SEULEMENT A LA MENACE DES DIRIGEANTS DE LA CHINE SUR LA PAIX ET LA SÉCURITÉ DU MONDE; 2. MAIS SURTOUT A LA MENACE DES DIRIGEANTS DE LA CHINE SUR LA PAIX ET LA SÉCURITÉ DU PEUPLE CHINOIS (DÉTAILS CF PLUS BAS).
ADDITIF:
+EMBARGO TOTAL SUR LA CHINE;
+LA DÉLOCALISATION DE TOUTES LES ENTREPRISES DU MONDE INSTALLÉES EN CHINE (CAR C’EST EN PRATIQUANT L’ESCLAVAGE SUR LE PEUPLE OUÏGOUR QUI NE SONT PAS RÉMUNÉRÉS A LA TÂCHE QUE LA CHINE ARRIVE A ETRE PLUS COMPÉTITIVE QUE LES AUTRES PAYS DU MONDE; DONC TOUTE ENTREPRISE QUI S’INSTALLE EN CHINE SE REND COMPLICE DE L’EXPLOITATION DES PEUPLES -MINORITÉS EN CHINES): LES PAYS DU MONDE DOIVENT VOTER CHACUN DANS SES LOIS NATIONALES DES DISPOSITIONS INTERDISANT A LEURS ENTREPRISES LA DÉLOCALISATION POUR UNE RELOCALISATION EN CHINE.
 +EXHORTER LES DIRIGEANTS DE TOUS LES PAYS DU MONDE, PARTICULIÈREMENT LES DIRIGEANTS DES PAYS AFRICAINS A BOYCOTTER TOUS LES PRODUITS ALIMENTAIRES EN PROVENANCE DE LA CHINE.
+ APPELER L’ORGANISATION MONDIALE DU COMMERCE ET L’ORGANISATION MONDIALE DE LA SANTÉ, A COLLABORER ENSEMBLE, POUR PROTÉGER LE MONDE DES PRODUITS TOXIQUES QUE VEND LA CHINE EN MENTANT SUR LES CONSTITUANTS DE SES PRODUITS; CAR LES CHINOIS SONT DEVENUS DES GENS SANS SCRUPULES UNIQUEMENT PRÉOCCUPÉS A SE REMPLIR LES POCHES; IL EST DONC DU DEVOIR DE NOS DIRIGEANTS ET DE NOS INSTITUTIONS DE PROTÉGER LE MONDE DE LA MENACE SANITAIRE CHINOISE ET DE SANCTIONNER LES DIRIGEANTS CHINOIS POUR LA DIFFUSION DÉLIBÉRÉE DU COVID 19 DANS LE MONDE EN COMMETTANT DANS CHAQUE PAYS DU MONDE UN CRIME DE MASSE
https://www.youtube.com/watch?v=iLjyAAqIh0A&feature=youtu.be
https://www.youtube.com/watch?v=3FzbHyLYyjg&feature=youtu.be
https://www.youtube.com/watch?v=svxpoMYUkLY&feature=youtu.be
https://www.youtube.com/watch?v=41kOLV44R4I&feature=youtu.be
NB: SI AUCUN DIRIGEANT DU MONDE N’A LE COURAGE DE PRÉSENTER MON « PLAN DE LUTTE POUR DÉMANTELER L’ORGANISATION CRIMINELLE DÉNOMMÉE PARTI COMMUNISTE CHINOIS », JE SUIS DISPOSÉE A VENIR AU SIÈGE DES NATIONS UNIES SUR INVITATION DU SECRÉTAIRE GÉNÉRAL SG OBUMONSIEUR ANTONIO GUTERRES POUR LE PRÉSENTER. »
J’APPELLE LES DIRIGEANTS DE TOUS LES PAYS DU MONDE A SE MOBILISER POUR: 
1. « TENIR TÈTE A LA CHINE «  CF  DE LA DIPLOMATIE AMÉRICAINE MIKE POMPEOMONSIEUR MIKE POMPEO  https://www.lapresse.ca/international/europe/2020-07-21/mike-pompeo-appelle-le-monde-a-tenir-tete-a-la-chine.php;
 2. DÉTRUIRE LA MENACE QUE LA CHINE EXERCE SUR MONDE PAR LE DÉMANTÈLEMENT DU PARTI COMMUNISTE CHINOIS ET L’EMPRISONNEMENT DE SES MEMBRES A LA COUR PÉNALE INTERNATIONALE.
 tatou bensouda


MESSAGE DE VÉRITÉ ADRESSÉ A XI JINPING LE CHEF DE L’ORGANISATION CRIMINELLE DÉNOMMÉE PARTI COMMUNISTE CHINOIS QUI DIRIGE UN ETAT VOYOU:  » XI JINPING, EN MA QUALITÉ D’INITIATRICE DE LA CONVENTION POUR LA PAIX ET LA SÉCURITÉ DANS LE MONDE, JE VOUS RAPPELLE QUE NOUS SOMMES CONCERNÉES PAR CE QUI SE PASSE DANS CHAQUE PAYS DU MONDE ET NOUS NE VOUS LAISSERONS PAS CONTINUER A COMMETTRE DES CRIMES SUR LE PEUPLE CHINOIS SANS VOUS NEUTRALISER DÉFINITIVEMENT VOUS ET LES MEMBRES DU PARTI COMMUNISTE CHINOIS SIMPLEMENT PARCE QUE VOUS BRANDISSEZ LA NON-INGÉRENCE DANS LES AFFAIRES INTÉRIEURES DE LA CHINE. PAR VOS CRIMES VOUS ETES EN VIOLATION DU DROIT INTERNATIONAL , ET VOUS NE POUVEZ UTILISER UNE DISPOSITION DU DROIT INTERNATIONAL POUR EMPÊCHER LA COMMUNAUTÉ INTERNATIONALE DE VOUS NEUTRALISER ET DE VOUS EMPRISONNER…

MESSAGE DE VÉRITÉ ADRESSÉ A XI JINPING LE CHEF DE L’ORGANISATION CRIMINELLE DÉNOMMÉE PARTI COMMUNISTE CHINOIS  QUI DIRIGE UN ETAT VOYOU: «  XI JINPING, EN MA QUALITÉ D’INITIATRICE DE LA CONVENTION POUR LA PAIX ET LA SÉCURITÉ DANS LE MONDE, JE VOUS RAPPELLE QUE NOUS SOMMES CONCERNÉES PAR CE QUI SE PASSE DANS CHAQUE PAYS DU MONDE ET NOUS NE VOUS LAISSERONS PAS CONTINUER A COMMETTRE DES CRIMES SUR LE PEUPLE CHINOIS SANS VOUS NEUTRALISER DÉFINITIVEMENT VOUS ET LES MEMBRES DU  PARTI COMMUNISTE CHINOIS  SIMPLEMENT PARCE QUE VOUS BRANDISSEZ LA NON-INGÉRENCE DANS LES AFFAIRES INTÉRIEURES DE LA CHINE. PAR VOS CRIMES VOUS ETES EN VIOLATION DU DROIT INTERNATIONAL , ET VOUS NE POUVEZ UTILISER UNE DISPOSITION DU DROIT INTERNATIONAL POUR EMPÊCHER  LA COMMUNAUTÉ INTERNATIONALE DE VOUS NEUTRALISER ET DE VOUS EMPRISONNER… 

XI JINPING ASSASSINXI JINPING LE CHEF DE L’ORGANISATION CRIMINELLE DÉNOMMÉE PARTI COMMUNISTE CHINOIS  QUI DIRIGE UN ETAT VOYOU.

