PROPOSER A LA COMMUNAUTÉ INTERNATIONALE, EN MA QUALITÉ D’INITIATRICE DE LA « CONVENTION POUR LA PAIX ET LA SÉCURITÉ DANS LE MONDE », DE CONVOQUER UNE RÉUNION EXTRAORDINAIRE DE L’ASSEMBLÉE GÉNÉRALE DE L’ONU POUR QUE JE PUISSE PRÉSENTER MON PROJET DE RÉSOLUTION (DÉNOMMÉE RÉSOLUTION JAMMAL KHASHOGGI, DU NOM DU JOURNALISTE SAOUDIEN ASSASSINÉ PAR MBS) DE FAIRE DE TOUT CRIME SUR UN JOURNALISTE, UN CRIME CONTRE L’HUMANITÉ, POUR OBTENIR DE TOUS LES DIRIGEANTS DES PAYS DU MONDE LE VOTE DE CETTE RÉSOLUTION. VU QUE DES CRIMES IGNOBLES CONTINUENT A ETRE COMMIS DANS LE MONDE SUR DES JOURNALISTES DÉSARMÉS ET QUI N’ONT QUE LEURS MICROS ET CAMERAS EN MAIN, « , IL EST TEMPS QUE CES ASSASSINS SOIENT CAPTURÉS, JUGÉS ET EMPRISONNÉS. …

PROPOSER A LA COMMUNAUTÉ INTERNATIONALE, EN MA QUALITÉ D’INITIATRICE DE LA « CONVENTION POUR LA PAIX ET LA SÉCURITÉ DANS LE MONDE », DE CONVOQUER UNE RÉUNION  EXTRAORDINAIRE DE L’ASSEMBLÉE GÉNÉRALE DE L’ONU POUR QUE JE PUISSE PRÉSENTER MON PROJET DE RÉSOLUTION (DÉNOMMÉE RÉSOLUTION JAMMAL KHASHOGGI, DU NOM DU JOURNALISTE SAOUDIEN ASSASSINÉ PAR MBS) DE FAIRE DE TOUT CRIME SUR UN JOURNALISTE, UN CRIME CONTRE L’HUMANITÉ, POUR OBTENIR DE TOUS LES DIRIGEANTS DES PAYS DU MONDE LE VOTE DE CETTE RÉSOLUTION. VU QUE DES CRIMES IGNOBLES CONTINUENT A ETRE COMMIS DANS LE MONDE  SUR DES JOURNALISTES DÉSARMÉS ET QUI N’ONT QUE LEURS MICROS ET CAMERAS EN MAIN, « , IL EST TEMPS QUE CES ASSASSINS SOIENT CAPTURÉS, JUGÉS ET EMPRISONNÉS.

onu  drapeau eu C.E.D.E.A.O.Emblème_de_l'Union_africaine asean  oea

CI DESSOUS LE CAS INACCEPTABLE DU MEURTRE DE JAMMAL KHASHOGGI PAR MBS

→ SI MA RÉSOLUTION EST ADOPTÉE MOUHAMMED BEN SALMAN, LE FILS DU ROI SALMAN SERA AINSI ETRE JUGÉ PAR LA COUR PÉNALE INTERNATIONALE POUR AVOIR COMMIS UN CRIME CONTRE L’HUMANITÉ SUR LE JOURNALISTE JAMMAL KHASHOGGI; LA SITUATION ÉVOLUERA EN CE SENS INCHA ALLAOU, ET JE NE PENSE PAS QUE LE PRÉSIDENT DONALD TRUMP CONTINUERA A APPELER  MBS SON AMI.

trump mbs  mohmad-salam.LE PRÉSIDENT DONALD TRUMP ET SA MARIONNETTE MBS.

 Madame Ndeye Khady Ba



→ ETANT DONNÉ QUE LE SÉNÉGAL EST PRIS EN OTAGE PAR LE CANDIDAT MACKY SALL QUI USE ET ABUSE DE SA THÉORIE DE TRICHERIE ÉLECTORALE POUR CONTINUER A VOLER LES RESSOURCES DU SÉNÉGAL DANS SON ORGANISATION CRIMINELLE, NOUS DEMANDONS L’ARRESTATION IMMÉDIATE DU CANDIDAT MACKY SALL PAR LES FORCES DE DÉFENSE ET DE SÉCURITÉ ET SON EMPRISONNEMENT; AFIN DE REPORTER LES ELECTIONS PRÉSIDENTIELLES, D’INSTALLER UNE TRANSITION D’UNE ANNÉE SOUS LA DIRECTION DU GÉNÉRAL MAMADOU NIANG CONNU POUR SA PROBITÉ, CECI AFIN DE RESTAURER LES LOIS DE LA RÉPUBLIQUES DÉSTABILISÉES PAR LE CANDIDAT MACKY SALL, ET DE POUVOIR AINSI ORGANISER DES ELECTIONS PRÉSIDENTIELLES SAINES ET JUSTES.

DEMANDER AUX FORCES DE DÉFENSE ET DE SÉCURITÉ DU SÉNÉGAL DE PROCÉDER IMMÉDIATEMENT A L’ARRESTATION DU CANDIDAT MACKY SALL POUR AVOIR PROFITÉ DE SES PRÉROGATIVES DE CHEF D’ÉTAT ET COMMETTRE UN CRIME CONTRE LA PAIX PUBLIQUE, PAR LA CONSTITUTION A LA TÈTE DE L’ETAT  D’UNE ASSOCIATION DE MALFAITEURS EN RELATION AVEC UNE ORGANISATION CRIMINELLE CONSTITUÉE D’ACTEURS POLITICO-FINANCIERS ( CF ALIOUNE SALL LE FRÈRE DU CANDIDAT MACKY SALL IMPLIQUÉ DANS D’INNOMBRABLES SCANDALES FINANCIERS ET DÉTOURNEMENTS DE DENIERS PUBLICS, LE SULFUREUX ROBERT BOURGI AMIS DES DIRIGEANTS DICTATEURS ET VOLEURS D’AFRIQUE, … ) DANS LE BUT DE CONTINUER A S’INSTALLER A LA TÈTE DE L’ETAT ET PILLER LES BIENS DU PEUPLE; LA MÉTHODE UTILISÉE PAR LE CANDIDAT MACKY SALL EST DE  TERRORISER LES MAGISTRATS (PAR MENACE DE RADIATION, DE LIMOGEAGE OU D’AFFECTATION DANS DES DIVISIONS ADMINISTRATIVES LOINTAINES ET / OU HOSTILE) ET LES OBLIGER  A UTILISER LA JUSTICE:

1. DANS LA FALSIFICATION DE PROCÈS VERBAUX ÉLECTORAUX (CF PUBLICATION DES CHIFFRES DONNANT AHMET FALL BRAILLA VAINQUEUR DES LOCALES, ENSUITE FALSIFICATION DE CES CHIFFRES POUR DONNER VAINQUEUR  MANSOUR FAYE  LE BEAU FRÈRE DU PRÉSIDENT MACKY SALL ET CECI AVEC LA CONFIRMATION DU MAGISTRAT CHARGÉE DES LÉGISLATIVES A SAINT LOUIS).

2. DANS LA NEUTRALISATION D’ADVERSAIRES POLITIQUES  SIGNIFICATIFS (CF KARIM WADE ET KHALIFA SALL) EMPRISONNÉS POUR LES EMPÊCHER DE PARTICIPER AUX ELECTIONS PRÉSIDENTIELLES ET DE BATTRE LE CANDIDAT MACKY SALL ;

3. DANS LA VALIDATION DE SA TRICHERIE ÉLECTORALE PAR LE CONSEIL CONSTITUTIONNEL, CAR MALGRE SES SIGNATURES DE PARRAINAGE FRAUDULEUSES (ACQUISES PAR LE CRIME DE CORRUPTION CF ACHATS DE SIGNATURES) LE  CANDIDAT MACKY SALL A VU SON DOSSIER ILLÉGAL TRANSFORMÉ EN DOSSIER LÉGAL PAR LES MEMBRES DU CONSEIL CONSTITUTIONNEL.

4. DANS LE BLOCAGE PAR LE PROCUREUR DE LA RÉPUBLIQUE DE PLAINTE CONTRE LES MEMBRES DU CONSEIL CONSTITUTIONNEL QUI ONT COMMIS LE CRIME DE VALIDER LES SIGNATURES DE PARRAINAGE FRAUDULEUSES (ACQUISES PAR LE CRIME DE CORRUPTION CF ACHATS DE SIGNATURES) DU CANDIDAT MACKY SALL.

5. DANS L’ARRESTATION DES MEMBRES DE LA CARAVANE DE CAMPAGNE DE ISSA SALL QUI ÉTAIENT ENGAGÉS DANS UNE RIXE MORTELLE AVEC DES MEMBRES DE BENNO BOK YAAKAAR QUI EUX SONT LAISSÉS EN LIBERTÉ (EN CAS BAGARRE, DE RIXE TOUS LES PROTAGONISTES SONT ARRÊTÉS  AU MOINS POUR LES BESOINS DE L’ENQUETE, SITUER LES RESPONSABILITES, …).  

NB: LE CANDIDAT MACKY SALL QUI A OSÉ DIRE QUE C’EST LUI QUI EMPÊCHE L’EMPRISONNEMENT DE CERTAINS CRIMINELS ECONOMIQUES CAR IL « A MIS SON COUDE SUR LEURS DOSSIERS »!

ETANT DONNÉ QUE LE SÉNÉGAL EST PRIS EN OTAGE PAR LE CANDIDAT MACKY SALL QUI USE ET ABUSE DE SA THÉORIE DE TRICHERIE ÉLECTORALE POUR CONTINUER A VOLER LES RESSOURCES DU SÉNÉGAL DANS SON ORGANISATION CRIMINELLE, NOUS DEMANDONS L’ARRESTATION IMMÉDIATE DU CANDIDAT MACKY SALL PAR LES FORCES DE DÉFENSE ET DE SÉCURITÉ ET SON EMPRISONNEMENT; AFIN  DE REPORTER LES ELECTIONS PRÉSIDENTIELLES, D’INSTALLER UNE TRANSITION D’UNE ANNÉE SOUS LA DIRECTION DU GÉNÉRAL MAMADOU NIANG CONNU POUR SA PROBITÉ, CECI AFIN DE RESTAURER LES LOIS DE LA RÉPUBLIQUES DÉSTABILISÉES PAR LE CANDIDAT MACKY SALL, ET DE POUVOIR AINSI ORGANISER DES ELECTIONS PRÉSIDENTIELLES SAINES ET JUSTES.

Général Mamadou Niang

→ ETANT DONNÉ QUE LE SÉNÉGAL EST PRIS EN OTAGE PAR LE CANDIDAT MACKY SALL QUI USE ET ABUSE DE SA THÉORIE DE TRICHERIE ÉLECTORALE POUR CONTINUER A VOLER LES RESSOURCES DU SÉNÉGAL DANS SON ORGANISATION CRIMINELLE, NOUS DEMANDONS L'ARRESTATION IMMÉDIATE DU CANDIDAT MACKY SALL PAR LES FORCES DE DÉFENSE ET DE SÉCURITÉ ET SON EMPRISONNEMENT; AFIN  DE REPORTER LES ELECTIONS PRÉSIDENTIELLES, D'INSTALLER UNE TRANSITION D'UNE ANNÉE SOUS LA DIRECTION DU GÉNÉRAL MAMADOU NIANG CONNU POUR SA PROBITÉ, CECI AFIN DE RESTAURER LES LOIS DE LA RÉPUBLIQUES DÉSTABILISÉES PAR LE CANDIDAT MACKY SALL, ET DE POUVOIR AINSI ORGANISER DES ELECTIONS PRÉSIDENTIELLES SAINES ET JUSTES. mamadou_niang

Le Général Mamadou Niang, né en 1938 à Podor, est un officier général sénégalais ayant exercé les fonctions de Ministre de l’Intérieur de la République du Sénégal.

Formation

Il est instituteur à Gaol de 1960 à 1962.

Carrière

De 1963 à 1965, il est aide de camp du Chef d’état-major général des armées Jean Alfred Diallo.

De 1972 à 1974, il est Commandant de secteur dans le Balantacounda.

De 1980 à 1982, il est Commandant du second contingent sénégalais au Liban.

Commandant de la zone de défense n°2 en Gambie.

De 1988 à 1990, il est Chef des opérations à l’État-major des armées.

De 1991 à 1992, il est nommé par le président Abdou Diouf Président de la Commission nationale de gestion de la paix en Casamance.

Adjoint au sous-chef d’État-major général des armées.

De 1992 à 1993, il est Directeur de la Documentation et de la Sécurité Extérieure (Sénégal). Il est remplacé à ce poste par Papa Khalilou Fall.

Il est Sous-Chef d’Etat-Major général des Armées

Président de l’Observatoire national des élections (Onel, 1997-98)

Ambassadeur auprès de la Guinée-Bissau (mai 1999-mars 2000)

En avril 2000, il est Ministre de l’Intérieur (Sénégal) dans le gouvernement de Moustapha Niasse. À ce poste, il a fortement contribué à l’amélioration de la mobilité et des conditions de travail des forces de police. Il a remplacé à ce poste le Général Lamine Cissé.

En septembre 2003, le Général de Division Mamadou Niang est nommé Ambassadeur extraordinaire et plénipotentiaire de la République du Sénégal auprès de son Excellence Monsieur Luiz Inácio Lula da Silva, Président de la République fédérale du Brésil, en remplacement de Monsieur César Coly, appelé à d’autres fonctions. Le Général Niang n’a pas occupé le poste au Brésil pour des raisons personnelles.

En janvier 2004, le Général de division Mamadou Niang est nommé Ambassadeur Extraordinaire et Plénipotentiaire de la République du Sénégal auprès de sa Majesté Elisabeth II, reine du Royaume-Uni de Grande Bretagne et d’Irlande du Nord, en remplacement de Monsieur El Hadj Amadou Niang.

Le Général Mamadou Niang est titulaire de plusieurs décorations nationales et étrangères.

CI DESSOUS NOUS PRÉSENTONS LA FEUILLE DE ROUTE DU PRÉSIDENT DE LA TRANSITION, LE GENERAL MAMADOU NIANG

LISTE DES REVANDICATIONS DU



INVITER TOUTES LES FEMMES DIGNES ET HONNÊTES DU SÉNÉGAL A CRACHER AVEC LA DERNIÈRE ENERGIE SUR LES PROPOS DE NDEYE MARIEME BADIANE, QUI OSE CRITIQUER LA RÉACTION LÉGALE, LÉGITIME ET RATIONNELLE DE MAITRE ABDOULAYE WADE, QUI APPELLE A S’OPPOSER PAR TOUS LES MOYENS A DES ELECTIONS PRÉSIDENTIELLES DONT LE PRINCIPAL CANDIDAT MACKY SALL A MENÉ UNE VASTE CAMPAGNE DE CORRUPTION ET D’ACHATS DE SIGNATURES, ET QUI MALGRÉ TOUT A VU SON DOSSIER DE FRAUDEUR AVÉRÉ, VALIDÉ PAR UN CONSEIL CONSTITUTIONNEL QUI A TRAHI LES LOIS DE LA RÉPUBLIQUES ….

INVITER TOUTES LES FEMMES DIGNES ET HONNÊTES DU SÉNÉGAL A  CRACHER AVEC LA DERNIÈRE ENERGIE SUR LES PROPOS DE NDEYE MARIEME BADIANE, QUI OSE CRITIQUER LA RÉACTION LÉGALE, LÉGITIME ET RATIONNELLE DE MAITRE ABDOULAYE WADE, QUI APPELLE A S’OPPOSER PAR TOUS LES MOYENS A DES ELECTIONS PRÉSIDENTIELLES DONT LE PRINCIPAL CANDIDAT MACKY SALL A MENÉ UNE VASTE CAMPAGNE DE CORRUPTION ET D’ACHATS DE SIGNATURES, ET QUI MALGRÉ TOUT A  VU SON DOSSIER DE FRAUDEUR AVÉRÉ,  VALIDÉ PAR UN CONSEIL CONSTITUTIONNEL QUI A TRAHI LES LOIS DE LA RÉPUBLIQUES.

marieme_badiane_1NDEYE MARIEME BADIANE, OBNUBILÉE PAR LA PEUR DE NE PLUS JOUIR DES PRÉROGATIVES DU POUVOIR, ELLE N’ARRIVE PLUS A FAIRE LA DIFFÉRENCE ENTRE LA VÉRITÉ ET LE MENSONGE, LE LÉGAL ET L’ILLÉGAL:  ELLE TENTE LAMENTABLEMENT DE DÉFENDRE LES CANDIDAT CORRUPTEUR ET FRAUDEUR MACKY SALL.

→ NOUS DISONS SANS AMBAGES A NDEYE MARIEME BADIANE, QU’EN IMAGINANT QUE LES SÉNÉGALAIS RESTERONT LES BRAS CROISÉS FACE AU CANDIDAT ILLÉGITIME MACKY SALL, C’EST VOUS QUI PERDEZ LA TÊTE ET NON PAS MAITRE ABDOULAYE WADE.

www.actusen.sn

septembre 11, 2018

Parrainage : Le maire de Touba, Abdoul Ahad Ka file des fiches de collecte et 50.000 F Cfa à chaque chef de quartier

Abdou-Lahad-Ka-maire-Touba-696x522

La Coalition «Benno Bokk Yaakaar» est de plain-pied dans un marché, à la quête d’un bétail électoral. Et ne s’entoure plus de scrupules pour acheter les consciences des Sénégalais. La raison ? Après que SourceA a révélé, dans son édition d’hier lundi, l’offre de 1 million 500 mille F Cfa faite par le ministre-conseiller au village de la Commune de Mbar qui aura le maximum de signatures en faveur du Président Macky Sall, voici que le maire de Touba, Abdou Ahad Ka, danse le même tango que le responsable Apr de Biscuiterie. Pour ce faire, il a mis à profit une réunion avec les chefs de villages de sa Commune, pour déclarer à qui veut l’entendre : «je remettrai des fiches de collecte et 50.000 francs Cfa à chaque chef de quartier, pour glaner le maximum de signatures possibles»

Les agissements des responsables de la Coalition «Benno bokk yaakaar» ne font que certifier les propos de Thierno Alassane Sall, et pour cause. Le leader du Mouvement «La République des valeurs» affirmait, lors de la cérémonie de lancement de sa campagne de parrainage que le régime a mis en jeu 2 milliards de nos maigres francs pour aller à l’assaut des parrains. «Le régime en place a mobilisé 2 milliards de francs Cfa pour l’achat de parrains. Un marché de signatures s’est ouvert à l’échelle du pays», disait-il.

Les faits semblent lui donner raison. Car, après Arona Coumba Ndoffène Diouf qui a promis un million cinq cent mille francs Cfa, au village de la Commune de Mbar qui aura enregistré le plus de parrains, c’est au tour du maire de Touba, Abdoul Ahad Ka, de monnayer les registres destinés à la collecte de signatures. Dans une vidéo virale, on voit et entend l’édile de la capitale du «Mouridisme», entouré de quelques responsables de la Commune, expliquer le procédé à suivre aux chefs de quartiers qui étaient présents.