« LE MONDE DÉCOUVRE AVEC HORREUR QUE LE  MODE OPÉRATOIRE DU PARTI COMMUNISTE CHINOIS EST CELUI D’UNE ORGANISATION CRIMINELLE QUI SÉVIT PARTOUT DANS LE MONDE 1.PAR LA DESTRUCTION DES FORETS DE PAYS SOUVERAINS POUR VOLER LEUR BOIS, 2.PAR LE MASSACRES DE PACHYDERMES DANS DES PAYS SOUVERAINS POUR VOLER LEUR IVOIRE, 3.PAR LE VOL DE POISSON DANS LES EAUX TERRITORIALES DE PAYS SOUVERAINS, 4.PAR L’EMPRISONNEMENT DE TOUT LE PEUPLE OUÏGOURS  LES FAIRE TRAVAILLER DE FORCE COMME DES ESCLAVES SANS LES RÉMUNÉRER, POUR LES GARDER EN RÉSERVE ET LES ASSASSINER ET VENDRE LEURS ORGANES, 5.PAR LA VENTE DE FAUX-MÉDICAMENTS, 6.PAR LA VENTE DE PRODUITS ALIMENTAIRES CF TOMATE FRELATÉS, 7.PAR LA DIFFUSION VOLONTAIRE DE VIRUS (COVID 19) A TRAVERS LE MONDE … »

https://twitter.com/i/status/1022111860387184647

la-marine-senegalaise-arrasonne-sept-bateaux-chinois-300x235LES SEPT BATEAUX CHINOIS QUI VOLAIENT NOS POISSONS A NOUS LES PAUVRES SÉNÉGALAIS, ET QUI ONT ÉTÉ PRIS EN FLAGRANT DÉLIT DE PILLAGE DE NOS EAUX, ET QUI ONT ÉTÉ ARRAISONNÉS PAR LA MARINE SÉNÉGALAISE.

https://youtu.be/ee0yLBh_NRE
https://youtu.be/N7ZmFLi0lgY
https://youtu.be/1fWsEPsaVjI
https://youtu.be/Yz56Ygv185s
https://youtu.be/loRhUCbawZs
OUIGOURS DANS LES CAMPS DE REEDUCATION
  La «machinerie» anti-Ouïghours de la Chine à découvert

La fuite de documents du régime chinois, publiés par le New York Times samedi, permet de saisir l’ampleur de la persécution contre les ethnies musulmanes organisée par Pékin. Jusqu’alors sans preuve officielle, la communauté internationale ne pourra plus fermer les yeux.

Même l’univers paranoïaque et hypercontrôlé du Parti communiste chinois n’est pas à l’abri d’une trahison. Les documents fournis au New York Times par un lanceur d’alerte chinois, et mis en ligne samedi par le quotidien américain, apportent de nouvelles preuves de l’immense campagne de détention et de persécution des ethnies musulmanes du Xinjiang, une province de l’ouest de la Chine. Depuis des années, quelques chercheurs et médias étrangers, comme Libération, collectaient des données, recueillaient des témoignages, tentaient de contourner la censure phénoménale et les mensonges de Pékin sur le sujet. Ces documents, 96 pages de discours inédits du président Xi Jinping, 102 pages de discours de cadres du parti, 161 pages de directives et de rapports sur la surveillance des citoyens et 44 pages d’enquêtes internes, éclairent enfin « la façon dont la machinerie cachée de l’État chinois a mené à bien la plus vaste campagne d’internement du pays depuis l’ère Mao », selon les termes du New York Times.

Drones déguisés en pigeons

cimentière ouigour

En quelques années, des sommes énormes vont être dépensées pour créer une société totalitaire digne du roman 1984 de George Orwell : caméras, drones déguisés en pigeons, reconnaissance faciale, collecte des données biométriques de tous les citoyens, bébés et vieillards compris (ADN, iris, empreintes, voix, sang, etc.), surveillance des communications et des déplacements… Mais les bonnes vieilles méthodes ne sont pas abandonnées pour autant. Les Ouïghours sont soumis à des interrogatoires musclés, à la résidence surveillée, à la séparation des familles, à l’endoctrinement des enfants, au harcèlement de la police — y compris sur le sol français, comme l’a démontré Libération dans plusieurs enquêtes. Au Xinjiang, porter une barbe ou refuser de boire de l’alcool devient un signe d’extrémisme musulman, puni de lourdes années de prison, par des tribunaux inféodés au Parti communiste chinois. Comme le résume Xi Jinping dans un des documents : « Pour nous, communistes, mener une guerre du peuple devrait être naturel. Nous sommes les meilleurs organisateurs possible. »

L’arrivée d’un haut fonctionnaire, Chen Quanguo, à la tête de la région en août 2016, marque une montée en puissance de la répression, qui s’apparente à un véritable génocide culturel. En trois ans, selon le chercheur allemand Adrian Zenz, au moins 1000 « camps de rééducation politique » sont construits. On estime qu’entre 1 et 3 millions de Ouïghours sont passés par les camps, ou s’y trouvent encore, victimes de lavage de cerveau, de punitions, de travail forcé. Pékin a nié leur existence avant de les baptiser « centres de formation professionnelle ». Dans les documents qui ont fuité, Xi Jinping ne donne pas expressément l’ordre d’enfermer à grande échelle la population. Mais il approuve l’intensification des programmes d’endoctrinement dans et hors des prisons : « Il faut que les criminels soient rééduqués et transformés. Et même après leur libération, leur éducation et leur transformation doivent continuer. »

Résistance dans le parti

Pour mener à bien cette répression impitoyable, la propagande est un outil crucial. Un guide fournit aux fonctionnaires les réponses à donner aux étudiants ouïghours qui, en rentrant chez eux pour les vacances, découvrent que leur famille, a disparu : « Quel que soit l’âge, tous ceux qui ont été infectés par le virus de l’extrémisme religieux doivent être soignés et mis en quarantaine avant que la maladie ne se répande. […] Vous devez être reconnaissants aux autorités d’avoir éloigné vos proches. »

Cette fuite massive de documents sensibles, qui provient sûrement d’une source haut placée, confirme que la dictature de Xi Jinping rencontre des résistances au sein du Parti communiste. On y apprend aussi que 12 000 enquêtes internes ont été menées au Xinjiang sur des cadres suspectés d’infractions à « la lutte antiterroriste », et que Wang Yongzhi, un haut fonctionnaire qui craignait que la surpopulation « ne favorise les conflits et accroisse le ressentiment », a été puni pour avoir relâché 7000 personnes des camps.

« Ne craignez rien si les forces hostiles [les pays démocratiques] gémissent ou si des forces hostiles dénigrent l’image du Xinjiang », disait Xi Jinping à ses cadres il y a cinq ans. Durant des années, ils ont pu réprimer sans entraves, la communauté internationale — États-Unis exceptés —, profitant de l’absence de preuves officielles pour éviter d’affronter la Chine sur le sujet. Avec ces révélations, le silence va être plus difficile à assumer.



1.SALUER L’OBJECTIVITÉ DES HISTORIENS FRANÇAIS QUI ONT RÉAGI SUR RFI POUR CONFIRMER LES VÉRITÉS DE MON ARTICLE DU 13 JUILLET 2020, SUR L’IMPÉRATIVE NÉCESSITÉ DE SAVOIR QUI A PERPÉTRÉ L’ATTENTAT DU 06 AVRIL 1994 ET ABATTU L’AVION DANS LEQUEL SE TROUVAIENT LES PRÉSIDENTS RWANDAIS ET BURUNDAIS JUVENAL ABYARIMANA ET CYPRIEN NTARYAMIRA. 2. EXHORTER LES DIRIGEANTS DE L’UNION AFRICAINE A ASSUMER SA RESPONSABILITÉ DE DÉFENDRE LA SÉCURITÉ SUR LE CONTINENT ET A S’ENGAGER POUR SAISIR LA JUSTICE INTERNATIONALE QUI POURRA ENQUÊTER SUR LES ASSASSINATS DES PRÉSIDENTS RWANDAIS ET BURUNDAIS.

balance de la justice1

1.SALUER L’OBJECTIVITÉ DES HISTORIENS FRANÇAIS QUI ONT RÉAGI SUR RFI POUR CONFIRMER LES VÉRITÉS DE MON ARTICLE DU 13 JUILLET 2020, SUR L’IMPÉRATIVE NÉCESSITÉ DE SAVOIR QUI A PERPÉTRÉ  L’ATTENTAT DU 06 AVRIL  1994 ET ABATTU L’AVION DANS LEQUEL SE  TROUVAIENT LES PRÉSIDENTS RWANDAIS ET BOURUNDAIS 

JUVENAL ABIARIMANA JUVENAL ABYARIMANA ET    PRESIDENT DU BURUNDI CYPRIEN NTARYAMIRACYPRIEN NTARYAMIRA.  

https://www.rfi.fr/fr/podcasts/20200721-affaire-lattentat-1994-rwanda-analyse-lhistorien-fran%C3%A7ais-fran%C3%A7ois-robinet

Affaire de l’attentat de 1994 au Rwanda: l’analyse de l’historien français François Robinet

1francois robinet sur rfi

 

2. EXHORTER LES DIRIGEANTS DE Emblème_de_l'Union_africaineLe-Tchadien-Moussa-Faki-Mahamat-elu-president-de-la-Commission-de-l-Union-africaineL’UNION AFRICAINE A ASSUMER SA RESPONSABILITÉ DE DÉFENDRE LA SÉCURITÉ SUR LE CONTINENT ET A S’ENGAGER POUR SAISIR LA JUSTICE INTERNATIONALE  QUI POURRA ENQUÊTER SUR LES ASSASSINATS DES PRÉSIDENTS RWANDAIS ET BURUNDAIS.

JUVENAL ABIARIMANA JUVENAL ABYARIMANA ET    PRESIDENT DU BURUNDI CYPRIEN NTARYAMIRACYPRIEN NTARYAMIRA.  

JE DEMANDE A L’UNION AFRICAINE DE PRENDRE EXEMPLE SUR LES INSTITUTIONS OCCIDENTALES QUI PROTÈGENT LEURS CITOYENS ET QUI ENQUÊTENT POUR SANCTIONNER QUICONQUE COMMET UN CRIME SUR LEURS CITOYENS. ET JE PRÉCISE TOUJOURS A L’ATTENTION DE L’UNION AFRICAINE QUE LES DEUX PERSONNES QUI ONT DISPARU DANS L’ATTENTAT DU 06 AVRIL NE SONT PAS SIMPLEMENT DES ÊTRES HUMAINS DONT IL FAUT RESPECTER LE DROIT A LA VIE ET ENQUÊTER POUR SANCTIONNER QUICONQUE LEUR ÔTE CETTE VIE , MAIS ILS ONT ÉTÉ DES PERSONNALITÉS DE PREMIER PLAN I. E. DES CHEFS D’ÉTATS: AUSSI IL EST INCOMPRÉHENSIBLE ET  INACCEPTABLE QUE L’UNION AFRICAINE RESTE LES BRAS CROISÉS SUR CE DOSSIER.

NB: ENCORE UNE FOIS VOUS DIRIGEANTS DE L’UNION AFRICAINE C’EST VOUS QUI AUREZ DÛ FAIRE CE TRAVAIL DE VÉRITÉ QUE J’EFFECTUE POUR  CHERCHER A RENDRE JUSTICE A DEUX ÊTRES HUMAINS INNOCENTS JUVENAL ABYARIMANA ET CYPRIEN NTARYAMIRA VICTIMES DU CRIME ODIEUX DE L’ATTENTAT DU 06 AVRIL 1994: CRIME QUI DE SURCROIT EST L’ELEMENT DECLENCHEUR DU GENOCIDE RWANDAIS QUI A FAIT PRES DE 900.000 MORTS

JE TERMINE EN APPELANT SIMPLEMENT LES DIRIGEANTS DE L’UNION AFRICAINE A FAIRE LEUR DEVOIR DE VEILLER SUR LA SÉCURITÉ DU CONTINENT; SI VOUS ETES PAYÉS PAR LES IMPÔTS DES AFRICAINS VOUS DEVEZ AUSSI FAIRE LE TRAVAIL POUR LEQUEL VOUS DEVEZ MÉRITER VOS SALAIRES.

ARTICLE DU 13 JUILLET  2020

cpitatou bensouda

EXHORTER LA PROCUREURE DE LA COUR PÉNALE INTERNATIONALE A S’AUTO-SAISIR SUR LE DU DOSSIER DE L’ASSASSINAT DU PRÉSIDENT JUVENAL ABYARIMANA DONT L’AVION A ÉTÉ ABATTU PAR DES ROQUETTES DÉTENUES A L’EPOQUE DANS CETTE RÉGION UNIQUEMENT PAR PAUL KAGAME ET SES HOMMES. IL EST EXTRÊMEMENT IMPORTANT QUE LA VÉRITÉ SOIT DITE SUR CE DOSSIER CAR C’EST PRÉCISÉMENT CET ATTENTAT QUI EST L’ÉLÉMENT DÉCLENCHEUR DU GÉNOCIDE RWANDAIS QUI A FAIT PRES DE 900.000 MORTS.

JUVENAL ABIARIMANA PRÉSIDENT RWANDAIS  JUVENAL ABIARIMANA 

→ IL FAUT AUSSI QUE JUSTICE SOIT  RENDUE AUX DEUX VICTIMES QUE SONT LES DEUX PRÉSIDENT RWANDAIS ET BURUNDAIS  JUVENAL ABIARIMANA ET CYPRIEN NTARYAMIRA QUI ÉTAIENT DANS L’AVION; NOUS N’ACCEPTERONS PAS QUE CES DEUX VICTIMES INNOCENTES SOIENT SACRIFIÉES SUR L’AUTEL DE « LA PRÉTENDUE BONNE RÉPUTATION«  DE LA FRANCE PAR DES POLITICIENS FRANÇAIS QUI PRÉFÈRENT LE MENSONGE QUITTE A LAISSER LE CRIMINEL PAUL KAGAME EN CIRCULATION.

PRESIDENT DU BURUNDI CYPRIEN NTARYAMIRAPRÉSIDENT BURUNDAIS CYPRIEN NTARYAMIRA

→ IL FAUT AUSSI QUE JUSTICE SOIT  RENDUE AUX VICTIMES QUE SONT LES DEUX PRÉSIDENT RWANDAIS ET BURUNDAIS  JUVENAL ABIARIMANA ET CYPRIEN NTARYAMIRA QUI ÉTAIENT DANS L’AVION; ET SEULE LA JUSTICE INTERNATIONALE PEUT FAIRE UN TRAVAIL DE VÉRITÉ QUI NE SERA PAS ENTACHÉ PAR LES INTRIGUES DU POLITICIEN E. MACRON (COMME N. SARKOZY L’AVAIT ESSAYÉ DANS SON MANDAT).

P.KAGAME-CRIMINEL DE GUERRE   KAGAME CRIMINEL

E.MACRONEMMANUEL MACRON  AVEC SON  « NON -LIEU » ENTRE DANS L’HISTOIRE NON PAS COMME LE GRAND GÉNÉRAL DE GAULE, MAIS COMME UN POLITICIEN MÉDIOCRE QUI A SIMPLEMENT CHOISI DE LAISSER EN LIBERTÉ LE CRIMINEL DE GUERRE PAUL KAGAME  AVEC SON « NON-LEU » 

EN EFFET NOUS N’AVONS AUCUNE CONFIANCE EN EMMANUEL MACRON QUI A VOULU FAIRE CROIRE AU MONDE QU’IL A RÉPONDU A MON APPEL JUSTE ET LOGIQUE (ARTICLE DU 16 FÉVRIER 2018) AUX AUTORITÉS FRANÇAISES DE MENER DES ENQUÊTES SUR CE DOSSIER POUR LIBÉRER LA FRANCE DU CHANTAGE DU CRIMINEL PAUL KAGAME.

MAIS COMME METTRE UN TERME A CE CHANTAGE ABJECT DU CRIMINEL PAUL KAGAME (QUI A MENACE LA FRANCE QUE  » SI JAMAIS ELLE ACCUSE PAUL KAGAME D’ÊTRE RESPONSABLE DE L’ÉLÉMENT DÉCLENCHEUR DU GÉNOCIDE RWANDAIS AVEC L’ATTENTAT SUR L’AVION DU PRÉSIDENT ABIARIMANA ; QUE LUI PAUL KAGAME   RÉVÉLERA QUE LES SOLDATS FRANÇAIS  ONT ÉTÉ AUSSI IMPLIQUÉS DANS DES MASSACRES SUR UN GROUPE ETHNIQUE EN TENTANT DE PROTÉGER UN AUTRE GROUPE ETHNIQUE: CE QUI EST AUSSI UN GÉNOCIDE) REQUIERT UNE GRANDE MORALITÉ QUI PRIVILÉGIE LA VÉRITÉ SUR LE MENSONGE,  MÊME SI CETTE VÉRITÉ PEUT ENTACHER LA BELLE RÉPUTATION DE L’ARMÉE FRANÇAISE: EMMANUEL MACRON  AVEC SON  « NON -LIEU » ENTRE DANS L’HISTOIRE NON PAS COMME LE GRAND GÉNÉRAL DE GAULE, MAIS COMME UN POLITICIEN MÉDIOCRE QUI A SIMPLEMENT CHOISI DE LAISSER EN LIBERTÉ LE CRIMINEL DE GUERRE PAUL KAGAME  AVEC SON « NON-LEU ».

 

ATTENTAT SUR L'AVION DU PRESIDENT JUENAL ABIARIMANA

DERNIÈREMENT LES ENQUÊTEURS D’EMANUEL MACRON ONT LIVRE UNE ENQUÊTE BÂCLÉE (SANS DESIGNER UN COUPABLE ALORS QUE LES FAITS ET LES ARMES ACCUSENT PAUL KAGAME ) POUR DISCULPER PAUL KAGAME ET ÉCHAPPER AINSI A SON CHANTAGE.