«Je remettrai des fiches de collecte et 50.000 francs Cfa à chaque chef de quartier pour glaner le maximum de signatures possibles. Il est prévu 10 signatures pour chaque fiche, que chacun prenne le nombre de fiches qui lui convient. Pour ceux qui ne savent pas écrire, vous pouvez demander de l’aide à vos proches». Tels sont les propos de Abdoul Ahad Ka.
Reste, maintenant, à savoir au rythme où vont les choses, quels leviers disposent les plus Hautes Autorités pour mettre fin à de telles pratiques qui épousent, de plus en plus, les contours de la corruption.
Mor Mbaye Cissé, Correspondant à Touba (Actusen.sn)
http://www.rewmi.com
13 septembre 2018

war-et-diouf Achat de parrains: Me War accuse Arona Coumba Ndoffène Diouf.

Les accusations d’achat de parrains ne sont pas de l’opposition, mais elles proviennent de la mouvance présidentielle. Dans une note dont nous détenons copie, Me Djibril War met en garde le Président Macky Sall sur les pratiques de corruption du ministre Arona Coumba Ndoffène Diouf. 

 La Coalition Benno Bokk Yaakar, lors de son assemblée générale hebdomadaire tenue hier, a procédé à l’évaluation des opérations de parrainage du président Macky Sall.

Les responsables des partis de la Coalition ont magnifié le déploiement des jeunes, des femmes, des responsables et des coordonnateurs vers les citoyens pour les inscrire sur les listes en se conformant à la loi.

Ils n’ont pas manqué d’exposer les difficultés rencontrées sur le terrain, en dénonçant des faits avérés de corruption. Me Djibril War accuse le Ministre conseiller Arona Coumba Ndoffène Diouf. «Il (Ndlr: Arona. C.N. Diouf pense que dans ce monde, tout peut s’acquérir par l’argent», s’indigne-t-il.

L’ancien député souligne que les hommes et femmes du ministre-conseiller, chassés de beaucoup de maisons et places, ont adopté une nouvelle stratégie : celle du donnant donnant.»

Selon Me War, « il n’y a qu’Arona Coumba Ndoffène Diouf qui fait preuve de générosité en allouant à chaque signataire de la liste de parrainage des sommes allant de 3000  à 5000 Fcfa»,

Une situation qui n’est pas sans conséquence. « Des personnes qui avaient déjà parrainé un candidat, attirées par l’appât de la corruption, viennent s’inscrire à nouveau sur les listes d’Arona Coumba Ndoffène qu’il s’est procuré frauduleusement, en dehors de la voie officielle, celle du Coordonnateur de la Coalition Benno Bokk Yaakar », souligne Me War.

Aussi déplorent-ils «les actes anti valeurs d’Arona, parce que non conformes à leurs valeurs d’honneur, de dignité, de pudeur».  Ils préviennent Macky : « ces comportements seront lourds de conséquence pour l’image du Président avec le discrédit et la désaffection des populations. »

A noter qu’Arona Coumba Ndoffène Diouf avait promis publiquement 1.500.000 Fcfa aux responsables de  la commune de Mbar qui auront plus le plus de signatures.

Georges Emmanuel Ndiaye.

http://www.rewmi.com

10 septembre 2018

Parrainage: Les stratégies ‘’hors-la-loi’’ de candidats

C’est la guerre des chiffres, surtout au niveau des souteneurs du Président Sall. Chacun verse dans l’excès de zèle, histoire de démontrer qu’il va apporter plus de signatures que l’autre.

Les déclarations se multiplient dans la presse, juste pour des positionnements. Personne ne veut rester en rade.

Malheureusement, tous les moyens sont bons pour ‘’enrôler‘’ des citoyens qui ont, la plupart du temps, des problèmes pour comprendre ce qu’il en est réellement.

Ils sont souvent soumis à des manipulations de toutes sortes, avec des fausses promesses à la clef.

C’est ainsi que dans la banlieue de Dakar par exemple, des rassemblements sont organisés, surtout avec les femmes, pour leur promettre des financements dans les prochains jours. Celles-ci, convaincues de les acquérir, signent des fiches tout en espérant que les promesses seront satisfaites.

D’autres stratégies sont en vogue de la part d’hommes politiques qui ne lésinent pas sur les moyens. Ils profitent le plus souvent du faible niveau intellectuel de certains électeurs, raflent leurs cartes d’identité numérisées, sous des prétextes fallacieux qui changent d’une localité à l’autre.

A Touba par exemple, une somme d’un million de Francs CFA est promise à toute personne capable d’apporter 100 signatures.

Malheureusement, selon nos sources, dans la ville sainte, le parti au pouvoir ne se fait pas particulièrement remarquer du fait que ses représentants sont quasi-invisibles.

Comme quoi, c’est l’éternelle équation de Touba qui se pose à Macky.

D’autres parmi les citoyens sont parfaitement conscients de ce qu’ils font. Ils préfèrent monnayer tout acte électoral, sans scrupules, là où certains ne rechignent pas à signer ou à refuser de le faire par conviction.

En cette période de ‘’navétane’’ et de vacances, de nombreux jeunes se voient promettre ou offrir des équipements, maillots, des ballons et même de l’argent en échange de signatures.

Pour les Chefs de village, on leur promet que bientôt, une loi sera votée pour leur permettre de bénéficier désormais de salaires pour leurs charges. Une loi qui, depuis l’ancien Président Wade, ne voit jamais le jour.

C’est dire qu’il y a autant de stratégies que de localités.

En conséquence, les convictions idéologiques ont pratiquement disparu de notre culture politique. Et comme ils sont peu nombreux à investir les partis et mouvements politiques, il faudra trouver les moyens parfois peu éthiques de convaincre cette grande masse d’électeurs.

Pis, les politiques profitent non seulement de l’incurie de certains, mais aussi de leur pauvreté. L’achat de conscience est banalisé. La manipulation érigée en règle.

Malheureusement, à chaque échéance électorale, les populations se font berner, parfois très facilement.

Ceci est d’autant plus vrai qu’aucune communication véritable n’a accompagné cette application de la loi sur le parrainage. Nombre de citoyens ignorent réellement ce que c’est. Parce qu’il aurait fallu, au moins, la faire accompagner de spots au niveau de tous les médias pour en expliquer les tenants et les aboutissants. Ce qui n’a pas été fait. On s’est précipité à la voter et à la faire appliquer. La preuve, même ceux qui sont au niveau du parti au pouvoir et qui parlent de 3 millions de signatures, ne savaient qu’il y avait un plafond à ne pas dépasser.

Même confusion au niveau des plénipotentiaires des partis. Ces ‘’messieurs élections’’ n’ont rencontré l’administration qu’une seule fois alors qu’ils sont censés comprendre et faire comprendre le parrainage au niveau de leurs partis respectifs ou de leurs états-majors politiques.

A ces confusions, s’ajoutent d’autres : le fait que la plupart de nos concitoyens ne savent pas signer. Certains mettent des étoiles, d’autres des signes qu’ils oublient aussitôt.

C’est dire que techniquement, l’administration chargée de contrôler les opérations aura du mal à le faire.

Il serait alors intéressant de savoir comment elle va s’y prendre surtout dans une société à majorité analphabète.

Assane Samb

www.lequotidien.sn/

17 septembre 2018

Mame Boye Diao (Apr) sur l’achat de conscience : «La justice doit faire …

Image issue d'un article pour la recherche "achats de signatures sur le parrainage par les candidats" (source : Le Quotidien)

 Le Quotidien-17 sept. 2018

Avec un objectif national de 2,5 millions de signatures, le pouvoir n’est-il … Donc, cela peut le frustrer et l’amener à parrainer un autre candidat.

Mame Boye Diao ne ménage pas ses camarades de parti qui s’activent dans l’achat de conscience. Arona Coumba Ndoffène Diouf et Abdou Lahad Kâ sont accusés d’avoir recouru à de telles pratiques. Le responsable apériste de Kolda appelle même la justice à faire son travail pour élucider ces affaires. Dans cet entretien, le directeur des Services fiscaux de la Direction des impôts et domaines invite Benno bokk yaakaar à l’unité en perspective de l’élection du prochain maire de Dakar.

Où en êtes-vous avec la campagne de collecte de parrains pour votre candidat Macky Sall ?
Nous avons un objectif ambitieux de dépasser les 2,5 millions de signatures pour régler certaines questions puériles soulevées par l’opposition pour montrer la représentativité et la popularité de notre candidat Macky Sall. Donc, nous avons fixé des objectifs pour chaque commune et nous espérons les dépasser. L’idée est de montrer, au mois de décembre, que le Président Macky Sall est majoritaire dans le cœur des Sénégalais. Cela va nous permettre de mieux enclencher le processus pour sa réélection.

Quel est votre objectif en termes de nombre de parrains à Kolda où vous militez ?
Nous avons un objectif fixé par le pôle parrainage de 32 000 parrains en rapport avec le fichier électoral du département de Kolda. Notre démarche a été de convoquer tous les responsables départementaux de la coalition Benno bokk yaakaar ainsi que les mouvements de soutien au président de la République. Cette réunion s’est tenue à la mairie de Kolda à l’issue de laquelle nous sommes en train de dérouler un plan d’actions. Le processus se fait dans la sérénité et l’enthousiasme parce que Kolda est l’une des régions qui ont le plus bénéficié des politiques publiques qui ont été mises en place par le chef de l’Etat. Nous engageons le processus de façon unitaire, sans anicroche. Nous pensons que nous allons dépasser les 32 000 signatures que nous nous sommes fixé comme objectif.

Avec un objectif national de 2,5 millions de signatures, le pouvoir n’est-il pas dans une logique d’invalider les autres candidatures ?
Cela répond déjà à une question de popularité ou pas du Président Macky Sall. L’opposition fait croire à l’opinion que le Président est minoritaire. Nous pensons que la première réponse à donner à cela, c’est de montrer que Macky Sall est largement majoritaire dans ce pays. Deuxièmement, le parrainage est une question sensible, une nouveauté dans notre pays et il faut aussi gérer les questions subjectives. Si un de nos militants n’est pas sollicité pour le parrainage, il peut penser qu’il n’a pas l’importance qu’il faut. Donc, cela peut le frustrer et l’amener à parrainer un autre candidat. Chaque candidat déclaré doit pouvoir compter sur ses propres forces pour dire à terme à peu près ce qu’il pèse.
Mais avec 2,5 millions de parrains, il y a des risques de doublons…
Le pouvoir ne s’est pas fixé comme objectif d’invalider les candidats de l’opposition. D’ailleurs, il n’a pas ce pouvoir, cette tâche de valider ou pas une candidature revient au Conseil constitutionnel. Pourtant Bougane Guèye Dany et Malick Gakou se sont fixé chacun un objectif de 500 mille parrains. Le Pds table sur 1 million de parrains… Donc, chaque candidat s’est fixé des objectifs. Si c’est l’opposition qui parle d’un million ou 500 mille signatures, on ne dit rien, mais si c’est le pouvoir, on crie au scandale et on nous accuse de vouloir invalider des candidatures. Nous voulons 2,5 millions de parrains pour juste montrer notre force.

Finalement la question de l’achat de conscience n’est-elle pas en train de plomber la pertinence du parrainage ?
Dans le déroulement des processus politiques, le Président appuyait financièrement les différents comités électoraux, que ce soit les Législatives ou les Locales. Mais pour un processus de parrainage, aucun franc n’a été ni dégagé ni mis à la disposition des différents comités.

Pourtant Thierno Alassane Sall parle de 2 milliards mobilisés par le pouvoir pour acheter des parrains…
C’est faux ! Cet homme n’a jamais gagné une élection à Thiès, y compris dans sa propre commune. C’est pourquoi il avance des propos fallacieux. Ces accusations sont faites par des personnes qui ne peuvent même pas avoir 50 000 signatures. Tout le monde sait que lorsqu’on va vers des élections, le Président sort une cagnotte pour aider les différents comités électoraux. Mais pour cette campagne de collecte de parrains, aucun budget n’a été établi. Au niveau de la région de la Kolda, nous n’avons reçu aucun franc et c’est le cas pour les autres responsables de la coalition. Il s’agit d’un choix que nous avons fait pour rendre au Président la monnaie de sa pièce parce qu’il a placé le Sénégal sur la voie du développement. Nous autres, ses responsables, pensons qu’il ne devait pas s’investir dans ce processus. Thierno Alassane Sall était avec nous, donc, il sait que dans toutes les élections qui se sont déroulées, le Président n’a jamais donné plus de 5 millions à un comité électoral. Avec 5 millions, comment peut-on faire une campagne ? Donc, c’est rien du tout. Le Président n’a jamais voulu faire des élections une question d’argent entre lui et les populations.
Le ministre-conseiller Arona Coumba Ndoffène Diouf promet dans la commune de Mbar 1,5 million de francs Cfa au village qui aura le plus de parrains et le maire de Touba, Abdou Lahad Kâ, dans une vidéo qui circule sur le net, donne 50 000 francs Cfa à chaque parrain. Ces affaires ne sont-elles pas des cas d’achat de conscience avérés ?
Pour le cas de Touba, si une personne donne 50 000 francs à chaque parrain, c’est parce qu’il doit être immensément riche. 50 000 francs par parrain, c’est énorme ! Je reconnais la ligne de mon parti qui dit que la collecte de parrainages doit être une action volontaire et libre. Les cas que vous me citez sont des cas isolés qui peuvent être mal vus par l’opinion mais qui ne concernent pas la direction du parti. Je suis formel : ni le président de la République ni le directoire de campagne n’ont dégagé un budget pour l’achat de conscience et des promesses électoralistes. Je condamne ces pratiques de ces responsables. Ce sont des éléments qui sont minimes par rapport au processus global. L’Apr se démarque de toutes ces pratiques. Nous ne sommes ni dans l’achat de conscience ni dans les promesses mirobolantes pour obtenir des parrains. Nous sommes assez forts pour atteindre nos objectifs en termes de parrains. Ceux qui le font, doivent assumer devant la justice de ce pays. Ces gens sont en train de faire croire à l’opinion que le Président n’est pas majoritaire alors que c’est tout à fait le contraire. Ils peuvent faire douter les votants. Au niveau de la majorité, ces personnes, qui font de l’achat de conscience, sont des responsables qui n’ont pas de base. C’est un moyen de prouver au président de la République qu’on est fort dans notre localité. Cependant, ils utilisent des moyens malheureux.

Etes-vous pour que l’Ofnac s’autosaisisse pour élucider ces cas Arona Coumba Ndoffène Diouf et Abdou Lahad Kâ ?
S’il y a des cas de corruption avérés, il faudrait que la loi s’applique à tout le monde, pouvoir comme opposition. Mais je dois souligner que ce ne sont que ceux qui savent qu’ils ne peuvent pas avoir le nombre de parrains requis qui crient à l’achat de conscience. Je n’ai pas entendu un parti comme Rewmi agiter ces questions parce qu’il sait que le nombre de parrains demandé n’est pas un problème. L’opposition pose un débat puéril. C’est le cas avec cette accusation grave du parti Pastef à l’égard du Président Macky Sall par rapport aux ethnies et aux confréries. Voilà des gens qui nous ont habitués à des accusations bizarres. Cependant, ils sont en train de franchir un cap très dangereux. Le président de la République n’a jamais communiqué en faisant référence à son appartenance confrérique, religieuse, ethnique ou régionale. Je mets au défi quiconque de me sortir un élément dans lequel le Président fait référence à cela. Pour la première institution du pays, l’accuser d’user de cela est une faute très grave. Beaucoup d’hommes politiques font dans la vindicte pour devenir des héros. Personnellement, je ne connais pas l’appartenance confrérique de Macky Sall alors que tout le monde connaissait la confrérie de son prédécesseur. J’appelle les gens de Pastef à la raison. Nous sommes dans un pays où chrétiens et musulmans ont des relations fraternelles, de même que les différentes confréries. Les Sénégalais ne vont pas les suivre dans cette voie.

Quelle lecture faites-vous de la décision du président de la République de nommer des délégués régionaux pour la Présidentielle de 2019 ?
Le président de la République s’est inscrit, depuis 2012, dans une dynamique de coalition. Au départ, il s’agissait de la coalition Macky2012 qui nous a amenés au second pour devenir ensuite Benno bokk yaakaar. Dans sa logique de «gagner ensemble et gouverner ensemble», le Président a fait des choses assez similaires par rapport à Bby. Il y a des responsables de l’Apr, du Ps de l’Afp, entre autres. C’est un message fort de Macky Sall qui tient à cette coalition. Deuxièmement, dans le dispositif mis en place dans le cadre du parrainage, les délégués régionaux interviennent dans le processus de collecte de parrains. Ils seront l’interface entre le candidat Macky Sall et les différents parrains par le canal des collecteurs. Je salue les choix portés sur Ousmane Tanor Dieng, Moustapha Niasse, Mahammed Boun Abdallah Dionne ou Robert Sagna parmi les délégués régionaux. Cela confirme le leadership du Président Macky Sall qui a choisi de faire avec une équipe constituée de différents alliés et compte se battre avec cette machine pour sa réélection.

Pour la succession de Khalifa Sall, il est agité le nom de Alioune Ndoye pour le Ps et celui de Zator Mbaye pour l’Afp. Ne s’achemine-t-on pas vers une guerre Ps-Afp au sein de Bby pour le contrôle de la Ville de Dakar ?
Que des noms soient agités, ce n’est pas un problème. Le groupe de Khalifa Sall a sa propre stratégie. Dès qu’il y aura une dispersion au niveau de la candidature de Benno, le bloc de Khalifa Sall va gagner aisément. Ce sera encore une fois la résultante de nos petites querelles qui pourront aboutir à cet échec dans la reconquête de la Ville de Dakar. Khalifa Sall a été élu avec une équipe qui est restée soudée. Ceux qui sont en face, s’ils y vont en ordre dispersé, ils créent eux-mêmes les conditions de leur échec.

POUR VOUS RAFRAÎCHIR LA MÉMOIRE, NDEYE MARIEME BADIANE JE VOUS RAPPELLE VOS PROPRES TRICHERIES A BENNO BOK YAAKAAR SUR LE PARRAINAGE; TRICHERIES QUI FONT DU CANDIDAT MACKY SALL, UN CANDIDAT ILLÉGITIME MAIS DONT LES SIGNATURES DE PARRAINAGE ONT ÉTÉ  FRAUDULEUSEMENT VALIDÉES PAR LE CONSEIL CONSTITUTIONNEL: CETTE DÉCISION N’ETANT PAS CONFORME AU DROIT, EST DONC NULLE ET NON AVENUE.

→ DE TOUTE ÉVIDENCE NOUS COMBATTRONS POUR QUE LE DROIT SOIT DIT ET QUE LA LOI SOIT RESPECTÉE PAR ANNULATION DE CETTE DÉCISION DU CONSEIL CONSTITUTIONNEL PRISE EN VIOLATION DE LA LOI SUR LE PARRAINAGE: NOTRE LUTTE POUR L’ANNULATION DE CETTE DÉCISION HORS LA LOI DU CONSEIL CONSTITUTIONNEL DE VALIDER DES SIGNATURES OBTENUES PAR CORRUPTION, EST PLUS QUE LÉGITIME;  CE QUI SERAIT IRRATIONNEL C’EST DE RESTER LES BRAS CROISÉS FACE A CES MÉTHODES HORS LA LOI ET MÊME CRIMINELLES DU CANDIDAT MACKY SALL.