NB; VU LE CARACTÈRE FAIBLE D’EMMANUEL MACRON QUI N’EST PAS NON PLUS UN HOMME D’UNE GRANDE MORALITÉ (CF COMMENT IL AVAIT ARRACHÉ BRIGITTE UNE FEMME MARIÉE A L’EPOQUE A SON ÉPOUX) QUI FAIT DE LUI UN HOMME SANS GRAND PRINCIPE ET SANS GRAND IDÉAL, PLUS PROMPT BAVARDER QU’A AGIR, QUI A DU RESTE SUBI UN ÉCHEC RETENTISSANT AUX DERNIÈRES MUNICIPALES, JE LUI DEMANDE DE SE LIMITER A SON PREMIER MANDAT AFIN  DE NA PAS PLONGER LA FRANCE DANS UNE STAGNATION CONTINUE: MÊME POUR LUTTER CONTRE LE COVID 19 EMMANUEL MACRON APRES SES GRANDES DÉCLARATIONS DE GUERRE CONTRE LE COVID 19 N’A PAS EFFECTUÉ LE DÉPISTAGE MASSIF RECOMMANDÉ PAR L’OMS. PAR AILLEURS EMMANEL MACRON A UNE MAUVAISE INFLUENCE SUR LES DIRIGEANTS CORROMPUS AFRICAINS QUI TOUS SUIVENT « SES CONSEILS (plutôt ordres) » POUR NE PAS ETRE LÂCHÉS PAR LA FRANCE (APRES ETRE LÂCHÉS PAR LEURS PROPRES PEUPLES LES DIRIGEANTS CORROMPUS D’AFRIQUE TRICHENT AUX ELECTIONS POUR SE FAIRE REELIRE ET SEUL LES MAINTIENT AU POUVOIR LE SOUTIEN DE L’ANCIENNE PUISSANCE COLONIALE

ARTICLE DU 16 FÉVRIER 2018 

1. ACCUSER LE PRÉSIDENT FRANÇAIS EMMANUEL MACRON, DE TENTER DE SEMER LE DÉSORDRE SUR LE CONTINENT AFRICAIN AVEC DES MÉTHODES HORS LA LOI, EN TENTANT D’IMPOSER LE CRIMINEL DE GUERRE PAUL KAGAME COMME UN DIRIGEANT NORMAL, AUX MAINS PROPRES, UNIQUEMENT POUR ÉCHAPPER AU CHANTAGE ABJECT DE PAUL KAGAME QUI PROMET SI JAMAIS IL EST JUGÉ POUR AVOIR DÉCLENCHÉ LE GÉNOCIDE RWANDAIS DE 1994, D’ENTRAÎNER LA FRANCE DANS SA CHUTE POUR SA RESPONSABILITÉ DANS CE GÉNOCIDE.

http://journals.openedition.org/

Guerre coloniale française et génocide rwandais : la responsabilité, l’implication de l’État français et sa négation 1

Catherine Coquio

Résumé

La Commission d’Enquête Citoyenne, réunie au mois de mars 2004 à l’initiative de différentes associations, a mis en évidence un nombre important d’éléments laissant présumer l’implication de la France dans le génocide des Tutsis en 1994. Catherine Coquio, tout en rappelant ce que le soutien militaire apporté par la France au régime génocidaire doit aux doctrines héritées des temps coloniaux, analyse ici le travail de désinformation et de dénégation orchestré depuis le sommet de l’État pour dissimuler l’ampleur de la tragédie et la responsabilité des dirigeants français.

france-génocide-rwandais  Gégé

Mardi 4 Juillet 2017
La très actuelle responsabilité de la France dans le génocide des Tutsis du Rwanda

Par François Serrano.

Le génocide des Tutsis du Rwanda, vingt-trois ans plus tard, est revenu en force sur le devant des scènes médiatiques et judiciaires la semaine dernière.Pour déranger de nouveau la conscience collective amnésique de toute la classe politique d’un pays, la France, qui refuse toujours d’évaluer le degré et les mécanismes précis de sa responsabilité dans cette tragédie. Et qui dans l’ensemble persiste dans le déni du réel le plus complet, avec comme seule ligne de défense véritable l’invocation émue et outragée de l’honneur de la patrie.
secret-défense
Pour exiger, aussi et surtout, un travail absolument essentiel de vérité qui reste encore très largement à faire et que nous devons toujours non seulement aux victimes rwandaises mais à l’humanité toute entière, pour sa sécurité future et présente : car au-delà des questions judiciaires légitimes ou des considérations bassement politiciennes franco-françaises, la compréhension de la mécanique génocidaire rwandaise est d’une importance scientifique capitale à valeur universelle.« C’est arrivé, cela peut donc arriver de nouveau : tel est le noyau de ce que nous avons à dire. Cela peut se passer, et partout. » En dépit de l’avertissement retentissant de Primo Lévi aux générations futures, en dépit aussi du dogme du « plus jamais ça » qui semblait définitivement protéger l’humanité des horreurs génocidaires de la Shoah, « cela » s’est pourtant bel et bien produit devant nos yeux impuissants, pour ne pas dire indifférents : entre avril et juillet 1994, au Rwanda, près d’un million de personnes, hommes, femmes et enfants – principalement des Tutsis mais aussi des Hutus modérés – furent assassinées lors d’un génocide méthodiquement planifié et exécuté : un génocide à la productivité criminelle très largement comparable à la machine exterminatrice nazie.Mais ce génocide, et c’est peut-être le plus troublant pour nos bonnes consciences au pays supposé des droits de l’homme, n’a pas seulement eu pour décor les milles collines ensanglantées d’un lointain petit pays d’Afrique : il a été largement rendu possible par les aveuglements géostratégiques et les décisions catastrophiques prises dans les allées feutrées, et néanmoins dysfonctionnelles, du pouvoir républicain français. Pouvoir de cohabitation, rappelons-le, entre un François Mitterrand président et chef des armées, et un gouvernement Edouard Balladur avec pour ministre des affaires étrangères Alain Juppé : autrement dit un pouvoir républicain français représentant la fine fleur des deux grands partis de gouvernement de l’époque.

Par une lettre ouverte au président de la République intitulée « La responsabilité écrasante de la France », Jean-Hervé Bradol de Médecins Sans Frontières de retour du Rwanda écrivait dès mai 1994 : « Les gens qui massacrent aujourd’hui mettent en œuvre une politique systématique d’extermination. Ils sont financés, entraînés et armés par la France. » Depuis, le dossier de cette responsabilité écrasante n’a fait que s’épaissir et on ne peut que constater qu’il existe aujourd’hui un très large consensus entre scientifiques, journalistes d’investigation et associatifs – consensus fortement étayé par un faisceau concordant de documents écrits et de témoignages de première main – pour dire : oui, le gouvernement français a bel et bien apporté au régime génocidaire rwandais – oops pardon, « légitime et allié » en novlangue mitterrandienne – un soutien massif et inconditionnel au plan technique, militaire, diplomatique et médiatique, avec pour conséquences directes l’entraînement, le financement et l’armement des troupes génocidaires, aussi bien avant, que pendant et même après le génocide, jusqu’à une protection des responsables directs du génocide qui furent exfiltrés par l’armée française. Inutile d’avoir fait Saint-Cyr pour se demander comment dans ces conditions le gouvernement français pourrait sérieusement s’exonérer de toute responsabilité dans ce génocide. Evidemment il ne s’agit pas de dire, comme certains se plaisent à caricaturer, que des Français auraient participé aux massacres machette ou Famas à la main : mais que le gouvernement de l’époque – François Mitterrand en tête avec un club très fermé autour d’apprentis sorciers de la realpolitik – a manifestement rendu possible la pleine réalisation de ce génocide par une lecture purement conceptuelle et obstinée des évènements, complètement déconnectée de la réalité génocidaire criante du terrain.

Les documents compilés par la Commission d’Enquête Citoyenne (http://cec.rwanda.free.fr) et l’association Survie (http://survie.org/genocide/genocide-et-complicite/20-documents-pour-comprendre-le/ )  montrent bien que les intentions génocidaires du régime rwandais étaient clairement identifiées et communiquées en haut lieu, notamment par l’ambassade et la DGSE, et parfaitement prévisibles dès 1990 : et que malgré tout, dans le plus grand secret et sans contrôle parlementaire, l’exécutif français aura jusqu’au bout soutenu dans les faits des génocidaires – au motif qu’il s’agissait d’un gouvernement prétendument « légitime et allié » – dans une cécité géostratégique totale, alliant au cynisme postcolonial de la Françafrique une inhumanité et une incompétence hors-sol toutes technocratiques.

Ce dossier s’est épaissi de nouveau la semaine dernière avec des témoignages et des actions judiciaires majeures qui redonnent à ce génocide, vingt-trois ans plus tard, une actualité brûlante et toujours passionnée venant perturber l’omerta et le déni collectif de responsabilité de la classe politique française.

Ainsi, dans le dernier numéro de la revue XXI du 28 juin, Patrick de Saint-Exupéry expose que les troupes françaises de la pseudo mission humanitaire Turquoise de juin 1994 (mission qui venait en réalité soutenir le pouvoir génocidaire en débâcle et permettre la fuite des responsables du génocide vers le Zaïre) auraient reçu l’ordre tout à fait stupéfiant de réarmer les génocidaires : ordre qui, selon le témoignage d’un haut fonctionnaire ayant eu selon Patrick de Saint-Exupéry accès aux archives, aurait été confirmé de la main même d’Hubert Védrine, alors secrétaire général de l’Elysée (1991-1995) et cheville ouvrière de l’action mitterrandienne désastreuse sur le Rwanda.

Allant dans ce sens le lendemain le témoignage de Guillaume Ancel, ancien officier de l’armée de terre, qui affirme quant à lui sur France Info que ses supérieurs, sur la base d’ordres donnés en haut lieu, ont clairement demandé de livrer des armes aux génocidaires dans les camps de réfugiés… alors même que l’opération française est sous mandat humanitaire de l’ONU… (http://www.francetvinfo.fr/monde/afrique/rwanda/rwanda-on-nous-a-demande-de-livrer-des-armes-aux-genocidaires-dans-les-camps-de-refugies-affirme-un-ancien-officier-de-l-armee-de-terre_2260857.html)

A ces témoignages se sont ajoutées de manière concomitante deux importantes actions en justice. Tout d’abord la plainte de l’association Sherpa, du Collectif des parties civiles pour le Rwanda et de l’association Ibuka, avec constitution de partie civile, contre BNP Paribas pour « complicité de génocide, de crimes contre l’humanité et de crimes de guerre » : une banque qui aurait contribué selon ce collectif associatif au financement d’un achat illégal d’armes (80 tonnes d’AK47…) en plein génocide connu de tous et en plein embargo (décrété par l’ONU en mai 1994) que la banque pouvait difficilement ignorer. Egalement celle de l’association Survie, à savoir une plainte contre X avec constitution de partie civile pour « complicité de génocide et complicité de crime contre l’humanité » visant les responsables politiques et militaires français.

Quelles sont les chances réelles de succès de ces nouvelles actions judiciaires ? Il convient en démocratie, selon l’expression consacrée, de faire confiance à la justice. Mais hélas il convient de demeurer plus que prudent, dans une République accoutumée aux grandes noyades de poissons institutionnels, tels que le sang contaminé ou aujourd’hui encore le scandale de l’amiante en voie d’être classé sans suites (malgré 100.000 morts jusqu’en 2050, 3000 par an soit quatre fois plus que le nombre d’homicides) en organisant de manière structurelle l’impunité de la criminalité en col blanc des hauts responsables publics et privés.

La mission d’information parlementaire sur le Rwanda de 1998, créée sous la forte pression d’intellectuels et d’associatifs, fut certainement un de ces grands moments de poissons noyés par l’entre-soi politique. Conduite par des représentants éminents de la Mitterrandie, son indépendance et sa soif de vérité sur ce dossier pouvaient déjà laisser sceptique. Les conclusions, somme toute fort prévisibles, de cette mission furent de pointer par euphémismes convenus des « erreurs d’appréciation » ou de pudiques « dysfonctionnement institutionnels » mais en aucun cas des responsabilités, pourtant largement identifiables, au sein de l’exécutif dans cette tragédie.

Sur un point essentiel, cette mission d’information a rendu des conclusions manifestement erronées, à savoir la prétendue absence de livraisons d’armes par la France aux génocidaires pendant et après le génocide. La réalité de ces livraisons, après le déclenchement d’un processus d’extermination parfaitement connu, a été confirmée par le désormais président de l’Institut François Mitterrand, Hubert Védrine lui-même, le 16 avril 2014 devant une commission de la défense de l’Assemblée nationale. En visionnant la courte vidéo de ses déclarations (https://www.youtube.com/watch?v=XvnLgecmhOQ) on reste absolument sans voix devant la désinvolture toute bureaucratique avec laquelle Hubert Védrine, aujourd’hui le grand gardien de l’hagiographie mitterrandienne, explique que ces livraisons d’armes étaient tout à fait « normales » et « n’avaient rien à voir avec le génocide » – alors que les forces armées rwandaises ont été des acteurs du génocide avec des armes de guerre aux côtés de miliciens à la machette – et continue à légitimer vingt-trois ans plus tard, sans le moindre regret, remord ou début d’analyse autocritique, une politique qui s’est avérée plus que désastreuse.

Il ne s’agissait pas non plus de « génocides » au pluriel suggérant des atrocités d’égale importance des deux côtés, de « troubles inter-ethniques » ou de « guerres tribales » produits d’une supposée fureur populaire spontanée, comme les principaux responsables français banalisèrent alors le drame pour légitimer leurs actions avec un racisme plus ou moins inconscient. Mais bien d’un processus d’extermination systématique savamment organisé et expérimenté à partir de 1990, et auquel la France aura été aux premières loges pour le suivre et l’accompagner dès le début jusqu’à son accomplissement ultime dans le meurtre de masse à partir du 7 avril 1994.

Documents à l’appui, nous savons que dès l’opération Amaryllis du 8 avril 1994 (ayant pour mission d’exfiltrer les ressortissants français et étrangers ainsi que les familles des hauts dignitaires génocidaires, abandonnant au passage le personnel local de l’ambassade à son triste sort) Paris : est parfaitement au courant des massacres de masse qui viennent d’être déclenchés par le fameux « gouvernement légitime et allié », ne fait strictement rien pour l’arrêter, et va même maintenir tout son soutien politique et militaire à ceux qui le commettent jusqu’au bout et même après le génocide.

Pierre Brana, l’un des deux rapporteurs de la mission d’information de 1998 alors député socialiste, dira publiquement en 2014, vingt ans après le génocide « Jusqu’où peut-on aller dans la reconnaissance de la responsabilité de la France ? Pour moi, un grand pays a toujours intérêt à reconnaître ses fautes. » Avant lui Nicolas Sarkozy, de passage à Kigali en 2010, avait dit « La France doit réfléchir à ses erreurs car des erreurs d’appréciation, des erreurs politiques ont été commises ici et ont eu des conséquences absolument dramatiques » sans pour autant que cela soit suivi d’actes concrets.

Au-delà de ces déclarations officielles et de leurs euphémismes de circonstance qui sont un bien modeste début de reconnaissance de responsabilité, un communiqué relativement confidentiel de l’Elysée avait créé quelques espoirs en annonçant le 7 avril 2015 l’ouverture et la déclassification des archives de l’Elysée sur le Rwanda. Espoirs largement déçus un an plus tard et à ce jour puisque seuls 80 documents, pour une bonne part déjà connus grâce à diverses fuites, ont été déclassifiés, la majeure partie restant toujours, sans aucune raison valable énoncée, classés secret défense. Un secret bien gardé qui en dit long sur ce que ces archives doivent contenir de gravement compromettant… Selon Patrick de Saint-Exupéry, toujours dans son article de la revue XXI, deux hauts fonctionnaires avaient été chargés d’examiner les boites d’archives de l’Elysée suite à l’opération de com… et, qu’au vu de ce qu’elles contenaient de lourdement embarrassant, il avait été jugé plus prudent de ne pas ouvrir la boite de Pandore de ce qui est fort probablement l’un des plus grands scandales de l’histoire française contemporaine.

Comme le montre le combat actuel de l’association Survie, la déclassification complète de ces archives est d’une importance capitale si l’on souhaite donner à la justice les moyens de véritablement faire son travail, même si beaucoup de documents accablants sont déjà disponibles.