Madame Ndèye Khady Ba

 

 

 



EXHORTER LA COMMUNAUTÉ INTERNATIONALE VENUE AU SÉNÉGAL COMME OBSERVATEURS DU PROCESSUS ÉLECTORAL A AVOIR LE COURAGE D’INFORMER LE MONDE DU CONSTAT FAIT SUR LES VIOLATIONS DE LA LOI SUR LE PARRAINAGE PAR LE CANDIDAT MACKY SALL AVEC SES ACHATS DE SIGNATURES , ET QUE PAR CONSÉQUENT LA DÉCISION DU CONSEIL CONSTITUTIONNEL DE VALIDER LA CANDIDATURE DE MACKY SALL N’EST PAS CONFORME A LA LOI SUR LE PARRAINAGE EN VIGUEUR AU SÉNÉGAL: DONC CETTE DÉCISION EST NULLE ET NON AVENUE. …

EXHORTER  LA COMMUNAUTÉ INTERNATIONALE  VENUE AU SÉNÉGAL COMME OBSERVATEURS DU PROCESSUS ÉLECTORAL A AVOIR LE COURAGE D’INFORMER LE MONDE DU CONSTAT FAIT SUR LES VIOLATIONS DE LA LOI SUR LE PARRAINAGE PAR LE CANDIDAT MACKY SALL AVEC SES ACHATS DE SIGNATURES , ET QUE PAR CONSÉQUENT LA DÉCISION DU CONSEIL CONSTITUTIONNEL DE VALIDER LA CANDIDATURE DE MACKY SALL N’EST PAS CONFORME A LA LOI SUR LE PARRAINAGE EN VIGUEUR AU SÉNÉGAL: DONC CETTE DÉCISION EST NULLE ET NON AVENUE.

→APRES  CE CONSTAT LA COMMUNAUTÉ INTERNATIONALE  VENUE AU SÉNÉGAL COMME OBSERVATEURS DU PROCESSUS ÉLECTORAL, DOIT DEMANDER L’ARRÊT IMMÉDIAT DE CE PROCESSUS ÉLECTORAL NON CONFORME A LA LOI, AFIN DE CONVOQUER  TOUS LES CANDIDATS A LA CANDIDATURE AUX PRÉSIDENTIELLES DE 2019 QUI A LA DATE DU 26 DÉCEMBRE 2018 AVAIENT DÉJÀ DÉPOSÉ LEUR DOSSIERS AU CONSEIL CONSTITUTIONNEL (LE CACHET DE DÉCHARGE DU CONSEIL CONSTITUTIONNEL FAISANT FOI)  POUR INSTALLER UNE TRANSITION, VU QU’APRES LES 24 FÉVRIER 2019 SI AUCUNE ELECTION NE SE TIENT, LE SIÈGE DE PRÉSIDENT DU SÉNÉGAL SERA VACANT: CELA PERMETTRA DE RÉORGANISER DES ELECTIONS SUR DES BASES SAINES ET ÉVITERA AU SÉNÉGAL DES LENDEMAINS ÉLECTORAUX VIOLENTS.

→ NOUS METTONS EN GARDE LA COMMUNAUTÉ INTERNATIONALE  VENUE AU SÉNÉGAL COMME OBSERVATEURS DU PROCESSUS ÉLECTORAL, CONTRE TOUT SILENCE COMPLICE SUR CE PROCESSUS ÉLECTORAL ENGAGÉ MAIS COMPROMIS PAR LA DÉCISION HORS LA LOI DU CONSEIL CONSTITUTIONNEL DE VALIDER LES SIGNATURES FRAUDULEUSE DU CANDIDAT MACKY SALL CAR CELA SERA CONSIDÉRÉ COMME UN SOUTIEN  AU CANDIDAT FRAUDEUR MACKY SALL.

ARTICLE DU 21 JANVIER 2019

METTRE EN GARDE LA COMMUNAUTÉ INTERNATIONALE  VENUE AU SÉNÉGAL COMME OBSERVATEURS DU PROCESSUS ÉLECTORAL,  CONTRE TOUTE TENTATIVE D’ÊTRE LES FAIRE VALOIR DU CANDIDAT MACKY SALL SIMPLEMENT PARCE QU’IL EST LE PRÉSIDENT DE LA RÉPUBLIQUE, ET DE VALIDER SES SIGNATURES FRAUDULEUSES, EN SUIVANT LE CONSEIL CONSTITUTIONNEL SÉNÉGALAIS QUI FERME LES YEUX SUR LE MODE D’ACQUISITION DES SIGNATURES,  MÊME S’IL EST HORS LA LOI (1. CF CORRUPTION PAR ACHATS DE SIGNATURES DU CANDIDAT MACKY SALL, 2.CF FRAUDE SUR LE PARRAINAGE PAR TRICHERIE AVEC UTILISATION D’ENTITÉS RELIGIEUSES C’EST A DIRE LES DAHIRAS MOUSTARCHIDINE WAL MOUSTARCHIDATE DONT LE PROFESSEUR ISSA SALL A ENREGISTRÉ LES SIGNATURES, ALORS QUE TOUS LES CANDIDATS  ÉTAIENT SENSÉS PRÉSENTER LEURS  PROGRAMMES AUX POTENTIELS PARRAINS AFIN D’OBTENIR LEURS SIGNATURES SI LEURS  PROGRAMMES LEUR CONVIENNENT.) 

 

cedeao   union africaine

drapeau eu                                onu

 

A.Guterres

NB: SI JAMAIS LA COMMUNAUTÉ INTERNATIONALE QUI A EFFECTUÉ LE DÉPLACEMENT  AU SÉNÉGAL POUR VEILLER AU RESPECT DES RÈGLES DU PROCESSUS ÉLECTORAL (QUI INTÈGRE 1. TOUTE LA PROCÉDURE CONDUISANT AUX ELECTIONS  ET QUI EST CONSTITUÉE DU PROCESSUS DE PARRAINAGE, 2. LA TENUE DES ELECTIONS PROPREMENT DITES ET 3.LA PROCLAMATION DES RÉSULTATS) FERME LES YEUX SUR  LE SABOTAGE PERPÉTRÉ PAR LE CONSEIL CONSTITUTIONNEL SUR LA PREMIÈRE PROCÉDURE CONDUISANT AUX ELECTIONS  ET QUI EST CONSTITUÉE DU PROCESSUS DE PARRAINAGE AVEC LA VALIDATION DES SIGNATURES FRAUDULEUSES DU CANDIDAT MACKY SALL) ALORS TOUS LES PAYS AFRICAINS REFUSERONT SA PRÉSENCE LORS DES ELECTIONS SUR LE CONTINENT.

CI DESSOUS JE JOINS LA LETTRE QUE J’AI DÉPOSÉE AU CONSEIL CONSTITUTIONNEL A LA DATE DU 24 DÉCEMBRE 2018, POUR REFUSER DE CAUTIONNER CE PARRAINAGE DE TRICHERIE, DE CORRUPTION ET DE FRAUDE.

 

 

img547

 

LE SABOTAGE EFFECTIF DU CONSEIL CONSTITUTIONNEL SUR LA SÉLECTION DES PARRAINAGES VALABLES ME DONNENT RAISON: J’AI PRIS UNE DÉCISION JUDICIEUSE DE DÉPOSER VIERGES MES FICHES DE PARRAINAGE ET MA CLEF USB;  TOUS ONT CONSTATÉ QUE LA MAJORITÉ DES CANDIDATS QUI ONT DÉPOSÉ AU CONSEIL CONSTITUTIONNEL LEURS FICHES DE PARRAINAGES AVEC LEURS CLEFS USB COMPRENANT LES SIGNATURES DES ÉLECTEURS QUI LEUR ONT FAIT CONFIANCE, N’A PAS REÇU LA VALIDATION DE SA CANDIDATURE; ALORS QUE LE CANDIDAT MACKY SALL A VU SON PARRAINAGE VALIDÉ PAR LE CONSEIL CONSTITUTIONNEL, MALGRÉ SES SIGNATURES OBTENUES PAR LA CORRUPTION.

LISTE DES REVANDICATIONS DU

AVEC  CES ÉLÉMENTS DE PREUVE CI DESSOUS DU SABOTAGE PERPÉTRÉ PAR LE CONSEIL CONSTITUTIONNEL SUR LA PREMIÈRE PHASE DES ELECTIONS PRÉSIDENTIELLES, NOUS DEMANDONS L’ANNULATION PURE ET SIMPLE DE CE PROCESSUS DE PARRAINAGE CARACTÉRISÉ PAR DES IRRÉGULARITÉS PATENTES. 

31-12-2018

EXHORTER LE PROCUREUR DE LA RÉPUBLIQUE (CHARGÉ DE DÉFENDRE LES INTÉRÊTS DE LA SOCIÉTÉ ET DE VEILLER A L’ORDRE PUBLIQUE) A S’AUTO-SAISIR AFIN D’ANNULER LA DÉCISION HORS LA LOI DU CONSEIL CONSTITUTIONNEL DE VALIDER  LES DOSSIERS DE PARRAINAGE FRAUDULEUX DES CANDIDATS MACKY SALL PRIS EN FLAGRANT DÉLIT DE VIOLATION DE LA LOI SUR LE PARRAINAGE AVEC LES ACHATS DE SIGNATURE  ET DE CORRUPTION DE SES HOMMES DE MAIN), ET  ISSA SALL PRIS EN FLAGRANT DÉLIT DE VIOLATION DE LA LOI SUR LE PARRAINAGE AVEC L’UTILISATION D’ENTITÉS RELIGIEUSES CF DAHIRAS MOUSTARCHIDINE WAL MOUSTARCHIDATE (SI LES MOURIDES OU LES NIASSENES OU LES LAYENNES  UTILISENT LES MÊMES MÉTHODES ON SE RETROUVERA BIENTÔT DANS DES CONFRONTATIONS CONFRÉRIQUES SUR LE TERRAIN POLITIQUE). CE PROFESSEUR ISSA SALL EST UN VÉRITABLE TRICHEUR SOURNOIS ET IMPRÉVISIBLE: IL DOIT ÊTRE  CONTRÔLÉ DANS TOUTES SES DÉMARCHES, CAR IL CAPABLE DE PROVOQUER DE DANGEREUSES RIVALITÉS ET VIOLENCES RELIGIEUSES DANS LE PAYS; ET NOS AUTORITÉS DOIVENT EMPÊCHER NON SEULEMENT LA TRICHERIE ET LA FRAUDE, MAIS PLUS GRAVE L’UTILISATION D’ENTITÉS RELIGIEUSES POUR OBTENIR DES SIGNATURES ET / OU DES VOIX .

SERIGNE-BASS-GUEYELE PROCUREUR DE LA RÉPUBLIQUE SERIGNE BASSIROU GUEYE.

→ SI NOS MAGISTRATS SONT INCAPABLES DE FAIRE RESPECTER LA LOI AU SÉNÉGAL, LA LOGIQUE VEUT QUE CE SOIT NOS FORCES DE DÉFENSE ET DE SÉCURITÉ QUI DÉGAGENT TOUS CES POLITICIENS VÉREUX, VOLEURS DE DENIERS PUBLICS, TRICHEURS, FRAUDEURS, CORRUPTEURS SANS DIGNITÉ, AFIN QUE LE SÉNÉGAL RENAISSE.

Madame Ndèye Khady BA

29-12-2018

RAPPELER AUX MEMBRES DU CONSEIL CONSTITUTIONNEL SÉNÉGALAIS QU’UNE SEULE SIGNATURE FRAUDULEUSE DISQUALIFIE LE CANDIDAT CONCERNÉ, CAR L’ENSEMBLE DES  SIGNATURES CONTENUES DANS SON DOSSIER DE PARRAINAGE DEVIENNENT SUSPECTES DONC IMPOSSIBLES A VALIDER…

ÉTANT DONNE QU’AU SÉNÉGAL POUR ACCÉDER ET OU RESTER A POUVOIR,  LES POLITICIENS VEULENT DÉTRUIRE LES BASES DE NOTRE STABILITÉ, QUE SONT LES LOIS ET L’ORDRE, CAR  NON SEULEMENT ILS EN SONT ARRIVÉS A CONSIDÉRER LA TRICHERIE, LA CORRUPTION COMME LÉGALE ET NORMALE,  MAIS SURTOUT QU’ILS LE FONT A VISAGE DÉCOUVERT (CE QUI EST UN VÉRITABLE AFFRONT UNE INSULTE POUR NOS LOIS ET NOS MAGISTRATS, ET UNE MENACE OUVERTE ET  EXTRÊME POUR NOTRE STABILITÉ ), ÉTANT DONNE QUE LES FRAUDES, LA CORRUPTION ET LA TRICHERIE SUR LE PARRAINAGE SONT PATENTES ET QUE LES POLITICIENS OSENT DÉFIER NOS LOIS ET CORROMPRE OUVERTEMENT….    IL EST IMPÉRATIF QUE LES SANCTIONS  DE LA JUSTICE PROTÈGENT CE PROCESSUS ET  DISQUALIFIENT LES CANDIDATS AYANT VIOLÉ LA LOI SUR LE PARRAINAGE, DANS L’INTÉRÊT DU PAYS ET AU NOM DE LA PRÉSERVATION DE SA RÉPUTATION DANS LE MONDE.

www.actusen.sn

septembre 11, 2018

Parrainage : Le maire de Touba, Abdoul Ahad Ka file des fiches de collecte et 50.000 F Cfa à chaque chef de quartier

Abdou-Lahad-Ka-maire-Touba-696x522

La Coalition «Benno Bokk Yaakaar» est de plain-pied dans un marché, à la quête d’un bétail électoral. Et ne s’entoure plus de scrupules pour acheter les consciences des Sénégalais. La raison ? Après que SourceA a révélé, dans son édition d’hier lundi, l’offre de 1 million 500 mille F Cfa faite par le ministre-conseiller au village de la Commune de Mbar qui aura le maximum de signatures en faveur du Président Macky Sall, voici que le maire de Touba, Abdou Ahad Ka, danse le même tango que le responsable Apr de Biscuiterie. Pour ce faire, il a mis à profit une réunion avec les chefs de villages de sa Commune, pour déclarer à qui veut l’entendre : «je remettrai des fiches de collecte et 50.000 francs Cfa à chaque chef de quartier, pour glaner le maximum de signatures possibles»

Les agissements des responsables de la Coalition «Benno bokk yaakaar» ne font que certifier les propos de Thierno Alassane Sall, et pour cause. Le leader du Mouvement «La République des valeurs» affirmait, lors de la cérémonie de lancement de sa campagne de parrainage que le régime a mis en jeu 2 milliards de nos maigres francs pour aller à l’assaut des parrains. «Le régime en place a mobilisé 2 milliards de francs Cfa pour l’achat de parrains. Un marché de signatures s’est ouvert à l’échelle du pays», disait-il.

Les faits semblent lui donner raison. Car, après Arona Coumba Ndoffène Diouf qui a promis un million cinq cent mille francs Cfa, au village de la Commune de Mbar qui aura enregistré le plus de parrains, c’est au tour du maire de Touba, Abdoul Ahad Ka, de monnayer les registres destinés à la collecte de signatures. Dans une vidéo virale, on voit et entend l’édile de la capitale du «Mouridisme», entouré de quelques responsables de la Commune, expliquer le procédé à suivre aux chefs de quartiers qui étaient présents.

«Je remettrai des fiches de collecte et 50.000 francs Cfa à chaque chef de quartier pour glaner le maximum de signatures possibles. Il est prévu 10 signatures pour chaque fiche, que chacun prenne le nombre de fiches qui lui convient. Pour ceux qui ne savent pas écrire, vous pouvez demander de l’aide à vos proches». Tels sont les propos de Abdoul Ahad Ka.
Reste, maintenant, à savoir au rythme où vont les choses, quels leviers disposent les plus Hautes Autorités pour mettre fin à de telles pratiques qui épousent, de plus en plus, les contours de la corruption.
Mor Mbaye Cissé, Correspondant à Touba (Actusen.sn)
http://www.rewmi.com
13 septembre 2018

war-et-diouf Achat de parrains: Me War accuse Arona Coumba Ndoffène Diouf.

Les accusations d’achat de parrains ne sont pas de l’opposition, mais elles proviennent de la mouvance présidentielle. Dans une note dont nous détenons copie, Me Djibril War met en garde le Président Macky Sall sur les pratiques de corruption du ministre Arona Coumba Ndoffène Diouf. 

 La Coalition Benno Bokk Yaakar, lors de son assemblée générale hebdomadaire tenue hier, a procédé à l’évaluation des opérations de parrainage du président Macky Sall.

Les responsables des partis de la Coalition ont magnifié le déploiement des jeunes, des femmes, des responsables et des coordonnateurs vers les citoyens pour les inscrire sur les listes en se conformant à la loi.

Ils n’ont pas manqué d’exposer les difficultés rencontrées sur le terrain, en dénonçant des faits avérés de corruption. Me Djibril War accuse le Ministre conseiller Arona Coumba Ndoffène Diouf. «Il (Ndlr: Arona. C.N. Diouf pense que dans ce monde, tout peut s’acquérir par l’argent», s’indigne-t-il.

L’ancien député souligne que les hommes et femmes du ministre-conseiller, chassés de beaucoup de maisons et places, ont adopté une nouvelle stratégie : celle du donnant donnant.»

Selon Me War, « il n’y a qu’Arona Coumba Ndoffène Diouf qui fait preuve de générosité en allouant à chaque signataire de la liste de parrainage des sommes allant de 3000  à 5000 Fcfa»,

Une situation qui n’est pas sans conséquence. « Des personnes qui avaient déjà parrainé un candidat, attirées par l’appât de la corruption, viennent s’inscrire à nouveau sur les listes d’Arona Coumba Ndoffène qu’il s’est procuré frauduleusement, en dehors de la voie officielle, celle du Coordonnateur de la Coalition Benno Bokk Yaakar », souligne Me War.

Aussi déplorent-ils «les actes anti valeurs d’Arona, parce que non conformes à leurs valeurs d’honneur, de dignité, de pudeur».  Ils préviennent Macky : « ces comportements seront lourds de conséquence pour l’image du Président avec le discrédit et la désaffection des populations. »

A noter qu’Arona Coumba Ndoffène Diouf avait promis publiquement 1.500.000 Fcfa aux responsables de  la commune de Mbar qui auront plus le plus de signatures.

Georges Emmanuel Ndiaye.

http://www.rewmi.com

10 septembre 2018

Parrainage: Les stratégies ‘’hors-la-loi’’ de candidats

C’est la guerre des chiffres, surtout au niveau des souteneurs du Président Sall. Chacun verse dans l’excès de zèle, histoire de démontrer qu’il va apporter plus de signatures que l’autre.

Les déclarations se multiplient dans la presse, juste pour des positionnements. Personne ne veut rester en rade.