Mais cette déclassification, outre le fait essentiel de permettre de rendre justice au million de victimes du génocide, revêt également une importance capitale pour l’humanité toute entière et sa sécurité future et présente. Car dans ces boites tenues secrètes se trouvent les pièces du sinistre puzzle qui peuvent permettre de retracer avec précision l’enchainement décisionnel de la responsabilité française dans cette tragédie. Il est fort peu probable que les dirigeants politiques et militaires français aient été animés d’une quelconque haine raciste et d’intentions génocidaires positives à l’égard des Tutsis, et plus que probable par ailleurs qu’ils aient eu une vision géostratégique qui, sur le papier du moins, devait avoir sa rationalité au plan conceptuel. Le problème est qu’on ne peut pas juger de l’action française sur cette seule vision conceptuelle a priori – comme se bornent à le faire les membres du camp du déni et du roman national mitterrandien – mais sur les résultats concrets a posteriori des décisions concrètes de l’exécutif de l’époque en flagrante myopie stratégique.

Le procès retentissant d’Eichmann à Jérusalem en 1961 – ainsi que les célèbres expériences électriques de Milgram sur la soumission à l’autorité qui furent inspirées par la chronique judiciaire controversée d’Hannah Arendt de ce procès – nous ont laissé comme grille de lecture dominante celle du tueur-bureaucrate : dépourvu de réflexion propre, obéissant mécaniquement aux ordres venus d’en haut dans une méga-machine dont il n’est qu’un rouage, pris dans ce cas qu’Hannah Arendt a appelé avec esprit, à défaut de rigueur scientifique, la « banalité du mal. »

Néanmoins des travaux biographiques plus récents, comme ceux sur Eichmann par David Cesarani, ou historiographiques, comme la monumentale étude « Des hommes ordinaires » de Christopher Browning, ont très largement remis en question cette thèse de la banalité du mal d’un tueur-bureaucrate dépourvu de pensée et aseptisé.  A l’évidence, le continuum génocidaire du Rwanda – entre les couloirs monarchiques et hors-sol de l’Elysée et les millions de citoyens ordinaires rwandais bourreaux volontaires de leurs concitoyens et voisins – apporte un nouveau et cruel démenti à la théorie réductrice arendtienne et suscite de nouveaux questionnements pour l’instant dangereusement sans réponse.

Comment ces hommes, pas plus d’une vingtaine au sommet de l’Etat, ont-ils pu rationaliser et légitimer à leurs propres yeux des décisions allant à l’encontre de la réalité de faits génocidaires ? Quels éléments de langage et quelles représentations idéologiques du monde ont rendus possibles ces décalages et l’incapacité de reconnaître la nature manifestement génocidaire des actions de ce gouvernement dit « légitime et allié » ? Par quels cheminements intellectuels le contexte de guerre a permis de légitimer, ou de ne pas percevoir, des actions génocidaires de masse face à des civils estampillés et déshumanisés comme « ennemis » qui ne représentaient pourtant aucune menace militaire ? Comment peut-on expliquer, comme c’est d’ailleurs souvent le cas dans les grandes catastrophes, que les signalements sans ambigüité des risques génocidaires dès 1990 (de la DGSE, de l’ambassade, des associatifs) aient pu être à ce point ignorés ? Quel rôle la personnalité de François Mitterrand – un homme qui devait avoir le plus grand mal à reconnaître ses erreurs et à tolérer les contradictions – a joué dans ce désastreux dysfonctionnement institutionnel ? Comment l’absence de contrôles et de contre-pouvoirs ont contribué au désastre ? Des militaires français ont-ils exercé leur droit de retrait pour désobéir à des ordres déshonorants pour l’armée, et si oui quelles en furent les conséquences pour eux ? En quoi, enfin, le soutien officiel inconditionnel d’un pays prestigieux comme la France a-t-il pu renforcer la légitimité des discours exterminateurs localement ?

Si, pour reprendre les termes de Christopher Browning, il est peu probable que ces archives secrètes puissent un jour servir comme il se doit la justice, il demeure capital pour la sécurité présente et future de l’humanité qu’elles servent au plus vite le travail des chercheurs. Car tant que nous serons dans l’incompréhension des mécanismes et du degré de responsabilité de la France dans le génocide des Tutsis, c’est l’humanité toute entière qui restera sous l’épée de Damoclès d’un avertissement à peine paraphrasé de Primo Lévi : « C’est arrivé au Rwanda mais aussi en France, cela peut donc arriver de nouveau : tel est le noyau de ce que nous avons à dire. Cela peut se passer, et partout. Qui sera le prochain ? Ou plutôt : qui est peut-être déjà le prochain ? »

Les négationnistes font, dans tout génocide, immanquablement partie du paysage. Et le génocide des Tutsis du Rwanda ne fait pas exception, d’autant que ce génocide est moins bien institutionnalisé et juridiquement protégé que la Shoah. En conséquence de quoi il permet la libre et créative expression des plus grands imaginaires complotistes, avec vous pour obsession récurrente le tout puissant Paul Kagame, actuel président du Rwanda, qui tirerait à des fins personnelles les ficelles d’un complot mondial qui se cacherait derrière cette exigence de vérité : diversion négationniste à la rhétorique scabreuse puisque la question qui nous occupe n’est pas de porter un jugement, bon ou mauvais, sur Paul Kagame et son régime (c’est totalement hors-sujet) mais de comprendre les tenants et les aboutissants d’une responsabilité française qu’on ne peut pas nier – on peut seulement discuter de son degré, mais en aucun cas de son existence – dans un génocide qu’on ne peut pas non plus nier. De manière certainement moins malveillante les défenseurs du roman national français, roman par construction nécessairement impeccable, avancent quant à eux des thèses ou des contre-arguments peut-être plus recevables pour minimiser, voire complètement dédouaner, la France de ses responsabilités : il est toutefois à noter que ces discours sont pour l’essentiel des redites des discours conceptuels de légitimation a priori de l’action mitterrandienne mais qui font curieusement abstraction de la réalité a posteriori du génocide perpétré par ce gouvernement rwandais prétendument « légitime et allié. »

Mais on pourra tout autant se demander si le terme même de « complicité » employé, à tort ou à raison, par les associatifs ne s’avère pas finalement contre-productif. « Responsabilité » – dont le degré et les mécanismes restent à préciser – c’est une chose qui ne fait plus aucun doute ; en revanche parler de « complicité » en est une toute autre qui suggère une intention génocidaire positive à l’Elysée ce qui reste très largement encore à établir. Evidemment ces considérations sémantiques feront peut-être une belle jambe au million de victimes et à leurs proches, car « responsabilité » ou « complicité » le résultat final fut le même. Il faut néanmoins, en dépit de ce que atrocités ont d’absolument révoltantes, se garder de diabolisations hâtives qui pourraient non seulement fausser et bloquer le débat démocratique mais aussi perturber le travail minutieux et dépassionné qui doit être celui des juges et des chercheurs. Peu avant sa mise à mort par les nazis, l’historien français Marc Bloch écrivait : « un mot, pour tout dire, domine et illumine nos études : « comprendre » » : c’est exactement avec cette exigence intellectuelle que ce drame doit être résolument pensé, et repensé au regard du rôle exact qui fut celui du gouvernement français, loin des controverses stériles et des passions tristes des idéologues tant de la repentance que du roman national d’Epinal.

Indépendamment des sensibilités et des présupposés idéologiques inévitables de chacun, il est au moins un point sur lequel tous les hommes et toutes les femmes de bonne volonté, attachés aux principes de justice et de vérité historique, peuvent se retrouver : seule la déclassification pleine et entière des archives sur le Rwanda permettra de faire toute la lumière sur le rôle de la France dans cette tragédie et de permettre à toutes les parties intéressées de bien faire leur métier. Un travail qui, vu l’importance sécuritaire du sujet pour l’humanité toute entière en ces temps lourds de menaces, peut difficilement attendre les 60 ans réglementaires. Et c’est précisément dans ce courage de la transparence que réside le véritable honneur républicain, et qui constitue en définitive aujourd’hui la très actuelle responsabilité française dans le génocide des Tutsis du Rwanda.

François Serrano

www.rfi.fr

Publié le 16-02-2018

Rwanda, dont elle repartira le 18 février. Au mois de janvier, l’ancien président français Nicolas Sarkozy s’était déjà rendu dans le pays lors d’une visite axée sur les affaires. Même si le programme de la ministre est tourné essentiellement vers le sport, on peut y voir un début de réchauffement des relations diplomatiques.

La ministre française des Sports Laura Flessel rencontre ce 16 février au matin son homologue rwandaise Julienne Uwacu. Elles s’entretiendront notamment du développement du cyclisme au Rwanda, du sport à l’école ainsi que du sport féminin.

Les deux ministres inaugureront ensuite le premier City Stade du pays. Elles participeront également au départ du Championnat africain de cyclisme sur route samedi le 17 février.

Cette visite de la ministre Laura Flessel « s’inscrit dans le cadre des orientations fixées par le président de la République dans son discours de Ouagadougou », précise une note à la presse.

Première visite d’un officiel français depuis Sarkozy en 2010

Cette visite intervient quelques semaines après la clôture de l’enquête à Paris sur l’attentat contre l’avion du président rwandais Juvénal Habyarimana, le 6 avril 1994, point de départ du génocide des Tutsis qui avait fait 800  000 morts en trois mois.

Il s’agit de la première visite d’un officiel français en fonction depuis 2010, quand le président français Nicolas Sarkozy avait rendu visite à son homologue rwandais, Paul Kagame, une première depuis 1994. S’il ne s’agit pas d’une rencontre au sommet de l’Etat, cette visite de Laura Flessel représente tout de même un premier petit pas vers un rapprochement diplomatique.

2. RAPPELER AU PRÉSIDENT FRANÇAIS EMMANUEL MACRON, QUE NOUS NE VOUS PERMETTRONS PAS DE COUVRIR LA RESPONSABILITÉ DE LA FRANCE DANS LE GÉNOCIDE RWANDAIS DE 1994, SUR LE DOS DU CONTINENT AFRICAIN! QUOI QUE VOUS FASSIEZ POUR PLAIRE AU CRIMINEL DE GUERRE PAUL KAKAME ET L’EMPÊCHER DE DIVULGUER LA RESPONSABILITÉ DE LA FRANCE DANS LE GÉNOCIDE RWANDAIS. NOUS SERONS PRÉSENTS POUR RAPPELER LE DROIT ET SAUVER L’HONNEUR DE L’AFRIQUE OU VOUS NE PARVIENDREZ JAMAIS A IMPOSER LE CRIMINEL DE GUERRE PAUL KAGAME, COMME UNE RÉFÉRENCE, UN REPRÉSENTANT DE L’AFRIQUE DANS LE MONDE: EN EFFET NOUS TRAVAILLONS A DIVULGUER NOUS MÊMES LES RESPONSABILITÉS DE LA FRANCE DANS LE GÉNOCIDE RWANDAIS

PaulKagamé-EmmanuelMacron LE CRIMINEL DE GUERRE PAUL KAGAME ET EMMANUEL MACRON



#MackySallQuittezLePouvoirParceQueVousÊtesUnPrésidentIllégitime CarJuridiquementVosAchatsDeSignaturesDeParrainagePerpétréEn2018SontMentionnésCommeCrimeDeCorruptionDansVotreCasierJudiciaireEtVousInterdisentDepuis2018DeBriguerLaMagistratureSuprême.

#MackySallQuittezLePouvoirParceQueVousÊtesUnPrésidentIllégitime CarJuridiquementVosAchatsDeSignaturesDeParrainagePerpétréEn2018SontMentionnésCommeCrimeDeCorruptionDansVotreCasierJudiciaireEtVousInterdisentDepuis2018DeBriguerLaMagistratureSuprême.

EXHORTEZ LES LÉGALISTES DE TOUS LES PAYS DU MONDE DE REPRENDRE CE HASHTAG CI DESSUS.

Madame Ndèye Khady Ba



1. DEMANDER A MACKY SALL DE QUITTER LA TÈTE DE L’EXÉCUTIF SÉNÉGALAIS, CAR POUR SE FAIRE ÉLIRE IL A ORGANISÉ UNE TRICHERIE POLITICO-JUDICIAIRE AVEC LA COMPLICITÉ DU CONSEIL CONSTITUTIONNEL QUI A OSÉ VALIDER SES SIGNATURES DE PARRAINAGE OBTENUES PAR ACHATS I. E. PAR LE CRIME DE CORRUPTION; AVEC LA COMPLICITÉ DU PROCUREUR BASSIROU GUEYE ET DU PRÉSIDENT DE LA COUR SUPRÊME MAMADOU BADIO CAMARA (REMPLACÉ PAR CHEIKH AHMET TIDIANE COULIBALY ) QUI ONT TOUS LES DEUX REFUSÉ DE SANCTIONNER MACKY SALL POUR CRIME DE CORRUPTION PAR ACHAT DE SIGNATURES DE PARRAINAGE SUITE A NOS PLAINTE DÉPOSÉES A LEURS BUREAUX RESPECTIFS. 2. DEMANDER LA DÉMISSION COLLECTIVE DES MEMBRES DU CONSEIL CONSTITUTIONNEL, DU PROCUREUR BASSIROU GUEYE ET DU PRÉSIDENT DE LA COUR SUPRÊME MAMADOU BADIO CAMARA; CAR ILS ONT TOUS VIOLÉ LA CONSTITUTION EN REFUSANT DE SANCTIONNER MACKY SALL POUR CRIME DE CORRUPTION PAR ACHATS DE SIGNATURES DE PARRAINAGE: ILS DOIVENT IMPÉRATIVEMENT DÉMISSIONNER CAR TANT QU’ILS SERONT A LA TÈTE DES INSTITUTIONS QU’ILS OCCUPENT LE SÉNÉGAL NE CONNAÎTRA JAMAIS UNE ÉLECTION RÉGULIÈRE ET CONFORME A LA LOI. MACKY SALL LES UTILISERA POUR VALIDER SES TRICHERIES ÉLECTORALES, ET IL CONTINUERA A RESTER INDÉFINIMENT A LA TÈTE DU SÉNÉGAL OU A Y INSTALLER CELUI QU’IL AURA CHOISI POUR LE REMPLACER. 3. PROPOSER AUX SÉNÉGALAIS UN GOUVERNEMENT DE TRANSITION DE DOUZE MOIS POUR RÉPARER NOS INSTITUTIONS QUE MACKY SALL A DÉTRUITES EN LES DÉTOURNANT POUR VALIDER SES CRIMES DE CORRUPTION ET SES FRAUDES ÉLECTORALES AFIN DE RESTER AU POUVOIR; CAR TANT QUE SES INSTITUTIONS JUDICIAIRES N’AURA PAS ÉTÉ REFORMÉES JAMAIS LE SÉNÉGAL NE CONNAÎTRA DES ELECTIONS CONFORMES A LA LOI…..

1. DEMANDER A MACKY SALL DE QUITTER LA TÈTE DE L’EXÉCUTIF SÉNÉGALAIS, CAR POUR SE FAIRE ÉLIRE IL A ORGANISÉ UNE TRICHERIE POLITICO-JUDICIAIRE AVEC LA COMPLICITÉ DU CONSEIL CONSTITUTIONNEL   Les-sages-du-Conseil-Constitutionnel QUI A OSÉ  VALIDER SES SIGNATURES DE PARRAINAGE OBTENUES PAR ACHATS I. E. PAR LE CRIME DE CORRUPTION; AVEC LA COMPLICITÉ DU PROCUREURSERIGNE-BASS-GUEYE  BASSIROU GUEYE ET DU PRÉSIDENT DE LA COUR SUPRÊME   PRESIDENT DE LA COUR SUPREME MAMADOU BADIO CAMARA (REMPLACÉ PAR CHEIKH AHMET TIDIANE COULIBALY ) QUI ONT TOUS LES DEUX REFUSÉ DE SANCTIONNER MACKY SALL POUR CRIME DE CORRUPTION PAR ACHAT DE SIGNATURES DE PARRAINAGE SUITE A NOS PLAINTE DÉPOSÉES A LEURS BUREAUX RESPECTIFS.

2. DEMANDER LA DÉMISSION COLLECTIVE DES MEMBRES DU CONSEIL CONSTITUTIONNEL, DU PROCUREUR BASSIROU GUEYE ET DU PRÉSIDENT DE LA COUR SUPRÊME MAMADOU BADIO CAMARA; CAR ILS ONT TOUS VIOLÉ LA CONSTITUTION EN REFUSANT DE SANCTIONNER MACKY SALL POUR CRIME DE CORRUPTION PAR ACHATS DE SIGNATURES DE PARRAINAGE: ILS DOIVENT IMPÉRATIVEMENT DÉMISSIONNER CAR  TANT QU’ILS SERONT A LA TÈTE DES INSTITUTIONS QU’ILS OCCUPENT LE SÉNÉGAL NE CONNAÎTRA  JAMAIS UNE ÉLECTION RÉGULIÈRE ET CONFORME A LA LOI. MACKY SALL LES UTILISERA POUR VALIDER SES TRICHERIES ÉLECTORALES, ET IL CONTINUERA A RESTER INDÉFINIMENT A LA TÈTE DU SÉNÉGAL OU A Y INSTALLER CELUI QU’IL AURA CHOISI POUR LE REMPLACER.