Malheureusement, tous les moyens sont bons pour ‘’enrôler‘’ des citoyens qui ont, la plupart du temps, des problèmes pour comprendre ce qu’il en est réellement.

Ils sont souvent soumis à des manipulations de toutes sortes, avec des fausses promesses à la clef.

C’est ainsi que dans la banlieue de Dakar par exemple, des rassemblements sont organisés, surtout avec les femmes, pour leur promettre des financements dans les prochains jours. Celles-ci, convaincues de les acquérir, signent des fiches tout en espérant que les promesses seront satisfaites.

D’autres stratégies sont en vogue de la part d’hommes politiques qui ne lésinent pas sur les moyens. Ils profitent le plus souvent du faible niveau intellectuel de certains électeurs, raflent leurs cartes d’identité numérisées, sous des prétextes fallacieux qui changent d’une localité à l’autre.

A Touba par exemple, une somme d’un million de Francs CFA est promise à toute personne capable d’apporter 100 signatures.

Malheureusement, selon nos sources, dans la ville sainte, le parti au pouvoir ne se fait pas particulièrement remarquer du fait que ses représentants sont quasi-invisibles.

Comme quoi, c’est l’éternelle équation de Touba qui se pose à Macky.

D’autres parmi les citoyens sont parfaitement conscients de ce qu’ils font. Ils préfèrent monnayer tout acte électoral, sans scrupules, là où certains ne rechignent pas à signer ou à refuser de le faire par conviction.

En cette période de ‘’navétane’’ et de vacances, de nombreux jeunes se voient promettre ou offrir des équipements, maillots, des ballons et même de l’argent en échange de signatures.

Pour les Chefs de village, on leur promet que bientôt, une loi sera votée pour leur permettre de bénéficier désormais de salaires pour leurs charges. Une loi qui, depuis l’ancien Président Wade, ne voit jamais le jour.

C’est dire qu’il y a autant de stratégies que de localités.

En conséquence, les convictions idéologiques ont pratiquement disparu de notre culture politique. Et comme ils sont peu nombreux à investir les partis et mouvements politiques, il faudra trouver les moyens parfois peu éthiques de convaincre cette grande masse d’électeurs.

Pis, les politiques profitent non seulement de l’incurie de certains, mais aussi de leur pauvreté. L’achat de conscience est banalisé. La manipulation érigée en règle.

Malheureusement, à chaque échéance électorale, les populations se font berner, parfois très facilement.

Ceci est d’autant plus vrai qu’aucune communication véritable n’a accompagné cette application de la loi sur le parrainage. Nombre de citoyens ignorent réellement ce que c’est. Parce qu’il aurait fallu, au moins, la faire accompagner de spots au niveau de tous les médias pour en expliquer les tenants et les aboutissants. Ce qui n’a pas été fait. On s’est précipité à la voter et à la faire appliquer. La preuve, même ceux qui sont au niveau du parti au pouvoir et qui parlent de 3 millions de signatures, ne savaient qu’il y avait un plafond à ne pas dépasser.

Même confusion au niveau des plénipotentiaires des partis. Ces ‘’messieurs élections’’ n’ont rencontré l’administration qu’une seule fois alors qu’ils sont censés comprendre et faire comprendre le parrainage au niveau de leurs partis respectifs ou de leurs états-majors politiques.

A ces confusions, s’ajoutent d’autres : le fait que la plupart de nos concitoyens ne savent pas signer. Certains mettent des étoiles, d’autres des signes qu’ils oublient aussitôt.

C’est dire que techniquement, l’administration chargée de contrôler les opérations aura du mal à le faire.

Il serait alors intéressant de savoir comment elle va s’y prendre surtout dans une société à majorité analphabète.

Assane Samb

www.lequotidien.sn/

17 septembre 2018

Mame Boye Diao (Apr) sur l’achat de conscience : «La justice doit faire …

Image issue d'un article pour la recherche "achats de signatures sur le parrainage par les candidats" (source : Le Quotidien)

 Le Quotidien-17 sept. 2018

Avec un objectif national de 2,5 millions de signatures, le pouvoir n’est-il … Donc, cela peut le frustrer et l’amener à parrainer un autre candidat.

Mame Boye Diao ne ménage pas ses camarades de parti qui s’activent dans l’achat de conscience. Arona Coumba Ndoffène Diouf et Abdou Lahad Kâ sont accusés d’avoir recouru à de telles pratiques. Le responsable apériste de Kolda appelle même la justice à faire son travail pour élucider ces affaires. Dans cet entretien, le directeur des Services fiscaux de la Direction des impôts et domaines invite Benno bokk yaakaar à l’unité en perspective de l’élection du prochain maire de Dakar.

Où en êtes-vous avec la campagne de collecte de parrains pour votre candidat Macky Sall ?
Nous avons un objectif ambitieux de dépasser les 2,5 millions de signatures pour régler certaines questions puériles soulevées par l’opposition pour montrer la représentativité et la popularité de notre candidat Macky Sall. Donc, nous avons fixé des objectifs pour chaque commune et nous espérons les dépasser. L’idée est de montrer, au mois de décembre, que le Président Macky Sall est majoritaire dans le cœur des Sénégalais. Cela va nous permettre de mieux enclencher le processus pour sa réélection.

Quel est votre objectif en termes de nombre de parrains à Kolda où vous militez ?
Nous avons un objectif fixé par le pôle parrainage de 32 000 parrains en rapport avec le fichier électoral du département de Kolda. Notre démarche a été de convoquer tous les responsables départementaux de la coalition Benno bokk yaakaar ainsi que les mouvements de soutien au président de la République. Cette réunion s’est tenue à la mairie de Kolda à l’issue de laquelle nous sommes en train de dérouler un plan d’actions. Le processus se fait dans la sérénité et l’enthousiasme parce que Kolda est l’une des régions qui ont le plus bénéficié des politiques publiques qui ont été mises en place par le chef de l’Etat. Nous engageons le processus de façon unitaire, sans anicroche. Nous pensons que nous allons dépasser les 32 000 signatures que nous nous sommes fixé comme objectif.

Avec un objectif national de 2,5 millions de signatures, le pouvoir n’est-il pas dans une logique d’invalider les autres candidatures ?
Cela répond déjà à une question de popularité ou pas du Président Macky Sall. L’opposition fait croire à l’opinion que le Président est minoritaire. Nous pensons que la première réponse à donner à cela, c’est de montrer que Macky Sall est largement majoritaire dans ce pays. Deuxièmement, le parrainage est une question sensible, une nouveauté dans notre pays et il faut aussi gérer les questions subjectives. Si un de nos militants n’est pas sollicité pour le parrainage, il peut penser qu’il n’a pas l’importance qu’il faut. Donc, cela peut le frustrer et l’amener à parrainer un autre candidat. Chaque candidat déclaré doit pouvoir compter sur ses propres forces pour dire à terme à peu près ce qu’il pèse.
Mais avec 2,5 millions de parrains, il y a des risques de doublons…
Le pouvoir ne s’est pas fixé comme objectif d’invalider les candidats de l’opposition. D’ailleurs, il n’a pas ce pouvoir, cette tâche de valider ou pas une candidature revient au Conseil constitutionnel. Pourtant Bougane Guèye Dany et Malick Gakou se sont fixé chacun un objectif de 500 mille parrains. Le Pds table sur 1 million de parrains… Donc, chaque candidat s’est fixé des objectifs. Si c’est l’opposition qui parle d’un million ou 500 mille signatures, on ne dit rien, mais si c’est le pouvoir, on crie au scandale et on nous accuse de vouloir invalider des candidatures. Nous voulons 2,5 millions de parrains pour juste montrer notre force.

Finalement la question de l’achat de conscience n’est-elle pas en train de plomber la pertinence du parrainage ?
Dans le déroulement des processus politiques, le Président appuyait financièrement les différents comités électoraux, que ce soit les Législatives ou les Locales. Mais pour un processus de parrainage, aucun franc n’a été ni dégagé ni mis à la disposition des différents comités.

Pourtant Thierno Alassane Sall parle de 2 milliards mobilisés par le pouvoir pour acheter des parrains…
C’est faux ! Cet homme n’a jamais gagné une élection à Thiès, y compris dans sa propre commune. C’est pourquoi il avance des propos fallacieux. Ces accusations sont faites par des personnes qui ne peuvent même pas avoir 50 000 signatures. Tout le monde sait que lorsqu’on va vers des élections, le Président sort une cagnotte pour aider les différents comités électoraux. Mais pour cette campagne de collecte de parrains, aucun budget n’a été établi. Au niveau de la région de la Kolda, nous n’avons reçu aucun franc et c’est le cas pour les autres responsables de la coalition. Il s’agit d’un choix que nous avons fait pour rendre au Président la monnaie de sa pièce parce qu’il a placé le Sénégal sur la voie du développement. Nous autres, ses responsables, pensons qu’il ne devait pas s’investir dans ce processus. Thierno Alassane Sall était avec nous, donc, il sait que dans toutes les élections qui se sont déroulées, le Président n’a jamais donné plus de 5 millions à un comité électoral. Avec 5 millions, comment peut-on faire une campagne ? Donc, c’est rien du tout. Le Président n’a jamais voulu faire des élections une question d’argent entre lui et les populations.
Le ministre-conseiller Arona Coumba Ndoffène Diouf promet dans la commune de Mbar 1,5 million de francs Cfa au village qui aura le plus de parrains et le maire de Touba, Abdou Lahad Kâ, dans une vidéo qui circule sur le net, donne 50 000 francs Cfa à chaque parrain. Ces affaires ne sont-elles pas des cas d’achat de conscience avérés ?
Pour le cas de Touba, si une personne donne 50 000 francs à chaque parrain, c’est parce qu’il doit être immensément riche. 50 000 francs par parrain, c’est énorme ! Je reconnais la ligne de mon parti qui dit que la collecte de parrainages doit être une action volontaire et libre. Les cas que vous me citez sont des cas isolés qui peuvent être mal vus par l’opinion mais qui ne concernent pas la direction du parti. Je suis formel : ni le président de la République ni le directoire de campagne n’ont dégagé un budget pour l’achat de conscience et des promesses électoralistes. Je condamne ces pratiques de ces responsables. Ce sont des éléments qui sont minimes par rapport au processus global. L’Apr se démarque de toutes ces pratiques. Nous ne sommes ni dans l’achat de conscience ni dans les promesses mirobolantes pour obtenir des parrains. Nous sommes assez forts pour atteindre nos objectifs en termes de parrains. Ceux qui le font, doivent assumer devant la justice de ce pays. Ces gens sont en train de faire croire à l’opinion que le Président n’est pas majoritaire alors que c’est tout à fait le contraire. Ils peuvent faire douter les votants. Au niveau de la majorité, ces personnes, qui font de l’achat de conscience, sont des responsables qui n’ont pas de base. C’est un moyen de prouver au président de la République qu’on est fort dans notre localité. Cependant, ils utilisent des moyens malheureux.

Etes-vous pour que l’Ofnac s’autosaisisse pour élucider ces cas Arona Coumba Ndoffène Diouf et Abdou Lahad Kâ ?
S’il y a des cas de corruption avérés, il faudrait que la loi s’applique à tout le monde, pouvoir comme opposition. Mais je dois souligner que ce ne sont que ceux qui savent qu’ils ne peuvent pas avoir le nombre de parrains requis qui crient à l’achat de conscience. Je n’ai pas entendu un parti comme Rewmi agiter ces questions parce qu’il sait que le nombre de parrains demandé n’est pas un problème. L’opposition pose un débat puéril. C’est le cas avec cette accusation grave du parti Pastef à l’égard du Président Macky Sall par rapport aux ethnies et aux confréries. Voilà des gens qui nous ont habitués à des accusations bizarres. Cependant, ils sont en train de franchir un cap très dangereux. Le président de la République n’a jamais communiqué en faisant référence à son appartenance confrérique, religieuse, ethnique ou régionale. Je mets au défi quiconque de me sortir un élément dans lequel le Président fait référence à cela. Pour la première institution du pays, l’accuser d’user de cela est une faute très grave. Beaucoup d’hommes politiques font dans la vindicte pour devenir des héros. Personnellement, je ne connais pas l’appartenance confrérique de Macky Sall alors que tout le monde connaissait la confrérie de son prédécesseur. J’appelle les gens de Pastef à la raison. Nous sommes dans un pays où chrétiens et musulmans ont des relations fraternelles, de même que les différentes confréries. Les Sénégalais ne vont pas les suivre dans cette voie.

Quelle lecture faites-vous de la décision du président de la République de nommer des délégués régionaux pour la Présidentielle de 2019 ?
Le président de la République s’est inscrit, depuis 2012, dans une dynamique de coalition. Au départ, il s’agissait de la coalition Macky2012 qui nous a amenés au second pour devenir ensuite Benno bokk yaakaar. Dans sa logique de «gagner ensemble et gouverner ensemble», le Président a fait des choses assez similaires par rapport à Bby. Il y a des responsables de l’Apr, du Ps de l’Afp, entre autres. C’est un message fort de Macky Sall qui tient à cette coalition. Deuxièmement, dans le dispositif mis en place dans le cadre du parrainage, les délégués régionaux interviennent dans le processus de collecte de parrains. Ils seront l’interface entre le candidat Macky Sall et les différents parrains par le canal des collecteurs. Je salue les choix portés sur Ousmane Tanor Dieng, Moustapha Niasse, Mahammed Boun Abdallah Dionne ou Robert Sagna parmi les délégués régionaux. Cela confirme le leadership du Président Macky Sall qui a choisi de faire avec une équipe constituée de différents alliés et compte se battre avec cette machine pour sa réélection.

Pour la succession de Khalifa Sall, il est agité le nom de Alioune Ndoye pour le Ps et celui de Zator Mbaye pour l’Afp. Ne s’achemine-t-on pas vers une guerre Ps-Afp au sein de Bby pour le contrôle de la Ville de Dakar ?
Que des noms soient agités, ce n’est pas un problème. Le groupe de Khalifa Sall a sa propre stratégie. Dès qu’il y aura une dispersion au niveau de la candidature de Benno, le bloc de Khalifa Sall va gagner aisément. Ce sera encore une fois la résultante de nos petites querelles qui pourront aboutir à cet échec dans la reconquête de la Ville de Dakar. Khalifa Sall a été élu avec une équipe qui est restée soudée. Ceux qui sont en face, s’ils y vont en ordre dispersé, ils créent eux-mêmes les conditions de leur échec.

          
AUJOURD’HUI IL EST IMPÉRATIF QUE FORCE RESTE A LA LOI, AFIN QUE LE PAYS PUISSE FONCTIONNER SUR DES BASES RATIONNELLES ET DONC SAINES DANS L’INTÉRÊT DE LA STABILITÉ ÉCONOMIQUE ET SOCIALE.

ÉTANT DONNE QU’AU SÉNÉGAL POUR ACCÉDER ET OU RESTER A POUVOIR,  LES POLITICIENS VEULENT DÉTRUIRE LES BASES DE NOTRE STABILITÉ, QUE SONT LES LOIS ET L’ORDRE, CAR ILS  NON SEULEMENT ILS EN SONT ARRIVÉS A CONSIDÉRER LA TRICHERIE, LA CORRUPTION COMME LÉGALE ET NORMALE,  MAIS SURTOUT QU’ILS LE FONT A VISAGE DÉCOUVERT (CE QUI EST UN VÉRITABLE AFFRONT UNE INSULTE POUR NOS LOIS ET NOS MAGISTRATS, ET UNE MENACE OUVERTE ET  EXTRÊME POUR NOTRE STABILITÉ ), IL EST IMPÉRATIF QUE L’APPLICATION CORRECTE ET SCRUPULEUSE DE NOS LOIS SOIT EXÉCUTÉE AVEC PATRIOTISME, ET QUE LE COURAGE DE NOS MAGISTRATS ET HOMME CHARGÉS DE L’APPLICATION DU DROIT DOMINE LA LÂCHETÉ ET LA PEUR DU LIMOGEAGE QUI PEUVENT LES INDUIRE A FERMER LES YEUX SUR LES FRAUDE ET CORRUPTION DU CANDIDAT A POUVOIR.

C’EST POURQUOI ÉTANT DONNE QUE LES FRAUDES, LA CORRUPTION ET LA TRICHERIE SUR LE PARRAINAGE SONT PATENTES ET QUE LES POLITICIENS OSENT DÉFIER NOS LOIS ET CORROMPRE OUVERTEMENT, IL EST IMPÉRATIF QUE LES SANCTIONS  DE LA JUSTICE PROTÈGENT CE PROCESSUS ET  DISQUALIFIENT LES CANDIDATS AYANT VIOLÉ LA LOI SUR LE PARRAINAGE, DANS L’INTÉRÊT DU PAYS ET AU NOM DE LA PRÉSERVATION DE SA RÉPUTATION DANS LE MONDE.

img371 (1)

NOUS ACTUALISONS NOTRE LETTRE ADRESSÉE A CONSEIL CONSTITUTIONNEL, POUR L’ANNULATION DE CE PROCESSUS DE PARRAINAGE ENTACHÉ D’IRRÉGULARITÉS, AVEC COMME ALTERNATIVE L’ORGANISATION D’ÉLECTION A BULLETIN UNIQUE AVEC LES 28 CANDIDATS: LES 27  QUI ONT DÉPOSÉ LEURS DOSSIERS MAIS AUSSI LA CANDIDATE DU « MOUVEMENT TROIS A ARE ALLALOU ASKANE-WI », MADAME NDEYE KHADY BA QUI A ETE LA SEULE PARMI LES CANDIDATS A AVOIR EU LE COURAGE DE DEMANDER LE RESPECT DES RÈGLES DU PARRAINAGE: NOUS AVONS PRIS LE SOIN D’INTRODUIRE UN RECOURS EN ANNULATION, MAIS NOUS SOMMES TOUJOURS EN COURSE POUR LES PRÉSIDENTIELLES DE 2019.

→ NOUS APPELONS DONC LE CONSEIL CONSTITUTIONNEL A PRENDRE EN COMPTE LES NOUVELLES DONNÉES : 1. ANNULATION PARRAINAGE VU LES NOMBREUSES IRRÉGULARITÉS; 2. ORGANISATIONS ÉLECTIONS PRÉSIDENTIELLES PAR LE VOTE A BULLETIN UNIQUE; 3. DONNER A LA SEULE CANDIDATE A AVOIR INTRODUIT UN RECOURS EN ANNULATION UN DÉLAI EXCEPTIONNEL D’UN MOIS POUR CONSTITUER LES PIÈCES DE SON DOSSIER DE CANDIDATURE (CASIER JUDICIAIRE, CAUTION, … ) A  DÉPOSER AU CONSEIL CONSTITUTIONNEL.

Madame Ndèye Khady BA

 

 



RAPPELER A L’ORDRE L’ASSOCIATION DES IMAMS ET OULÉMAS DU SÉNÉGAL (APPELÉS LES IMAMS DE BENNO BOK YAAKAAR) QUI SAVENT QUE LE SEIGNEUR DIEU A INTERDIT LA CORRUPTION ET QUI MALGRÉ TOUT SOUTIENNENT LE CANDIDAT FRAUDEUR MACKY SALL, QUI A ÉTÉ PRIS EN FRAGRANT DÉLIT DE FRAUDE SUR LE PARRAINAGE PAR SES ACHATS DE SIGNATURES. …. NOUS EXIGEONS DE L’ASSOCIATION DES IMAMS ET OULÉMAS DU SÉNÉGAL POUR AVOIR OSÉ AFFIRMER QU’ILS PARRAINENT LE CANDIDAT FRAUDEUR ET CORRUPTEUR MACKY SALL, DE DEMANDER PARDON A ALLAH QUI INTERDIT LA CORRUPTION; …

RAPPELER A L’ORDRE L’ASSOCIATION DES IMAMS  ET OULÉMAS DU SÉNÉGAL (APPELÉS LES IMAMS DE BENNO BOK  YAAKAAR ) QUI SAVENT QUE LE SEIGNEUR DIEU A INTERDIT LA CORRUPTION ET QUI MALGRÉ TOUT SOUTIENNENT LE CANDIDAT FRAUDEUR MACKY SALL, QUI A ÉTÉ PRIS EN FRAGRANT DÉLIT DE FRAUDE SUR LE PARRAINAGE PAR SES ACHATS DE SIGNATURES.

→ PAR CONSÉQUENT AUCUN IMAM NE PEUT SOUTENIR LE CANDIDAT MACKY SALL PRIS EN FLAGRANT DÉLIT DE CORRUPTION PAR CES ACHATS DE SIGNATURES DE PARRAINAGE:  PARCE QUE L’ISLAM INTERDIT LA CORRUPTION

JE RAPPELLE AUX IMAMS QUE  LE SEIGNEUR DIEU NOUS A ENSEIGNE QUE « ISLAM DINE WA DAWLA », C’EST A DIRE QUE « L’ISLAM SE SONT LES PRATIQUES RELIGIEUSES, MAIS AUSSI L’ADMINISTRATION HONNÊTE DE NOS PAYS PAR NOS DIRIGEANTS AINSI QUE LE CONTRÔLE PAR LE PEUPLE DE LA GESTION DES DIRIGEANTS DU PAYS ». JE PRÉCISE QU’ALLAH DEMANDE AUSSI A TOUT MUSULMAN DE RESPECTER LES LOIS QUI SONT APPLIQUÉES DANS NOS PAYS.

→ PAR CONSÉQUENT AUCUN IMAM NE PEUT SOUTENIR LE CANDIDAT MACKY SALL PRIS EN FLAGRANT DÉLIT DE VIOLA TON DE LA LOI SUR LE PARRAINAGE APPLIQUÉE ICI AU SÉNÉGAL: PARCE QUE L’ISLAM INTERDIT DE VIOLER LES LOIS QUI SONT APPLIQUÉES DANS NOS PAYS.

https://senego.com/l

ASSOCIATION IMAMS ET OULEMASL’ASSOCIATION DES IMAMS  ET OULÉMAS DU SÉNÉGAL

 

Le 28/11/2018 à 13:08

MOUSTAPHA GUEYEOUSTAZ MOUSTAPHA GUEYE

La Fédération et oulémas du Sénégal (Fois) par la voie de Oustaz Moustapha Gueye, a investi le candidat Macky Sall pour la Présidentielle de 2019.

 

Les oulémas du Sénégal ont prié pour que Macky Sall gagne, sans bavures, la prochaine Présidentielle du 24 février 2019.

 

« Macky Sall est un home sociable qui a beaucoup fait pour les foyers religieux. Ses réalisations sont visibles partout. Nous sommes reconnaissants pour tout ce qu’il a fait pour les différents foyers religieux du pays.  C’est son devoir, mais il pouvait faire comme ses prédécesseurs. Macky Sall est le président des imams du Sénégal »,reconnait Oustaz Moustapha Gueye, dans L’Obs, à l’occasion de l’atelier de partage du bilan de la mise en oeuvre du Pse tenu tenu mardi à Fatick. .

 

Ces hommes de Dieu soulignent également être « témoins de la stabilité  des prix des denrées. Tous les fonctionnaires ont connu une hausse salariale. C’est parce qu’il est devant qu’on s’oppose en lui. S’il était derrière, on n’entendrait jamais parler de lui ».

 

A en croire cet imam, depuis l’arrivée du président Sall à la magistrature suprême, « le Sénégal ne cesse de progresser. Nous prions pour Macky Sall afin qu’il sorte victorieux  de la Présidentielle de 2019 et on a bon espoir qu’il gagnera, car il n’a pas d’égal sur la liste des prétendants au fauteuil présidentiel »

 

Selon la Fédération et oulémas du Sénégal, « Macky Sall mérite d’être réélu et il a notre soutien, car le monde rural est bien pris en compte dans sa politique. On n’entends plus  parler de bons impayés et, malgré les difficultés, les productions des paysans sont écoulées. En plus les bourses sociales font énormément de biens aux bénéficiaires ». 

NOUS EXIGEONS DE L’ASSOCIATION DES IMAMS ET OULÉMAS DU SÉNÉGAL POUR AVOIR OSÉ AFFIRMER QU’ILS PARRAINENT LE CANDIDAT FRAUDEUR ET CORRUPTEUR MACKY SALL, DE DEMANDER PARDON A ALLAH QUI INTERDIT LA CORRUPTION; ENSUITE  DE PRÉSENTER DES EXCUSES SINCÈRES AU PEUPLE SÉNÉGALAIS A MAJORITÉ MUSULMANS ET  ENFIN  A AVOIR LE COURAGE DE DIRE AU CONSEIL CONSTITUTIONNEL QUE SA DÉCISION DE VALIDER LES SIGNATURES DU CANDIDAT MACKY SALL ACQUISES PAR LA CORRUPTION  N’EST CONFORME NI A L’ISLAM NI A LA LOI CAR TOUS DEUX INTERDISENT LA CORRUPTION: ET QUE PAR CONSÉQUENT LA DÉCISION DU   CONSEIL CONSTITUTIONNEL EST NULLE ET NON AVENUE.

CI DESSOUS MON ARTICLE DU 03 DÉCEMBRE 2018

RAPPELER AU PEUPLE SÉNÉGALAIS QUE LE SEIGNEUR DIEU NOUS A ENSEIGNE QUE « ISLAM DINE WA DAWLA », C’EST A DIRE QUE « L’ISLAM SE SONT LES PRATIQUES RELIGIEUSES, MAIS AUSSI L’ADMINISTRATION HONNÊTE DE NOS PAYS PAR NOS DIRIGEANTS AINSI QUE LE CONTRÔLE PAR LE PEUPLE DE LA GESTION DES DIRIGEANTS DU PAYS ». JE PRÉCISE QU’ALLAH DEMANDE AUSSI A TOUT MUSULMAN DE RESPECTER LES LOIS QUI SONT APPLIQUÉES DANS NOS PAYS.

→ EN TANT QUE MUSULMANE, IL M’EST IMPOSSIBLE DE CAUTIONNER CE PROCESSUS IRRÉGULIER DE PARRAINAGE, EN VIOLATION DU CODE DE LOI SUR LE PARRAINAGE CF LES ACHATS DE SIGNATURES DU CANDIDAT MACKY SALL DE L’APR, CF L’UTILISATION D’ENTITÉ RELIGIEUSE PAR LE PROFESSEUR ISSA SALL DU PUR: C’EST POURQUOI JE DÉPOSE AUPRÈS DU CONSEIL CONSTITUTIONNEL, MES FICHES DE PARRAINAGE ET MA CLÉ USB VIERGES. CF MA LETTRE CI DESSOUS ADRESSÉE AU PRÉSIDENT DU CONSEIL CONSTITUTIONNEL.

 CI DESSOUS MON ARTICLE DU 03 DÉCEMBRE 2018

img371 (1)

 

J’INFORME TOUS LES SÉNÉGALAIS QUE JE SUIS TOUJOURS DANS LA COURSE POUR LES ELECTIONS PRÉSIDENTIELLES DE 2019, ET NOUS EXIGEONS DE NOS DIRIGEANTS LE RESPECT DU DROIT TOUT COMME NOUS L’A ENSEIGNE LE SEIGNEUR DIEU, AINSI QUE L’ANNULATION DE CE PROCESSUS DE PARRAINAGE SABOTE PAR DES TRICHEURS HORS PAIRS. NOUS RÉCLAMONS LA TENUE D’ÉLECTIONS A BULLETINS UNIQUES AVEC LA CENTAINE DE CANDIDATS A LA CANDIDATURE, POUR REMPLACER CE PARRAINAGE DE TRICHERIE PERPÉTRÉ PAR DES CANDIDATS SANS DIGNITÉ.

Madame Ndèye Khady Ba



INFORMER MAITRE ABDOULAYE WADE QUE MOI LA PRÉSIDENTE DU « MOUVEMENT TROIS », A ARE ALLALOU ASKANE-WI (PROTEGER LES BIENS DU PEUPLES DES POLITICIENS VOLEURS), CANDIDATE A LA CANDIDATURE AUX PRÉSIDENTIELLES DE 2019, JE LUI EXPRIME MA DISPONIBILITÉ POUR EMPÊCHER LA TENUE D’ÉLECTIONS ILLÉGALES AVEC COMME PRINCIPAL CANDIDAT LE TRICHEUR EXCEPTIONNEL MACKY SALL: NOUS SOMMES TROP FIERS NOUS LES SÉNÉGALAIS POUR ACCEPTER DE SUPPORTER UN TRICHEUR COMME PRÉSIDENT ….

INFORMER MAITRE ABDOULAYE WADE QUE MOI LA PRÉSIDENTE DU « MOUVEMENT TROIS »,  A ARE ALLALOU ASKANE-WI (PROTEGER LES BIENS DU PEUPLES DES POLITICIENS VOLEURS), CANDIDATE A LA CANDIDATURE AUX PRÉSIDENTIELLES DE 2019,  JE LUI EXPRIME MA DISPONIBILITÉ POUR EMPÊCHER LA TENUE D’ÉLECTIONS ILLÉGALES AVEC COMME PRINCIPAL CANDIDAT LE TRICHEUR EXCEPTIONNEL MACKY SALL: NOUS SOMMES TROP FIERS NOUS LES SÉNÉGALAIS POUR ACCEPTER DE SUPPORTER UN TRICHEUR COMME PRÉSIDENT.

ANCIENPMAITRE ABDOULAYE WADE

fichier pdf Decharge  MADAME NDEYE KHADY BA  LA PRÉSIDENTE DU « MOUVEMENT TROIS »,  A ARE ALLALOU ASKANE-WI (= PROTÉGER LES BIENS DU PEUPLES DES POLITICIENS VOLEURS), CANDIDATE A LA CANDIDATURE AUX PRÉSIDENTIELLES DE 2019.

img371 (1)LA LETTRE QUE J’AI DÉPOSÉE AU CONSEIL CONSTITUTIONNEL AVANT LA CLÔTURE DES DÉPÔTS DES DOSSIERS  DE PARRAINAGE POUR EXPRIMER MON REFUS DE CAUTIONNER CE PROCESSUS DE PARRAINAGE ENTACHÉ PAR DES IRRÉGULARITÉS PATENTES.

CI DESSOUS LA LISTE DES MANQUEMENTS A SATISFAIRE POUR DES ELECTIONS LÉGALES.

LISTE DES REVANDICATIONS DU-1                                                                  LISTE DES REVANDICATIONS DU-2

Madame Ndeye Khady BA



RAPPELER AU PROFESSEUR PENDA MBOW QUI TRAVAILLE DANS LE CAMP DU PRESIDENT MACKY SALL, QUE L’HOMME LE PLUS VIOLENT DU SÉNÉGAL EST LE CANDIDAT MACKY SALL; CAR TRICHER ET ACHETER DES SIGNATURES DE PARRAINAGE EST UNE VIOLENCE INACCEPTABLE PERPÉTRÉ SUR LE PEUPLE SÉNÉGALAIS. …

RAPPELER AU PROFESSEUR PENDA MBOW QUI TRAVAILLE DANS LE CAMP DU PRESIDENT MACKY SALL;, QUE L’HOMME LE PLUS VIOLENT DU SÉNÉGAL EST LE CANDIDAT MACKY SALL; CAR TRICHER ET ACHETER DES SIGNATURES DE PARRAINAGE EST UNE VIOLENCE INACCEPTABLE PERPÉTRÉ SUR LE PEUPLE SÉNÉGALAIS.  SI VOUS VOULEZ ZÉRO VIOLENCE PENDANT LA CAMPAGNE PRÉSIDENTIELLES DE 2019 , LORS DES ELECTIONS PRÉSIDENTIELLES DE 2019 ET APRES LES ELECTIONS DE 2019,  ALORS SOYEZ HONNÊTE ET DITES LA VÉRITÉ AU CANDIDAT TRICHEUR MACKY SALL AFIN QU’IL RENONCE A ALLER AUX PRÉSIDENTIELLES. JE PRÉCISE QUE SI VOUS VOUS IMAGINEZ ORGANISER UNE CONFÉRENCE POUR DEMANDER AUX SÉNÉGALAIS DE RESTER SAGES  FACE A LA VIOLENCE DU CANDIDAT FRAUDEUR MACKY SALL, C’EST PEINE PERDUE: NOUS SOMMES SUR LE TERRAIN ET VU QUE LA LOI EST DE NOTRE COTE NOUS DÉFENDRONS LE PAYS CONTRE LE CANDIDAT CORRUPTEUR  MACKY SALL INCHA ALLAOU.

. Penda Mbow, ministre-conseiller du chef de l’Etat : «Ceux qui attaquent Marième Faye cherchent à affaiblir Macky Sall»

Penda-Mbow

CI DESSOUS QUELQUES ÉLÉMENTS DE PREUVE DE LA CORRUPTION ET DES MÉFAITS DU CANDIDAT MACKY SALL

ARTICLE DU 19 DECEMBRE 2018

www.actusen.sn

septembre 11, 2018

Parrainage : Le maire de Touba, Abdoul Ahad Ka file des fiches de collecte et 50.000 F Cfa à chaque chef de quartier

Abdou-Lahad-Ka-maire-Touba-696x522

La Coalition «Benno Bokk Yaakaar» est de plain-pied dans un marché, à la quête d’un bétail électoral. Et ne s’entoure plus de scrupules pour acheter les consciences des Sénégalais. La raison ? Après que SourceA a révélé, dans son édition d’hier lundi, l’offre de 1 million 500 mille F Cfa faite par le ministre-conseiller au village de la Commune de Mbar qui aura le maximum de signatures en faveur du Président Macky Sall, voici que le maire de Touba, Abdou Ahad Ka, danse le même tango que le responsable Apr de Biscuiterie. Pour ce faire, il a mis à profit une réunion avec les chefs de villages de sa Commune, pour déclarer à qui veut l’entendre : «je remettrai des fiches de collecte et 50.000 francs Cfa à chaque chef de quartier, pour glaner le maximum de signatures possibles»

Les agissements des responsables de la Coalition «Benno bokk yaakaar» ne font que certifier les propos de Thierno Alassane Sall, et pour cause. Le leader du Mouvement «La République des valeurs» affirmait, lors de la cérémonie de lancement de sa campagne de parrainage que le régime a mis en jeu 2 milliards de nos maigres francs pour aller à l’assaut des parrains. «Le régime en place a mobilisé 2 milliards de francs Cfa pour l’achat de parrains. Un marché de signatures s’est ouvert à l’échelle du pays», disait-il.

Les faits semblent lui donner raison. Car, après Arona Coumba Ndoffène Diouf qui a promis un million cinq cent mille francs Cfa, au village de la Commune de Mbar qui aura enregistré le plus de parrains, c’est au tour du maire de Touba, Abdoul Ahad Ka, de monnayer les registres destinés à la collecte de signatures. Dans une vidéo virale, on voit et entend l’édile de la capitale du «Mouridisme», entouré de quelques responsables de la Commune, expliquer le procédé à suivre aux chefs de quartiers qui étaient présents.

«Je remettrai des fiches de collecte et 50.000 francs Cfa à chaque chef de quartier pour glaner le maximum de signatures possibles. Il est prévu 10 signatures pour chaque fiche, que chacun prenne le nombre de fiches qui lui convient. Pour ceux qui ne savent pas écrire, vous pouvez demander de l’aide à vos proches». Tels sont les propos de Abdoul Ahad Ka.
Reste, maintenant, à savoir au rythme où vont les choses, quels leviers disposent les plus Hautes Autorités pour mettre fin à de telles pratiques qui épousent, de plus en plus, les contours de la corruption.
Mor Mbaye Cissé, Correspondant à Touba (Actusen.sn)
http://www.rewmi.com
13 septembre 2018

war-et-diouf Achat de parrains: Me War accuse Arona Coumba Ndoffène Diouf.

Les accusations d’achat de parrains ne sont pas de l’opposition, mais elles proviennent de la mouvance présidentielle. Dans une note dont nous détenons copie, Me Djibril War met en garde le Président Macky Sall sur les pratiques de corruption du ministre Arona Coumba Ndoffène Diouf. 

 La Coalition Benno Bokk Yaakar, lors de son assemblée générale hebdomadaire tenue hier, a procédé à l’évaluation des opérations de parrainage du président Macky Sall.

Les responsables des partis de la Coalition ont magnifié le déploiement des jeunes, des femmes, des responsables et des coordonnateurs vers les citoyens pour les inscrire sur les listes en se conformant à la loi.

Ils n’ont pas manqué d’exposer les difficultés rencontrées sur le terrain, en dénonçant des faits avérés de corruption. Me Djibril War accuse le Ministre conseiller Arona Coumba Ndoffène Diouf. «Il (Ndlr: Arona. C.N. Diouf pense que dans ce monde, tout peut s’acquérir par l’argent», s’indigne-t-il.

L’ancien député souligne que les hommes et femmes du ministre-conseiller, chassés de beaucoup de maisons et places, ont adopté une nouvelle stratégie : celle du donnant donnant.»

Selon Me War, « il n’y a qu’Arona Coumba Ndoffène Diouf qui fait preuve de générosité en allouant à chaque signataire de la liste de parrainage des sommes allant de 3000  à 5000 Fcfa»,

Une situation qui n’est pas sans conséquence. « Des personnes qui avaient déjà parrainé un candidat, attirées par l’appât de la corruption, viennent s’inscrire à nouveau sur les listes d’Arona Coumba Ndoffène qu’il s’est procuré frauduleusement, en dehors de la voie officielle, celle du Coordonnateur de la Coalition Benno Bokk Yaakar », souligne Me War.

Aussi déplorent-ils «les actes anti valeurs d’Arona, parce que non conformes à leurs valeurs d’honneur, de dignité, de pudeur».  Ils préviennent Macky : « ces comportements seront lourds de conséquence pour l’image du Président avec le discrédit et la désaffection des populations. »

A noter qu’Arona Coumba Ndoffène Diouf avait promis publiquement 1.500.000 Fcfa aux responsables de  la commune de Mbar qui auront plus le plus de signatures.

Georges Emmanuel Ndiaye.

http://www.rewmi.com

10 septembre 2018

Parrainage: Les stratégies ‘’hors-la-loi’’ de candidats

C’est la guerre des chiffres, surtout au niveau des souteneurs du Président Sall. Chacun verse dans l’excès de zèle, histoire de démontrer qu’il va apporter plus de signatures que l’autre.