A TITRE DE RAPPEL:

MAITRE DIJIBRIL WAR Me-War-1  UN ÉMINENT MEMBRE DE L’APR A ÉTÉ PARMI LES PREMIERS A DÉNONCÉ EN 2018 QUE LE CANDIDAT MACKY SALL  MACKY SALL  AVAIT REMIS AU MINISTRE COUMBA NDOFFENE DIOUF DE L’ARGENT POUR QU’IL ACHÈTE LES SIGNATURES DE PARRAINAGE DES SÉNÉGALAIS ENTRE 3.500F ET 5.000F.

MONSIEUR MAME BOYE DIAO  MAME BOYE DIAO BIEN QU’ETANT MEMBRE DE L’APR S’ÉTAIT OPPOSÉ AUX ACHATS DE SIGNATURES DE PARRAINAGE DE SES CAMARADES ET AVAIT APPELÉ LES AUTORITÉS JUDICIAIRES DU SÉNÉGAL A FAIRE LEUR DEVOIR.

LE MAIRE DE TOUBA  Abdou-Lahad-Ka-maire-Touba-696x522 ABDOU LAHD KA LUI  A  AVOUÉ EN PUBLIQUE QUE LE CANDIDAT MACKY SALL ACHETAIT DES SIGNATURES DE PARRAINAGE: EN EFFET IL A SOUTENU FACE A LA PRESSE ET EN PUBLIC QUE « L’ARGENT QUE MACKY SALL LUI AVAIT REMIS POUR ACHETAIT DES SIGNATURES DE PARRAINAGE, IL ALLAIT L’UTILISER POUR ACHETER DES SIGNATURES DE PARRAINAGE! ».

3.  PROPOSER AUX SÉNÉGALAIS UN GOUVERNEMENT DE TRANSITION DE DOUZE MOIS POUR RÉPARER NOS INSTITUTIONS QUE MACKY SALL A DÉTRUITES EN LES DÉTOURNANT POUR VALIDER SES CRIMES DE CORRUPTION ET SES FRAUDES ÉLECTORALES AFIN DE RESTER AU POUVOIR; CAR TANT QUE SES INSTITUTIONS JUDICIAIRES N’AURA PAS ÉTÉ REFORMÉES JAMAIS LE SÉNÉGAL NE CONNAÎTRA DES ELECTIONS CONFORMES A LA LOI.

PRÉCISIONS:

Concernant le processus de parrainage irrégulier de 2018 ; le « Mouvement Trois A, Are Allalou Askane-wi » a été la seule entité en compétition à la candidature aux élections présidentielles de faire son devoir citoyen de saisir la justice pour que force reste à la loi et que le candidat Macky Sall soit sanctionné pour crime de corruption par achat de signature de parrainage en 2018 :

+ C’est ainsi que nous avons saisi le Conseil Constitutionnel pour signaler que le candidat Macky Sall violait la loi sur le parrainage par achat de signatures de parrainage entre 3.500f et 5.000f : ce qui est défini par la loi comme un crime de corruption. à Mais non seulement le Conseil Constitutionnel a refusé de sanctionner le candidat fraudeur Macky Sall et de l’exclure de la liste des candidats, mais pire le Conseil Constitutionnel a osé validé les signatures de parrainage que le candidat Macky Sall avait obtenu par le crime de corruption. Ce qui est inacceptable !

+ Et pour prouver notre détermination à faire respecter la loi et la Constitution qu Sénégal, nous avons saisi le bureau du Procureur de la République Bassirou et avons présenté les faits cf signaler que le candidat Macky Sall violait la loi sur le parrainage par achat de signatures de parrainage entre 3.500f et 5.000f : ce qui est défini par la loi comme un crime de corruption. à Mais le Procureur Bassirou n’a pas levé le petit doigt et s’est enfermé dans un silence coupable.

+ Cela ne nous a pas découragés et nous avons saisi la Cour Suprême pour qu’elle prouve que force doit rester à la loi même si le coupable est le Président sortant Macky Sall.  à Mais nous avons eu la surprise de constater que le Président de la Cour Suprême lui aussi,  refusait de faire son travail de sanctionner Macky Sall pour violation de la loi sur le parrainage par achat de signatures de parrainage : ce qui est défini par la loi comme un crime !

Alors comme ces actes hors la loi perpétrée par Macky Sall  devaient être sanctionnés, mais que nos autorités judiciaires refusaient de faire le travail pour lequel elles étaient payées c’est-à-dire de faire respecter la loi dans le pays en sanctionnant ceux qui les violent, nous avons ainsi découvert que nous avions devant nous un véritable lobby politico-judiciaire tissé par Macky Sall, pour tricher aux élections et continuer à rester au pouvoir !

Mais malheureusement pour Macky Sall, notre obligation en tant que musulmane est de combattre jusqu’à sa défaite quiconque viole les lois de notre pays : c’est pourquoi nous le « Mouvement Trois A, Are Allalou Askane-wi » nous avons donné une conférence de presse le 04 juillet 2019 (visible dans www.baunblogfr.unblog.fr) pour en informer le peuple sénégalais et dénoncer les violations de la Constitution par Macky Sall avec la complicité du Conseil Constitutionnel, du Procureur de la République Bassirou Guèye et de la Cour Suprême qui refusent de le sanctionner ; c’est pourquoi nous le « Mouvement Trois A, Are Allalou Askane-wi » nous avons saisi l’Organisation des Nations Unies (étant donné que Macky Sall a rendu amorphes nos institutions judiciaires nationales : nous étions obligées de demander justice aux organes indépendants internationaux où Macky Sall ne pouvait intervenir pour empêcher la loi de sanctionner son crime de corruption par achat de signature de parrainage)  afin que les élections frauduleuses de 2019 soient annulées et qu’une transition de douze mois soit organisée au Sénégal avant la tenue de toute nouvelle élection : car pour avoir de nouvelles élections justes et conformes à la loi il faut réparer tous les dommages que Macky Sall a causés à nos lois, (remettre les compteurs à zéro) à nos institutions ; sinon le système de tricherie installé au Sénégal par Macky Sall avec ses complices le Président du Conseil Constitutionnel, le Procureur de la République et la Président de La Cour Suprême qui valident ses signatures de parrainage obtenues par achat i.e. par crime, ce système de tricherie politico-judiciaire permettra à Macky Sall et / ou celui qui ’il aura choisi pour lui succéder de rester à la tête du Sénégal indéfiniment .

→ Parce que nous ne voulons pas que le Sénégal soit un pays de non droit où le Conseil Constitutionnel valident des signatures de parrainage obtenues par achat i.e. par crime de corruption comme l’a fait le candidat Macky Sall en 2018.

→ Parce que nous ne voulons pas que le Sénégal soit un pays de non droit où celui qui a commis le crime de corruption par achat de signatures de parrainage comme Macky Sall et dont le casier judiciaire doit mentionner le crime de corruption et lui interdire de briguer la magistrature suprême, ose participer aux élections présidentielles parce que ses complices nichées au Conseil Constitutionnel le lui permettent.

→ Parce que nous ne voulons pas que le Sénégal soit un pays de non droit, où Macky Sall se permet de dire que « c’est lui qui a mis son coude sur certains dossiers judiciaires » pour protéger  ceux qu’il a choisi des sanctions de la loi en empêchant ainsi les magistrats de faire leur travail d’appliquer la loi qui sanctionne tout criminel.

→ Il faut impérativement restaurer la légalité constitutionnelle au Sénégal avec le départ du président illégitime Macky Sall de la tête de l’exécutif sénégalais, la mise en place d’une transition de douze mois Présidée par Madame Ndèye Khady Ba (parce qu’étant la seule qui demandé des sanctions contre le président illégitime) qui sera assisté par un gouvernement constitué des vingt-huit préfets et Gouverneurs des quatorze régions du Sénégal : seul ce gouvernement de technocrates nous permettra de réparer tous les torts que Macky Sall a causés à nos institutions et à nos lois ; seul ce gouvernement désintéressé permettra la tenue de nouvelles élections régulières car sur des bases saines.

Madame Ndèye Khady Ba



12

actualité et infos décortiq... |
Le chat à neuf queues |
Blog de Jean-Louis Simon |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | ATTAC Burkina Faso
| Les délibérations du Consei...
| Gouvernance territoriale, d...