Les déclarations se multiplient dans la presse, juste pour des positionnements. Personne ne veut rester en rade.

Malheureusement, tous les moyens sont bons pour ‘’enrôler‘’ des citoyens qui ont, la plupart du temps, des problèmes pour comprendre ce qu’il en est réellement.

Ils sont souvent soumis à des manipulations de toutes sortes, avec des fausses promesses à la clef.

C’est ainsi que dans la banlieue de Dakar par exemple, des rassemblements sont organisés, surtout avec les femmes, pour leur promettre des financements dans les prochains jours. Celles-ci, convaincues de les acquérir, signent des fiches tout en espérant que les promesses seront satisfaites.

D’autres stratégies sont en vogue de la part d’hommes politiques qui ne lésinent pas sur les moyens. Ils profitent le plus souvent du faible niveau intellectuel de certains électeurs, raflent leurs cartes d’identité numérisées, sous des prétextes fallacieux qui changent d’une localité à l’autre.

A Touba par exemple, une somme d’un million de Francs CFA est promise à toute personne capable d’apporter 100 signatures.

Malheureusement, selon nos sources, dans la ville sainte, le parti au pouvoir ne se fait pas particulièrement remarquer du fait que ses représentants sont quasi-invisibles.

Comme quoi, c’est l’éternelle équation de Touba qui se pose à Macky.

D’autres parmi les citoyens sont parfaitement conscients de ce qu’ils font. Ils préfèrent monnayer tout acte électoral, sans scrupules, là où certains ne rechignent pas à signer ou à refuser de le faire par conviction.

En cette période de ‘’navétane’’ et de vacances, de nombreux jeunes se voient promettre ou offrir des équipements, maillots, des ballons et même de l’argent en échange de signatures.

Pour les Chefs de village, on leur promet que bientôt, une loi sera votée pour leur permettre de bénéficier désormais de salaires pour leurs charges. Une loi qui, depuis l’ancien Président Wade, ne voit jamais le jour.

C’est dire qu’il y a autant de stratégies que de localités.

En conséquence, les convictions idéologiques ont pratiquement disparu de notre culture politique. Et comme ils sont peu nombreux à investir les partis et mouvements politiques, il faudra trouver les moyens parfois peu éthiques de convaincre cette grande masse d’électeurs.

Pis, les politiques profitent non seulement de l’incurie de certains, mais aussi de leur pauvreté. L’achat de conscience est banalisé. La manipulation érigée en règle.

Malheureusement, à chaque échéance électorale, les populations se font berner, parfois très facilement.

Ceci est d’autant plus vrai qu’aucune communication véritable n’a accompagné cette application de la loi sur le parrainage. Nombre de citoyens ignorent réellement ce que c’est. Parce qu’il aurait fallu, au moins, la faire accompagner de spots au niveau de tous les médias pour en expliquer les tenants et les aboutissants. Ce qui n’a pas été fait. On s’est précipité à la voter et à la faire appliquer. La preuve, même ceux qui sont au niveau du parti au pouvoir et qui parlent de 3 millions de signatures, ne savaient qu’il y avait un plafond à ne pas dépasser.

Même confusion au niveau des plénipotentiaires des partis. Ces ‘’messieurs élections’’ n’ont rencontré l’administration qu’une seule fois alors qu’ils sont censés comprendre et faire comprendre le parrainage au niveau de leurs partis respectifs ou de leurs états-majors politiques.

A ces confusions, s’ajoutent d’autres : le fait que la plupart de nos concitoyens ne savent pas signer. Certains mettent des étoiles, d’autres des signes qu’ils oublient aussitôt.

C’est dire que techniquement, l’administration chargée de contrôler les opérations aura du mal à le faire.

Il serait alors intéressant de savoir comment elle va s’y prendre surtout dans une société à majorité analphabète.

Assane Samb

www.lequotidien.sn/

17 septembre 2018

Mame Boye Diao (Apr) sur l’achat de conscience : «La justice doit faire …

Image issue d'un article pour la recherche "achats de signatures sur le parrainage par les candidats" (source : Le Quotidien)

 Le Quotidien-17 sept. 2018

Avec un objectif national de 2,5 millions de signatures, le pouvoir n’est-il … Donc, cela peut le frustrer et l’amener à parrainer un autre candidat.

Mame Boye Diao ne ménage pas ses camarades de parti qui s’activent dans l’achat de conscience. Arona Coumba Ndoffène Diouf et Abdou Lahad Kâ sont accusés d’avoir recouru à de telles pratiques. Le responsable apériste de Kolda appelle même la justice à faire son travail pour élucider ces affaires. Dans cet entretien, le directeur des Services fiscaux de la Direction des impôts et domaines invite Benno bokk yaakaar à l’unité en perspective de l’élection du prochain maire de Dakar.

Où en êtes-vous avec la campagne de collecte de parrains pour votre candidat Macky Sall ?
Nous avons un objectif ambitieux de dépasser les 2,5 millions de signatures pour régler certaines questions puériles soulevées par l’opposition pour montrer la représentativité et la popularité de notre candidat Macky Sall. Donc, nous avons fixé des objectifs pour chaque commune et nous espérons les dépasser. L’idée est de montrer, au mois de décembre, que le Président Macky Sall est majoritaire dans le cœur des Sénégalais. Cela va nous permettre de mieux enclencher le processus pour sa réélection.

Quel est votre objectif en termes de nombre de parrains à Kolda où vous militez ?
Nous avons un objectif fixé par le pôle parrainage de 32 000 parrains en rapport avec le fichier électoral du département de Kolda. Notre démarche a été de convoquer tous les responsables départementaux de la coalition Benno bokk yaakaar ainsi que les mouvements de soutien au président de la République. Cette réunion s’est tenue à la mairie de Kolda à l’issue de laquelle nous sommes en train de dérouler un plan d’actions. Le processus se fait dans la sérénité et l’enthousiasme parce que Kolda est l’une des régions qui ont le plus bénéficié des politiques publiques qui ont été mises en place par le chef de l’Etat. Nous engageons le processus de façon unitaire, sans anicroche. Nous pensons que nous allons dépasser les 32 000 signatures que nous nous sommes fixé comme objectif.

Avec un objectif national de 2,5 millions de signatures, le pouvoir n’est-il pas dans une logique d’invalider les autres candidatures ?
Cela répond déjà à une question de popularité ou pas du Président Macky Sall. L’opposition fait croire à l’opinion que le Président est minoritaire. Nous pensons que la première réponse à donner à cela, c’est de montrer que Macky Sall est largement majoritaire dans ce pays. Deuxièmement, le parrainage est une question sensible, une nouveauté dans notre pays et il faut aussi gérer les questions subjectives. Si un de nos militants n’est pas sollicité pour le parrainage, il peut penser qu’il n’a pas l’importance qu’il faut. Donc, cela peut le frustrer et l’amener à parrainer un autre candidat. Chaque candidat déclaré doit pouvoir compter sur ses propres forces pour dire à terme à peu près ce qu’il pèse.
Mais avec 2,5 millions de parrains, il y a des risques de doublons…
Le pouvoir ne s’est pas fixé comme objectif d’invalider les candidats de l’opposition. D’ailleurs, il n’a pas ce pouvoir, cette tâche de valider ou pas une candidature revient au Conseil constitutionnel. Pourtant Bougane Guèye Dany et Malick Gakou se sont fixé chacun un objectif de 500 mille parrains. Le Pds table sur 1 million de parrains… Donc, chaque candidat s’est fixé des objectifs. Si c’est l’opposition qui parle d’un million ou 500 mille signatures, on ne dit rien, mais si c’est le pouvoir, on crie au scandale et on nous accuse de vouloir invalider des candidatures. Nous voulons 2,5 millions de parrains pour juste montrer notre force.

Finalement la question de l’achat de conscience n’est-elle pas en train de plomber la pertinence du parrainage ?
Dans le déroulement des processus politiques, le Président appuyait financièrement les différents comités électoraux, que ce soit les Législatives ou les Locales. Mais pour un processus de parrainage, aucun franc n’a été ni dégagé ni mis à la disposition des différents comités.

Pourtant Thierno Alassane Sall parle de 2 milliards mobilisés par le pouvoir pour acheter des parrains…
C’est faux ! Cet homme n’a jamais gagné une élection à Thiès, y compris dans sa propre commune. C’est pourquoi il avance des propos fallacieux. Ces accusations sont faites par des personnes qui ne peuvent même pas avoir 50 000 signatures. Tout le monde sait que lorsqu’on va vers des élections, le Président sort une cagnotte pour aider les différents comités électoraux. Mais pour cette campagne de collecte de parrains, aucun budget n’a été établi. Au niveau de la région de la Kolda, nous n’avons reçu aucun franc et c’est le cas pour les autres responsables de la coalition. Il s’agit d’un choix que nous avons fait pour rendre au Président la monnaie de sa pièce parce qu’il a placé le Sénégal sur la voie du développement. Nous autres, ses responsables, pensons qu’il ne devait pas s’investir dans ce processus. Thierno Alassane Sall était avec nous, donc, il sait que dans toutes les élections qui se sont déroulées, le Président n’a jamais donné plus de 5 millions à un comité électoral. Avec 5 millions, comment peut-on faire une campagne ? Donc, c’est rien du tout. Le Président n’a jamais voulu faire des élections une question d’argent entre lui et les populations.
Le ministre-conseiller Arona Coumba Ndoffène Diouf promet dans la commune de Mbar 1,5 million de francs Cfa au village qui aura le plus de parrains et le maire de Touba, Abdou Lahad Kâ, dans une vidéo qui circule sur le net, donne 50 000 francs Cfa à chaque parrain. Ces affaires ne sont-elles pas des cas d’achat de conscience avérés ?
Pour le cas de Touba, si une personne donne 50 000 francs à chaque parrain, c’est parce qu’il doit être immensément riche. 50 000 francs par parrain, c’est énorme ! Je reconnais la ligne de mon parti qui dit que la collecte de parrainages doit être une action volontaire et libre. Les cas que vous me citez sont des cas isolés qui peuvent être mal vus par l’opinion mais qui ne concernent pas la direction du parti. Je suis formel : ni le président de la République ni le directoire de campagne n’ont dégagé un budget pour l’achat de conscience et des promesses électoralistes. Je condamne ces pratiques de ces responsables. Ce sont des éléments qui sont minimes par rapport au processus global. L’Apr se démarque de toutes ces pratiques. Nous ne sommes ni dans l’achat de conscience ni dans les promesses mirobolantes pour obtenir des parrains. Nous sommes assez forts pour atteindre nos objectifs en termes de parrains. Ceux qui le font, doivent assumer devant la justice de ce pays. Ces gens sont en train de faire croire à l’opinion que le Président n’est pas majoritaire alors que c’est tout à fait le contraire. Ils peuvent faire douter les votants. Au niveau de la majorité, ces personnes, qui font de l’achat de conscience, sont des responsables qui n’ont pas de base. C’est un moyen de prouver au président de la République qu’on est fort dans notre localité. Cependant, ils utilisent des moyens malheureux.

Etes-vous pour que l’Ofnac s’autosaisisse pour élucider ces cas Arona Coumba Ndoffène Diouf et Abdou Lahad Kâ ?
S’il y a des cas de corruption avérés, il faudrait que la loi s’applique à tout le monde, pouvoir comme opposition. Mais je dois souligner que ce ne sont que ceux qui savent qu’ils ne peuvent pas avoir le nombre de parrains requis qui crient à l’achat de conscience. Je n’ai pas entendu un parti comme Rewmi agiter ces questions parce qu’il sait que le nombre de parrains demandé n’est pas un problème. L’opposition pose un débat puéril. C’est le cas avec cette accusation grave du parti Pastef à l’égard du Président Macky Sall par rapport aux ethnies et aux confréries. Voilà des gens qui nous ont habitués à des accusations bizarres. Cependant, ils sont en train de franchir un cap très dangereux. Le président de la République n’a jamais communiqué en faisant référence à son appartenance confrérique, religieuse, ethnique ou régionale. Je mets au défi quiconque de me sortir un élément dans lequel le Président fait référence à cela. Pour la première institution du pays, l’accuser d’user de cela est une faute très grave. Beaucoup d’hommes politiques font dans la vindicte pour devenir des héros. Personnellement, je ne connais pas l’appartenance confrérique de Macky Sall alors que tout le monde connaissait la confrérie de son prédécesseur. J’appelle les gens de Pastef à la raison. Nous sommes dans un pays où chrétiens et musulmans ont des relations fraternelles, de même que les différentes confréries. Les Sénégalais ne vont pas les suivre dans cette voie.

Quelle lecture faites-vous de la décision du président de la République de nommer des délégués régionaux pour la Présidentielle de 2019 ?
Le président de la République s’est inscrit, depuis 2012, dans une dynamique de coalition. Au départ, il s’agissait de la coalition Macky2012 qui nous a amenés au second pour devenir ensuite Benno bokk yaakaar. Dans sa logique de «gagner ensemble et gouverner ensemble», le Président a fait des choses assez similaires par rapport à Bby. Il y a des responsables de l’Apr, du Ps de l’Afp, entre autres. C’est un message fort de Macky Sall qui tient à cette coalition. Deuxièmement, dans le dispositif mis en place dans le cadre du parrainage, les délégués régionaux interviennent dans le processus de collecte de parrains. Ils seront l’interface entre le candidat Macky Sall et les différents parrains par le canal des collecteurs. Je salue les choix portés sur Ousmane Tanor Dieng, Moustapha Niasse, Mahammed Boun Abdallah Dionne ou Robert Sagna parmi les délégués régionaux. Cela confirme le leadership du Président Macky Sall qui a choisi de faire avec une équipe constituée de différents alliés et compte se battre avec cette machine pour sa réélection.

Pour la succession de Khalifa Sall, il est agité le nom de Alioune Ndoye pour le Ps et celui de Zator Mbaye pour l’Afp. Ne s’achemine-t-on pas vers une guerre Ps-Afp au sein de Bby pour le contrôle de la Ville de Dakar ?
Que des noms soient agités, ce n’est pas un problème. Le groupe de Khalifa Sall a sa propre stratégie. Dès qu’il y aura une dispersion au niveau de la candidature de Benno, le bloc de Khalifa Sall va gagner aisément. Ce sera encore une fois la résultante de nos petites querelles qui pourront aboutir à cet échec dans la reconquête de la Ville de Dakar. Khalifa Sall a été élu avec une équipe qui est restée soudée. Ceux qui sont en face, s’ils y vont en ordre dispersé, ils créent eux-mêmes les conditions de leur échec.

          
AUJOURD’HUI IL EST IMPÉRATIF QUE FORCE RESTE A LA LOI, AFIN QUE LE PAYS PUISSE FONCTIONNER SUR DES BASES RATIONNELLES ET DONC SAINES DANS L’INTÉRÊT DE LA STABILITÉ ÉCONOMIQUE ET SOCIALE.

ÉTANT DONNE QU’AU SÉNÉGAL POUR ACCÉDER ET OU RESTER A POUVOIR,  LES POLITICIENS VEULENT DÉTRUIRE LES BASES DE NOTRE STABILITÉ, QUE SONT LES LOIS ET L’ORDRE, CAR ILS  NON SEULEMENT ILS EN SONT ARRIVÉS A CONSIDÉRER LA TRICHERIE, LA CORRUPTION COMME LÉGALE ET NORMALE,  MAIS SURTOUT QU’ILS LE FONT A VISAGE DÉCOUVERT (CE QUI EST UN VÉRITABLE AFFRONT UNE INSULTE POUR NOS LOIS ET NOS MAGISTRATS, ET UNE MENACE OUVERTE ET  EXTRÊME POUR NOTRE STABILITÉ ), IL EST IMPÉRATIF QUE L’APPLICATION CORRECTE ET SCRUPULEUSE DE NOS LOIS SOIT EXÉCUTÉE AVEC PATRIOTISME, ET QUE LE COURAGE DE NOS MAGISTRATS ET HOMME CHARGÉS DE L’APPLICATION DU DROIT DOMINE LA LÂCHETÉ ET LA PEUR DU LIMOGEAGE QUI PEUVENT LES INDUIRE A FERMER LES YEUX SUR LES FRAUDE ET CORRUPTION DU CANDIDAT A POUVOIR.

C’EST POURQUOI ÉTANT DONNE QUE LES FRAUDES, LA CORRUPTION ET LA TRICHERIE SUR LE PARRAINAGE SONT PATENTES ET QUE LES POLITICIENS OSENT DÉFIER NOS LOIS ET CORROMPRE OUVERTEMENT, IL EST IMPÉRATIF QUE LES SANCTIONS  DE LA JUSTICE PROTÈGENT CE PROCESSUS ET  DISQUALIFIENT LES CANDIDATS AYANT VIOLÉ LA LOI SUR LE PARRAINAGE, DANS L’INTÉRÊT DU PAYS ET AU NOM DE LA PRÉSERVATION DE SA RÉPUTATION DANS LE MONDE.

img371 (1)

NOUS ACTUALISONS NOTRE LETTRE ADRESSÉE A CONSEIL CONSTITUTIONNEL, POUR L’ANNULATION DE CE PROCESSUS DE PARRAINAGE ENTACHÉ D’IRRÉGULARITÉS, AVEC COMME ALTERNATIVE L’ORGANISATION D’ÉLECTION A BULLETIN UNIQUE AVEC LES 28 CANDIDATS: LES 27  QUI ONT DÉPOSÉ LEURS DOSSIERS MAIS AUSSI LA CANDIDATE DU « MOUVEMENT TROIS A ARE ALLALOU ASKANE-WI », MADAME NDEYE KHADY BA QUI A ETE LA SEULE PARMI LES CANDIDATS A AVOIR EU LE COURAGE DE DEMANDER LE RESPECT DES RÈGLES DU PARRAINAGE: NOUS AVONS PRIS LE SOIN D’INTRODUIRE UN RECOURS EN ANNULATION, MAIS NOUS SOMMES TOUJOURS EN COURSE POUR LES PRÉSIDENTIELLES DE 2019.

→ NOUS APPELONS DONC LE CONSEIL CONSTITUTIONNEL A PRENDRE EN COMPTE LES NOUVELLES DONNÉES : 1. ANNULATION PARRAINAGE VU LES NOMBREUSES IRRÉGULARITÉS; 2. ORGANISATIONS ÉLECTIONS PRÉSIDENTIELLES PAR LE VOTE A BULLETIN UNIQUE; 3. DONNER A LA SEULE CANDIDATE A AVOIR INTRODUIT UN RECOURS EN ANNULATION UN DÉLAI EXCEPTIONNEL D’UN MOIS POUR CONSTITUER LES PIÈCES DE SON DOSSIER DE CANDIDATURE (CASIER JUDICIAIRE, CAUTION, … ) A  DÉPOSER AU CONSEIL CONSTITUTIONNEL.

Madame Ndèye Khady BA

 



RAPPELER A TOUS LES PEUPLES DU MONDE ET SURTOUT DU SÉNÉGAL QUE SI LE CONSEIL CONSTITUTIONNEL SÉNÉGALAIS A VALIDÉ LES SIGNATURES DU CANDIDAT MACKY SALL ACQUISES PAR LE CRIME DE CORRUPTION AVEC LES ACHATS DE SIGNATURES, SELON LA LOI QUI SANCTIONNE LE CRIME DE CORRUPTION, CETTE DÉCISION DU CONSEIL CONSTITUTIONNEL EST DONC NULLE ET NON AVENUE ; PAR CONSÉQUENT LES ELECTIONS DU 24 FÉVRIER 2019 DOIVENT ETRE ANNULÉES AFIN DE RESTAURER PAR UNE AUTORITÉ DE TRANSITION LE BON FONCTIONNEMENT DES INSTITUTIONS SÉNÉGALAISES POUR ENSUITE ORGANISER DES ELECTIONS CONFORMES AVEC LA LOI…. JE SUIS ENTIÈREMENT D’ACCORD AVEC MAÎTRE ABDOULAYE WADE QUI SOUTIENT QUE LES ELECTIONS N’AURONT PAS LIEU LE 24 FÉVRIER 2019 CAR LE PRINCIPAL CANDIDAT MACKY SALL A ACQUISES SES SIGNATURES PAR ACHAT I.E. CRIME DE CORRUPTION …

RAPPELER A TOUS LES PEUPLES DU MONDE ET SURTOUT DU SÉNÉGAL  QUE SI LE CONSEIL CONSTITUTIONNEL SÉNÉGALAIS A VALIDÉ LES SIGNATURES DU CANDIDAT MACKY SALL ACQUISES PAR LE CRIME DE CORRUPTION AVEC LES ACHATS DE SIGNATURES, SELON LA LOI QUI SANCTIONNE LE CRIME DE CORRUPTION, CETTE DÉCISION DU CONSEIL CONSTITUTIONNEL EST DONC NULLE ET NON AVENUE ; PAR CONSÉQUENT LES ELECTIONS DU 24 FÉVRIER 2019 DOIVENT ETRE ANNULÉES AFIN DE RESTAURER PAR UNE AUTORITÉ DE TRANSITION LE BON FONCTIONNEMENT DES INSTITUTIONS  SÉNÉGALAISES POUR ENSUITE ORGANISER DES ELECTIONS CONFORMES AVEC LA LOI….

JE SUIS ENTIÈREMENT D’ACCORD AVEC MAÎTRE ABDOULAYE WADE QUI SOUTIENT QUE LES ELECTIONS N’AURONT PAS LIEU LE 24 FÉVRIER 2019 CAR LE PRINCIPAL CANDIDAT MACKY SALL A ACQUISES SES SIGNATURES PAR ACHAT I.E. CRIME DE CORRUPTION ET A ÉTÉ FRAUDULEUSEMENT VALIDÉ COMME CANDIDAT AUX PRÉSIDENTIELLES DE FÉVRIER 2019 PAR UN CONSEIL CONSTITUTIONNEL VICTIME DU TERRORISME DE MACKY SALL.

ANCIENPMAITRE ABDOULAYE WADE

LE CANDIDAT MACKY SALL A RÉVÉLÉ AU MONDE QU’IL EST UN TRICHEUR SANS SCRUPULES; IL EST DONC DE LA RESPONSABILITÉ DES SÉNÉGALAIS DE RÉAGIR EN CONSÉQUENCE AFIN QUE LE CANDIDAT MACKY SALL QUI A PASSÉ L’ETAPE DES PARRAINAGES EN VIOLATION DE LA LOI SUR LE PARRAINAGE NE PUISSE ETRE RÉÉLU.

→ AUJOURD’HUI QUE NOUS AVONS LE DESSUS SUR LE CANDIDAT TRICHEUR ET HORS LA LOI MACKY SALL, AUJOURD’HUI QUE LA LOI EST DE NOTRE CÔTE, NOUS NE LÂCHERONS RIEN ET SERONS DE TOUS LES COMBATS POUR QUE LA LÉGALITÉ SOIT RESPECTÉE ET LE CANDIDAT HORS LA LOI MACKY SALL NEUTRALISÉ ET MIS HORS D’ÉTAT DE NUIRE DANS L’INTÉRÊT DE LA BONNE MARCHE DE NOS INSTITUTIONS.

EN TANT QUE CANDIDATE A LA CANDIDATURE AUX PRÉSIDENTIELLES DE 2019, fichier pdf Decharge    

JE TENDS LA MAIN A MAITRE ABDOULAYE WADE, AFIN QUE NOUS PUISSIONS CONJUGUER NOS EFFORTS ET LIBÉRER LE SÉNÉGAL DU CANDIDAT TRICHEUR MACKY SALL QUI NE DOIT PAS ÊTRE RÉÉLU PRÉSIDENT CAR IL SERA UN PRÉSIDENT ILLÉGITIME VU QUE SELON LA LOI SUR LE PARRAINAGE,  SES SIGNATURES ACQUISES PAR LE CRIME DE CORRUPTION (AVEC LES ACHATS DE SIGNATURES) LUI INTERDISENT DE PARTICIPER AUX PRÉSIDENTIELLES DE 2019: NOUS RAPPELONS BIEN QUE  LA DÉCISION DU CONSEIL CONSTITUTIONNEL DE VALIDER LES SIGNATURES FRAUDULEUSES DU CANDIDAT MACKY SALL EST DONC NULLE ET NON AVENUE SELON LA LOI QUI SANCTIONNE LE CRIME DE CORRUPTION.

Madame Ndèye Khady BA



INVITER LE PEUPLE SÉNÉGALAIS ET TOUS LES PEUPLES A CONSTATER QUE LE CANDIDAT MACKY SALL ENTRE DANS L’HISTOIRE DU MONDE COMME LE PREMIER THÉORICIEN DE LA TRICHERIE ÉLECTORALE: CI DESSOUS DESCRIPTION DE LA TACTIQUE DE TRICHERIE DE MONSIEUR MACKY SALL QUI CONSISTE PRINCIPALEMENT A TERRORISER LES MAGISTRATS PAR DES MENACES D’AFFECTATION DANS DES DIVISIONS ADMINISTRATIVES LOINTAINES OU DÉSHERITÉES DE LIMOGEAGE, OU DE RADIATION; CECI POUR QUE CES MAGISTRATS VALIDENT SA TRICHERIE ….1. …. 2. …. 3. …..

INVITER LE PEUPLE SÉNÉGALAIS ET  TOUS LES PEUPLES A CONSTATER QUE LE CANDIDAT MACKY SALL ENTRE DANS L’HISTOIRE DU MONDE COMME LE PREMIER THÉORICIEN DE LA TRICHERIE ÉLECTORALE: CI DESSOUS DESCRIPTION DE LA TACTIQUE DE TRICHERIE DE MONSIEUR MACKY SALL QUI CONSISTE PRINCIPALEMENT  A TERRORISER LES MAGISTRATS PAR DES MENACES D’AFFECTATION DANS DES DIVISIONS ADMINISTRATIVES LOINTAINES OU DÉSHERITÉES DE LIMOGEAGE, OU DE RADIATION; CECI POUR QUE CES MAGISTRATS VALIDENT SA TRICHERIE.

1. ANNULER LES PROCÈS VERBAUX MÊME APRES LEUR PUBLICATION PAR LES BUREAUX DE VOTE; CHANGER LES CHIFFRES EN PRÉTEXTANT DES BULLETINS DE VOTE NULS POUR LE CANDIDAT RIVAL DE SORTE QUE SON CAMP VOIT SES NULS BULLETINS DE VOTE CROÎTRE: POUR VALIDER CETTE MANIPULATION MONSIEUR MACKY SALL FAIT APPELLE AU PRINCIPAL MAGISTRAT DE LA DIVISION ADMINISTRATIVE CONCERNÉE. →  EN EFFET NOUS AVONS VU A SAINT LOUIS LORS DES ELECTIONS LOCALES  OU AHMET FALL BRAILLA  ÉTAIT DONNÉ VAINQUEUR SELON LES CHIFFRES PUBLIES PAR LES BUREAUX DE VOTE, COMMENT MONSIEUR MACKY SALL A INVERSER LA TENDANCE EN ANNULANT CES CHIFFRES PUBLIES MÊME PAR LA PRESSE POUR FAIRE PROCLAMER VAINQUEUR ET MAIRE DE SAINT LOUIS SON BEAU FRÈRE MANSOUR FAYE.

https://www.setal.net/Prolongation-des-locales-Mansour-Faye-et-Braya-a-la-Cour-supreme-le-9-octobre_
mfaye-afall
Après Aissata Tall Sall, Aminata Mbengue Ndiaye et Cie c’est autour d’Ameth Fall Braya d’engager un bras de fer avec Mansour Faye et la coalition Benno Bokk Yakaar(BBY) devant la haute juridiction. Sur cette affaire, rapporte l’As, la Cour suprême a programmé de statuer sur le recours d’Ameth Fall Braya du Parti démocratique sénégalais(PDS). L’audience est prévue  le 9 octobre prochain à 10 heures. L’adversaire de Mansour Faye convaincu d’avoir remporté les locales de Saint-Louis, conteste l’arrêt de la Cour d’appel rendu le 25 juillet dernier et qui a donné la victoire au frère de la Première Dame du Sénégal.
 2. ORGANISER LE CHAOS PAR LE VIRTUOSE ABDOULAYE DAOUDA DIALLO (AFIN DE SOULEVER UN NUAGE DE POUSSIÈRE) POUR EMPÊCHER LES GENS DE COMPRENDRE SE QUI S’EST RÉELLEMENT PASSÉ, SABOTER LA DISTRIBUTION DES CARTES D’ÉLECTEUR ET SE PROCLAMER VAINQUEUR APRES PLUSIEURS DESTRUCTIONS DE BUREAUX DE VOTE.
www.lequotidien.sn/elections-legislatives-2017-constatations-et-enseignements-dun-scrutin/
 Elections Législatives 2017 : Constatations et enseignements d’un scrutin https://www.lequotidien.sn/elections-legislatives-2017-constatations-et-enseignements-dun-scrutin/ … via @Lequotidien Journal d’informations Générales
Samedi 4 Octobre 2014 – 09:45
3. CRÉER UNE LOI SUR LE PARRAINAGE QUI VEUT QUE CHAQUE CANDIDAT A LA CANDIDATURE AUX PRÉSIDENTIELLES PRÉSENTE SON PROGRAMME AUX DÉTENTEURS DE CARTE D’ÉLECTEURS AFIN QU’ILS INSCRIVES LEURS SIGNATURES SUR LES BULLETINS DE PARRAINAGE SI LEDIT  PROGRAMME LEUR CONVIENT; ENSUITE TRICHER ET ACHETER LES SIGNATURES POUR REMPLIR SES BULLETIN DE PARRAINAGE ET FAIRE VALIDER CETTE CORRUPTION PAR LES MEMBRES D’UN CONSEIL CONSTITUTIONNEL TERRORISÉS PAR LES MENACES D’AFFECTATION DANS DES DIVISIONS ADMINISTRATIVES LOINTAINES OU DÉSHERITÉES DE LIMOGEAGE, OU DE RADIATION.

CI DESSOUS QUELQUES ÉLÉMENTS DE PREUVE DE LA CORRUPTION ET DES MÉFAITS DU CANDIDAT MACKY SALL

ARTICLE DU 19 DECEMBRE 2018

www.actusen.sn

septembre 11, 2018

Parrainage : Le maire de Touba, Abdoul Ahad Ka file des fiches de collecte et 50.000 F Cfa à chaque chef de quartier

Abdou-Lahad-Ka-maire-Touba-696x522

La Coalition «Benno Bokk Yaakaar» est de plain-pied dans un marché, à la quête d’un bétail électoral. Et ne s’entoure plus de scrupules pour acheter les consciences des Sénégalais. La raison ? Après que SourceA a révélé, dans son édition d’hier lundi, l’offre de 1 million 500 mille F Cfa faite par le ministre-conseiller au village de la Commune de Mbar qui aura le maximum de signatures en faveur du Président Macky Sall, voici que le maire de Touba, Abdou Ahad Ka, danse le même tango que le responsable Apr de Biscuiterie. Pour ce faire, il a mis à profit une réunion avec les chefs de villages de sa Commune, pour déclarer à qui veut l’entendre : «je remettrai des fiches de collecte et 50.000 francs Cfa à chaque chef de quartier, pour glaner le maximum de signatures possibles»

Les agissements des responsables de la Coalition «Benno bokk yaakaar» ne font que certifier les propos de Thierno Alassane Sall, et pour cause. Le leader du Mouvement «La République des valeurs» affirmait, lors de la cérémonie de lancement de sa campagne de parrainage que le régime a mis en jeu 2 milliards de nos maigres francs pour aller à l’assaut des parrains. «Le régime en place a mobilisé 2 milliards de francs Cfa pour l’achat de parrains. Un marché de signatures s’est ouvert à l’échelle du pays», disait-il.

Les faits semblent lui donner raison. Car, après Arona Coumba Ndoffène Diouf qui a promis un million cinq cent mille francs Cfa, au village de la Commune de Mbar qui aura enregistré le plus de parrains, c’est au tour du maire de Touba, Abdoul Ahad Ka, de monnayer les registres destinés à la collecte de signatures. Dans une vidéo virale, on voit et entend l’édile de la capitale du «Mouridisme», entouré de quelques responsables de la Commune, expliquer le procédé à suivre aux chefs de quartiers qui étaient présents.

«Je remettrai des fiches de collecte et 50.000 francs Cfa à chaque chef de quartier pour glaner le maximum de signatures possibles. Il est prévu 10 signatures pour chaque fiche, que chacun prenne le nombre de fiches qui lui convient. Pour ceux qui ne savent pas écrire, vous pouvez demander de l’aide à vos proches». Tels sont les propos de Abdoul Ahad Ka.
Reste, maintenant, à savoir au rythme où vont les choses, quels leviers disposent les plus Hautes Autorités pour mettre fin à de telles pratiques qui épousent, de plus en plus, les contours de la corruption.
Mor Mbaye Cissé, Correspondant à Touba (Actusen.sn)
http://www.rewmi.com
13 septembre 2018

war-et-diouf Achat de parrains: Me War accuse Arona Coumba Ndoffène Diouf.

Les accusations d’achat de parrains ne sont pas de l’opposition, mais elles proviennent de la mouvance présidentielle. Dans une note dont nous détenons copie, Me Djibril War met en garde le Président Macky Sall sur les pratiques de corruption du ministre Arona Coumba Ndoffène Diouf. 

 La Coalition Benno Bokk Yaakar, lors de son assemblée générale hebdomadaire tenue hier, a procédé à l’évaluation des opérations de parrainage du président Macky Sall.

Les responsables des partis de la Coalition ont magnifié le déploiement des jeunes, des femmes, des responsables et des coordonnateurs vers les citoyens pour les inscrire sur les listes en se conformant à la loi.

Ils n’ont pas manqué d’exposer les difficultés rencontrées sur le terrain, en dénonçant des faits avérés de corruption. Me Djibril War accuse le Ministre conseiller Arona Coumba Ndoffène Diouf. «Il (Ndlr: Arona. C.N. Diouf pense que dans ce monde, tout peut s’acquérir par l’argent», s’indigne-t-il.

L’ancien député souligne que les hommes et femmes du ministre-conseiller, chassés de beaucoup de maisons et places, ont adopté une nouvelle stratégie : celle du donnant donnant.»

Selon Me War, « il n’y a qu’Arona Coumba Ndoffène Diouf qui fait preuve de générosité en allouant à chaque signataire de la liste de parrainage des sommes allant de 3000  à 5000 Fcfa»,

Une situation qui n’est pas sans conséquence. « Des personnes qui avaient déjà parrainé un candidat, attirées par l’appât de la corruption, viennent s’inscrire à nouveau sur les listes d’Arona Coumba Ndoffène qu’il s’est procuré frauduleusement, en dehors de la voie officielle, celle du Coordonnateur de la Coalition Benno Bokk Yaakar », souligne Me War.

Aussi déplorent-ils «les actes anti valeurs d’Arona, parce que non conformes à leurs valeurs d’honneur, de dignité, de pudeur».  Ils préviennent Macky : « ces comportements seront lourds de conséquence pour l’image du Président avec le discrédit et la désaffection des populations. »

A noter qu’Arona Coumba Ndoffène Diouf avait promis publiquement 1.500.000 Fcfa aux responsables de  la commune de Mbar qui auront plus le plus de signatures.

Georges Emmanuel Ndiaye.

http://www.rewmi.com

10 septembre 2018

Parrainage: Les stratégies ‘’hors-la-loi’’ de candidats

C’est la guerre des chiffres, surtout au niveau des souteneurs du Président Sall. Chacun verse dans l’excès de zèle, histoire de démontrer qu’il va apporter plus de signatures que l’autre.

Les déclarations se multiplient dans la presse, juste pour des positionnements. Personne ne veut rester en rade.

Malheureusement, tous les moyens sont bons pour ‘’enrôler‘’ des citoyens qui ont, la plupart du temps, des problèmes pour comprendre ce qu’il en est réellement.

Ils sont souvent soumis à des manipulations de toutes sortes, avec des fausses promesses à la clef.

C’est ainsi que dans la banlieue de Dakar par exemple, des rassemblements sont organisés, surtout avec les femmes, pour leur promettre des financements dans les prochains jours. Celles-ci, convaincues de les acquérir, signent des fiches tout en espérant que les promesses seront satisfaites.

D’autres stratégies sont en vogue de la part d’hommes politiques qui ne lésinent pas sur les moyens. Ils profitent le plus souvent du faible niveau intellectuel de certains électeurs, raflent leurs cartes d’identité numérisées, sous des prétextes fallacieux qui changent d’une localité à l’autre.

A Touba par exemple, une somme d’un million de Francs CFA est promise à toute personne capable d’apporter 100 signatures.

Malheureusement, selon nos sources, dans la ville sainte, le parti au pouvoir ne se fait pas particulièrement remarquer du fait que ses représentants sont quasi-invisibles.

Comme quoi, c’est l’éternelle équation de Touba qui se pose à Macky.

D’autres parmi les citoyens sont parfaitement conscients de ce qu’ils font. Ils préfèrent monnayer tout acte électoral, sans scrupules, là où certains ne rechignent pas à signer ou à refuser de le faire par conviction.

En cette période de ‘’navétane’’ et de vacances, de nombreux jeunes se voient promettre ou offrir des équipements, maillots, des ballons et même de l’argent en échange de signatures.

Pour les Chefs de village, on leur promet que bientôt, une loi sera votée pour leur permettre de bénéficier désormais de salaires pour leurs charges. Une loi qui, depuis l’ancien Président Wade, ne voit jamais le jour.

C’est dire qu’il y a autant de stratégies que de localités.

En conséquence, les convictions idéologiques ont pratiquement disparu de notre culture politique. Et comme ils sont peu nombreux à investir les partis et mouvements politiques, il faudra trouver les moyens parfois peu éthiques de convaincre cette grande masse d’électeurs.

Pis, les politiques profitent non seulement de l’incurie de certains, mais aussi de leur pauvreté. L’achat de conscience est banalisé. La manipulation érigée en règle.

Malheureusement, à chaque échéance électorale, les populations se font berner, parfois très facilement.

Ceci est d’autant plus vrai qu’aucune communication véritable n’a accompagné cette application de la loi sur le parrainage. Nombre de citoyens ignorent réellement ce que c’est. Parce qu’il aurait fallu, au moins, la faire accompagner de spots au niveau de tous les médias pour en expliquer les tenants et les aboutissants. Ce qui n’a pas été fait. On s’est précipité à la voter et à la faire appliquer. La preuve, même ceux qui sont au niveau du parti au pouvoir et qui parlent de 3 millions de signatures, ne savaient qu’il y avait un plafond à ne pas dépasser.

Même confusion au niveau des plénipotentiaires des partis. Ces ‘’messieurs élections’’ n’ont rencontré l’administration qu’une seule fois alors qu’ils sont censés comprendre et faire comprendre le parrainage au niveau de leurs partis respectifs ou de leurs états-majors politiques.

A ces confusions, s’ajoutent d’autres : le fait que la plupart de nos concitoyens ne savent pas signer. Certains mettent des étoiles, d’autres des signes qu’ils oublient aussitôt.

C’est dire que techniquement, l’administration chargée de contrôler les opérations aura du mal à le faire.

Il serait alors intéressant de savoir comment elle va s’y prendre surtout dans une société à majorité analphabète.

Assane Samb

www.lequotidien.sn/

17 septembre 2018

Mame Boye Diao (Apr) sur l’achat de conscience : «La justice doit faire …

Image issue d'un article pour la recherche "achats de signatures sur le parrainage par les candidats" (source : Le Quotidien)

 Le Quotidien-17 sept. 2018

Avec un objectif national de 2,5 millions de signatures, le pouvoir n’est-il … Donc, cela peut le frustrer et l’amener à parrainer un autre candidat.

Mame Boye Diao ne ménage pas ses camarades de parti qui s’activent dans l’achat de conscience. Arona Coumba Ndoffène Diouf et Abdou Lahad Kâ sont accusés d’avoir recouru à de telles pratiques. Le responsable apériste de Kolda appelle même la justice à faire son travail pour élucider ces affaires. Dans cet entretien, le directeur des Services fiscaux de la Direction des impôts et domaines invite Benno bokk yaakaar à l’unité en perspective de l’élection du prochain maire de Dakar.

Où en êtes-vous avec la campagne de collecte de parrains pour votre candidat Macky Sall ?
Nous avons un objectif ambitieux de dépasser les 2,5 millions de signatures pour régler certaines questions puériles soulevées par l’opposition pour montrer la représentativité et la popularité de notre candidat Macky Sall. Donc, nous avons fixé des objectifs pour chaque commune et nous espérons les dépasser. L’idée est de montrer, au mois de décembre, que le Président Macky Sall est majoritaire dans le cœur des Sénégalais. Cela va nous permettre de mieux enclencher le processus pour sa réélection.

Quel est votre objectif en termes de nombre de parrains à Kolda où vous militez ?
Nous avons un objectif fixé par le pôle parrainage de 32 000 parrains en rapport avec le fichier électoral du département de Kolda. Notre démarche a été de convoquer tous les responsables départementaux de la coalition Benno bokk yaakaar ainsi que les mouvements de soutien au président de la République. Cette réunion s’est tenue à la mairie de Kolda à l’issue de laquelle nous sommes en train de dérouler un plan d’actions. Le processus se fait dans la sérénité et l’enthousiasme parce que Kolda est l’une des régions qui ont le plus bénéficié des politiques publiques qui ont été mises en place par le chef de l’Etat. Nous engageons le processus de façon unitaire, sans anicroche. Nous pensons que nous allons dépasser les 32 000 signatures que nous nous sommes fixé comme objectif.

Avec un objectif national de 2,5 millions de signatures, le pouvoir n’est-il pas dans une logique d’invalider les autres candidatures ?
Cela répond déjà à une question de popularité ou pas du Président Macky Sall. L’opposition fait croire à l’opinion que le Président est minoritaire. Nous pensons que la première réponse à donner à cela, c’est de montrer que Macky Sall est largement majoritaire dans ce pays. Deuxièmement, le parrainage est une question sensible, une nouveauté dans notre pays et il faut aussi gérer les questions subjectives. Si un de nos militants n’est pas sollicité pour le parrainage, il peut penser qu’il n’a pas l’importance qu’il faut. Donc, cela peut le frustrer et l’amener à parrainer un autre candidat. Chaque candidat déclaré doit pouvoir compter sur ses propres forces pour dire à terme à peu près ce qu’il pèse.
Mais avec 2,5 millions de parrains, il y a des risques de doublons…
Le pouvoir ne s’est pas fixé comme objectif d’invalider les candidats de l’opposition. D’ailleurs, il n’a pas ce pouvoir, cette tâche de valider ou pas une candidature revient au Conseil constitutionnel. Pourtant Bougane Guèye Dany et Malick Gakou se sont fixé chacun un objectif de 500 mille parrains. Le Pds table sur 1 million de parrains… Donc, chaque candidat s’est fixé des objectifs. Si c’est l’opposition qui parle d’un million ou 500 mille signatures, on ne dit rien, mais si c’est le pouvoir, on crie au scandale et on nous accuse de vouloir invalider des candidatures. Nous voulons 2,5 millions de parrains pour juste montrer notre force.

Finalement la question de l’achat de conscience n’est-elle pas en train de plomber la pertinence du parrainage ?
Dans le déroulement des processus politiques, le Président appuyait financièrement les différents comités électoraux, que ce soit les Législatives ou les Locales. Mais pour un processus de parrainage, aucun franc n’a été ni dégagé ni mis à la disposition des différents comités.

Pourtant Thierno Alassane Sall parle de 2 milliards mobilisés par le pouvoir pour acheter des parrains…
C’est faux ! Cet homme n’a jamais gagné une élection à Thiès, y compris dans sa propre commune. C’est pourquoi il avance des propos fallacieux. Ces accusations sont faites par des personnes qui ne peuvent même pas avoir 50 000 signatures. Tout le monde sait que lorsqu’on va vers des élections, le Président sort une cagnotte pour aider les différents comités électoraux. Mais pour cette campagne de collecte de parrains, aucun budget n’a été établi. Au niveau de la région de la Kolda, nous n’avons reçu aucun franc et c’est le cas pour les autres responsables de la coalition. Il s’agit d’un choix que nous avons fait pour rendre au Président la monnaie de sa pièce parce qu’il a placé le Sénégal sur la voie du développement. Nous autres, ses responsables, pensons qu’il ne devait pas s’investir dans ce processus. Thierno Alassane Sall était avec nous, donc, il sait que dans toutes les élections qui se sont déroulées, le Président n’a jamais donné plus de 5 millions à un comité électoral. Avec 5 millions, comment peut-on faire une campagne ? Donc, c’est rien du tout. Le Président n’a jamais voulu faire des élections une question d’argent entre lui et les populations.
Le ministre-conseiller Arona Coumba Ndoffène Diouf promet dans la commune de Mbar 1,5 million de francs Cfa au village qui aura le plus de parrains et le maire de Touba, Abdou Lahad Kâ, dans une vidéo qui circule sur le net, donne 50 000 francs Cfa à chaque parrain. Ces affaires ne sont-elles pas des cas d’achat de conscience avérés ?
Pour le cas de Touba, si une personne donne 50 000 francs à chaque parrain, c’est parce qu’il doit être immensément riche. 50 000 francs par parrain, c’est énorme ! Je reconnais la ligne de mon parti qui dit que la collecte de parrainages doit être une action volontaire et libre. Les cas que vous me citez sont des cas isolés qui peuvent être mal vus par l’opinion mais qui ne concernent pas la direction du parti. Je suis formel : ni le président de la République ni le directoire de campagne n’ont dégagé un budget pour l’achat de conscience et des promesses électoralistes. Je condamne ces pratiques de ces responsables. Ce sont des éléments qui sont minimes par rapport au processus global. L’Apr se démarque de toutes ces pratiques. Nous ne sommes ni dans l’achat de conscience ni dans les promesses mirobolantes pour obtenir des parrains. Nous sommes assez forts pour atteindre nos objectifs en termes de parrains. Ceux qui le font, doivent assumer devant la justice de ce pays. Ces gens sont en train de faire croire à l’opinion que le Président n’est pas majoritaire alors que c’est tout à fait le contraire. Ils peuvent faire douter les votants. Au niveau de la majorité, ces personnes, qui font de l’achat de conscience, sont des responsables qui n’ont pas de base. C’est un moyen de prouver au président de la République qu’on est fort dans notre localité. Cependant, ils utilisent des moyens malheureux.

Etes-vous pour que l’Ofnac s’autosaisisse pour élucider ces cas Arona Coumba Ndoffène Diouf et Abdou Lahad Kâ ?
S’il y a des cas de corruption avérés, il faudrait que la loi s’applique à tout le monde, pouvoir comme opposition. Mais je dois souligner que ce ne sont que ceux qui savent qu’ils ne peuvent pas avoir le nombre de parrains requis qui crient à l’achat de conscience. Je n’ai pas entendu un parti comme Rewmi agiter ces questions parce qu’il sait que le nombre de parrains demandé n’est pas un problème. L’opposition pose un débat puéril. C’est le cas avec cette accusation grave du parti Pastef à l’égard du Président Macky Sall par rapport aux ethnies et aux confréries. Voilà des gens qui nous ont habitués à des accusations bizarres. Cependant, ils sont en train de franchir un cap très dangereux. Le président de la République n’a jamais communiqué en faisant référence à son appartenance confrérique, religieuse, ethnique ou régionale. Je mets au défi quiconque de me sortir un élément dans lequel le Président fait référence à cela. Pour la première institution du pays, l’accuser d’user de cela est une faute très grave. Beaucoup d’hommes politiques font dans la vindicte pour devenir des héros. Personnellement, je ne connais pas l’appartenance confrérique de Macky Sall alors que tout le monde connaissait la confrérie de son prédécesseur. J’appelle les gens de Pastef à la raison. Nous sommes dans un pays où chrétiens et musulmans ont des relations fraternelles, de même que les différentes confréries. Les Sénégalais ne vont pas les suivre dans cette voie.

Quelle lecture faites-vous de la décision du président de la République de nommer des délégués régionaux pour la Présidentielle de 2019 ?
Le président de la République s’est inscrit, depuis 2012, dans une dynamique de coalition. Au départ, il s’agissait de la coalition Macky2012 qui nous a amenés au second pour devenir ensuite Benno bokk yaakaar. Dans sa logique de «gagner ensemble et gouverner ensemble», le Président a fait des choses assez similaires par rapport à Bby. Il y a des responsables de l’Apr, du Ps de l’Afp, entre autres. C’est un message fort de Macky Sall qui tient à cette coalition. Deuxièmement, dans le dispositif mis en place dans le cadre du parrainage, les délégués régionaux interviennent dans le processus de collecte de parrains. Ils seront l’interface entre le candidat Macky Sall et les différents parrains par le canal des collecteurs. Je salue les choix portés sur Ousmane Tanor Dieng, Moustapha Niasse, Mahammed Boun Abdallah Dionne ou Robert Sagna parmi les délégués régionaux. Cela confirme le leadership du Président Macky Sall qui a choisi de faire avec une équipe constituée de différents alliés et compte se battre avec cette machine pour sa réélection.

Pour la succession de Khalifa Sall, il est agité le nom de Alioune Ndoye pour le Ps et celui de Zator Mbaye pour l’Afp. Ne s’achemine-t-on pas vers une guerre Ps-Afp au sein de Bby pour le contrôle de la Ville de Dakar ?
Que des noms soient agités, ce n’est pas un problème. Le groupe de Khalifa Sall a sa propre stratégie. Dès qu’il y aura une dispersion au niveau de la candidature de Benno, le bloc de Khalifa Sall va gagner aisément. Ce sera encore une fois la résultante de nos petites querelles qui pourront aboutir à cet échec dans la reconquête de la Ville de Dakar. Khalifa Sall a été élu avec une équipe qui est restée soudée. Ceux qui sont en face, s’ils y vont en ordre dispersé, ils créent eux-mêmes les conditions de leur échec.

          
AUJOURD’HUI IL EST IMPÉRATIF QUE FORCE RESTE A LA LOI, AFIN QUE LE PAYS PUISSE FONCTIONNER SUR DES BASES RATIONNELLES ET DONC SAINES DANS L’INTÉRÊT DE LA STABILITÉ ÉCONOMIQUE ET SOCIALE.

ÉTANT DONNE QU’AU SÉNÉGAL POUR ACCÉDER ET OU RESTER A POUVOIR,  LES POLITICIENS VEULENT DÉTRUIRE LES BASES DE NOTRE STABILITÉ, QUE SONT LES LOIS ET L’ORDRE, CAR ILS  NON SEULEMENT ILS EN SONT ARRIVÉS A CONSIDÉRER LA TRICHERIE, LA CORRUPTION COMME LÉGALE ET NORMALE,  MAIS SURTOUT QU’ILS LE FONT A VISAGE DÉCOUVERT (CE QUI EST UN VÉRITABLE AFFRONT UNE INSULTE POUR NOS LOIS ET NOS MAGISTRATS, ET UNE MENACE OUVERTE ET  EXTRÊME POUR NOTRE STABILITÉ ), IL EST IMPÉRATIF QUE L’APPLICATION CORRECTE ET SCRUPULEUSE DE NOS LOIS SOIT EXÉCUTÉE AVEC PATRIOTISME, ET QUE LE COURAGE DE NOS MAGISTRATS ET HOMME CHARGÉS DE L’APPLICATION DU DROIT DOMINE LA LÂCHETÉ ET LA PEUR DU LIMOGEAGE QUI PEUVENT LES INDUIRE A FERMER LES YEUX SUR LES FRAUDE ET CORRUPTION DU CANDIDAT A POUVOIR.

C’EST POURQUOI ÉTANT DONNE QUE LES FRAUDES, LA CORRUPTION ET LA TRICHERIE SUR LE PARRAINAGE SONT PATENTES ET QUE LES POLITICIENS OSENT DÉFIER NOS LOIS ET CORROMPRE OUVERTEMENT, IL EST IMPÉRATIF QUE LES SANCTIONS  DE LA JUSTICE PROTÈGENT CE PROCESSUS ET  DISQUALIFIENT LES CANDIDATS AYANT VIOLÉ LA LOI SUR LE PARRAINAGE, DANS L’INTÉRÊT DU PAYS ET AU NOM DE LA PRÉSERVATION DE SA RÉPUTATION DANS LE MONDE.

img371 (1)

NOUS ACTUALISONS NOTRE LETTRE ADRESSÉE A CONSEIL CONSTITUTIONNEL, POUR L’ANNULATION DE CE PROCESSUS DE PARRAINAGE ENTACHÉ D’IRRÉGULARITÉS, AVEC COMME ALTERNATIVE L’ORGANISATION D’ÉLECTION A BULLETIN UNIQUE AVEC LES 28 CANDIDATS: LES 27  QUI ONT DÉPOSÉ LEURS DOSSIERS MAIS AUSSI LA CANDIDATE DU « MOUVEMENT TROIS A ARE ALLALOU ASKANE-WI », MADAME NDEYE KHADY BA QUI A ETE LA SEULE PARMI LES CANDIDATS A AVOIR EU LE COURAGE DE DEMANDER LE RESPECT DES RÈGLES DU PARRAINAGE: NOUS AVONS PRIS LE SOIN D’INTRODUIRE UN RECOURS EN ANNULATION, MAIS NOUS SOMMES TOUJOURS EN COURSE POUR LES PRÉSIDENTIELLES DE 2019.

→ NOUS APPELONS DONC LE CONSEIL CONSTITUTIONNEL A PRENDRE EN COMPTE LES NOUVELLES DONNÉES : 1. ANNULATION PARRAINAGE VU LES NOMBREUSES IRRÉGULARITÉS; 2. ORGANISATIONS ÉLECTIONS PRÉSIDENTIELLES PAR LE VOTE A BULLETIN UNIQUE; 3. DONNER A LA SEULE CANDIDATE A AVOIR INTRODUIT UN RECOURS EN ANNULATION UN DÉLAI EXCEPTIONNEL D’UN MOIS POUR CONSTITUER LES PIÈCES DE SON DOSSIER DE CANDIDATURE (CASIER JUDICIAIRE, CAUTION, … ) A  DÉPOSER AU CONSEIL CONSTITUTIONNEL.

Madame Ndèye Khady BA



EXHORTER LES AUTORITÉS RELIGIEUSES DU SÉNÉGAL A SE DOTER DE CONSEILLERS QUI PUISSENT LES INFORMER OBJECTIVEMENT SUR L’ACTUALITÉ NATIONALE ET INTERNATIONALE; AFIN QUE NOS CHEFS RELIGIEUX PUISSENT SE PRONONCER SUR TOUT CE QUI SE PASSE DANS LE PAYS ET DANS LE MONDE; CECI AFIN DE POUVOIR RAPPELER A L’ORDRE LES POLITICIENS QUI VIOLENT LA LOI D’ALLAH, VOLENT LES RESSOURCES DU SÉNÉGAL, SÈMENT LA CORRUPTION DANS LE PAYS, TRICHENT POUR AVOIR LES PARRAINAGES REQUIS, … ET QUI ENSUITE ONT L’OUTRECUIDANCE D’ALLER SOLLICITER LES PRIÈRES DES MARABOUTS POUR CONTINUER A RESTER A LA TÈTE DE L’ETAT POUR CONTINUER A VOLER LES RESSOURCES DU SÉNÉGAL. …

EXHORTER LES AUTORITÉS RELIGIEUSES DU SÉNÉGAL A SE DOTER DE CONSEILLERS QUI PUISSENT LES INFORMER OBJECTIVEMENT SUR L’ACTUALITÉ NATIONALE ET INTERNATIONALE; AFIN QUE NOS CHEFS RELIGIEUX PUISSENT SE PRONONCER SUR TOUT CE QUI SE PASSE DANS LE PAYS ET DANS LE MONDE; CECI AFIN DE POUVOIR RAPPELER A L’ORDRE LES POLITICIENS QUI VIOLENT LA LOI D’ALLAH, VOLENT LES RESSOURCES DU SÉNÉGAL, SÈMENT LA CORRUPTION DANS LE PAYS, TRICHENT POUR AVOIR LES PARRAINAGES REQUIS, … ET QUI ENSUITE ONT L’OUTRECUIDANCE D’ALLER SOLLICITER LES PRIÈRES DES MARABOUTS POUR CONTINUER A RESTER A LA TÈTE DE L’ETAT POUR CONTINUER A VOLER LES RESSOURCES DU SÉNÉGAL.

CI DESSOUS MA LETTRE ADRESSÉE AU CONSEIL CONSTITUTIONNEL DANS LA QUELLE JE RAPPELLE QUE ALLAH A BIEN ET BIEN ENSEIGNÉ QUE « ISLAM DINE WA DAWLA »

VERIDIQUE



1234

actualité et infos décortiq... |
Le chat à neuf queues |
Blog de Jean-Louis Simon |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | ATTAC Burkina Faso
| Les délibérations du Consei...
| Gouvernance territoriale, d...