LANCER A NOUVEAU CET APPEL SOLENNEL A CHAQUE MUSULMAN ET L’EXHORTE A SE RENDRE SEUL ET / OU AVEC D’AUTRES CITOYENS MUSULMANS A L’AMBASSADE DES USA DANS LEUR PAYS POUR ORGANISER DES MANIFESTATIONS PACIFIQUES ET RÉCLAMER L’EXPULSION DE L’AMBASSADEUR DES USA TANT QUE DONALD TRUMP REFUSERA DE RECONNAITRE LA PALESTINE SUR TOUTES SES FRONTIÈRES LÉGITIMES C’EST A DIRE SUR SES FRONTIÈRES D’AVANT 1948 EN CONFORMITÉ NON SEULEMENT AVEC LE DROIT MAIS AUSSI EN CONFORMITÉ AVEC L’ISLAM. …

EXHORTER CHAQUE MUSULMAN DE TOUT PAYS DU MONDE A FAIRE SON DEVOIR DE SE CONFORMER A L’ISLAM SUR LE RÈGLEMENT DU DOSSIER PALESTINIEN, ET DE DÉFENDRE LA PALESTINE SUR TOUTES SES TERRES  LÉGITIMES: CAR L’ISLAM CONSIDÈRE LA RÉSOLUTION 181 QUI A CRÉÉ ISRAËL COMME HORS LA LOI, CAR ELLE S’APPUIE SUR LE CRIME DE VOL DE TERRES PALESTINIENNES POUR DONNER UNE LÉGITIMITÉ A  ISRAËL, OR CELA EST IMPOSSIBLE CAR UN CRIME DE VOL NE POURRA JAMAIS ÊTRE VALIDE EN ACTE LÉGAL QUE CE SOIT PAR VOTE DE PARLEMENTAIRE AU NIVEAU NATIONAL,  OU PAR VOTE D’ÉTATS SOUVERAINS AU NIVEAU INTERNATIONAL.

→ AUSSI AUCUN MUSULMAN NE DOIT RECONNAITRE ISRAËL CAR CE SERAIT VIOLER LES RÈGLES DE L’ISLAM SUR LA LÉGITIMITÉ D’UN BIEN QUI NE S’ACQUIERT QUE PAR DON, HÉRITAGE.

NB: LES MUSULMANS ONT L’OBLIGATION DE SE CONFORMER A L’ISLAM SUR LE DOSSIER PALESTINIEN ET DONC:

1. DE RECONNAITRE LA PALESTINE SUR TOUTES SES TERRES LÉGITIMES C’EST A DIRE SUR SES FRONTIÈRES D’AVANT 1948. 

2. DE CRACHER AVEC LA DERNIÈRE ÉNERGIE SUR L’INVENTION SATANIQUE DE L’ONU DE CRÉER UN NOUVEL ÉTAT (ISRAËL)  EN VOLANT LES TERRES D’UN ÉTAT DÉJÀ CONSTITUÉ (PALESTINE), EN COMPLOTANT CONTRE L’ISLAM A TRAVERS LE VOTE D’UNE RÉSOLUTION FRAUDULEUSE A IMPOSER AUX MUSULMANS QU’ON OBLIGE PAR CET ACTE MÊME A VIOLER LES RÈGLES DE L’ISLAM. 

 M’ADRESSANT A DONALD TRUMP QUI NE MÉRITE AUCUN RESPECT JE LUI DIS:  » TOUS LES MUSULMANS SE FICHENT DES ORDRES QUE VOUS DONNEZ A VOTRE ESCLAVE LE ROI SALMAN, AU FATAH, AU HAMAS ET AUX PAYS ARABES SUR LE DOSSIER PALESTINIEN: CAR ILS ADOPTERONT MON PLAN DE RÈGLEMENT DU DOSSIER PALESTINIEN, PRÉCISÉMENT PARCE QU’ILS ONT L’OBLIGATION DE SE CONFORMERONT A L’ISLAM SUR LE RÈGLEMENT DU DOSSIER PALESTINIEN.

Résultat de recherche d'images pour "DONALD TRUMP ET SON ESCLAVE LE ROI SALMAN"PRÉSIDENT DONALD TRUMP ET SON ESCLAVE LE ROI SALMAN.

 JE LANCE A NOUVEAU CET APPEL SOLENNEL A CHAQUE MUSULMAN ET L’EXHORTE A SE RENDRE SEUL ET / OU AVEC D’AUTRES CITOYENS MUSULMANS A L’AMBASSADE DES USA DANS LEUR PAYS POUR ORGANISER DES MANIFESTATIONS PACIFIQUES ET RÉCLAMER L’EXPULSION DE L’AMBASSADEUR DES USA TANT QUE DONALD TRUMP REFUSERA DE RECONNAITRE LA PALESTINE SUR TOUTES SES FRONTIÈRES LÉGITIMES C’EST A DIRE SUR SES FRONTIÈRES D’AVANT 1948 EN CONFORMITÉ NON SEULEMENT AVEC LE DROIT MAIS AUSSI EN CONFORMITÉ AVEC L’ISLAM.

Madame Ndèye Khady BA

……………………………..———————————————————–…………………………………………

ARTICLE DU 20-09-2017

APPELER LE PEUPLE PALESTINIEN A EXIGER LEURS DIRIGEANTS DU FATAH ET DU HAMAS DE SE CONFORMER A L’ISLAM DANS LE RÈGLEMENT DU DOSSIER PALESTINIEN. NOUS SAVONS TOUS QUE L’ISLAM INTERDIT LE CRIME DE VOL ET DE MASSACRE, ET QUE ISRAËL A ÉTÉ CRÉÉ PAR LE CRIME DE VOLS DE TERRES PALESTINIENNES ET DE MASSACRES DE PALESTINIENS, ET QU’IL S’EST AGRANDI PAR LES MÊMES CRIMES DE VOLS DE TERRES ET DE MASSACRES DE PALESTINIENS. PAR CONSÉQUENT N’EST PAS MUSULMAN QUICONQUE RECONNAIT ISRAËL CF LE FATAH ET LE HAMAS.

NOUS DISONS AU FATAH ET AU HAMAS QUE TANT QU’ILS REFUSERONT DE RENIER LEUR RECONNAISSANCE D’ISRAËL, ALLAH NE LES AIDERA PAS: CAR ILS SONT EN VIOLATION AVEC LE SAINT CORAN

ARTICLE DU 13-09-2017

RAPPELER  A TOUS LES MUSULMANS DU MONDE QUE L’ISLAM INTERDIT LE  VOL ET LE MEURTRE, DONC SEUL UN MÉCRÉANT PEUT RECONNAITRE ISRAËL QUI A ÉTÉ CRÉÉ PAR LE CRIME DE VOL ET QUI PROSPÈRE PAR LE CRIME DE VOL DE TERRES ET DE MEURTRES SUR LES PALESTINIENS. CF CI DESSOUS

A TITRE ILLUSTRATIF CONSTATEZ PAR VOUS-MÊMES COMMENT LA PALESTINE A ÉTÉ DÉTRUITE ENTRE 1946 ET 2004 A NOS JOURS, AVEC LA COMPLICITÉ DE L’ONU ET PRINCIPALEMENT DES USA POUR Y INSTALLER LES EUROPÉENS JUIFS EX PRISONNIERS D’ADOLPHE HITLER QUI AURAIENT DU RETOURNER DANS LEURS PAYS D’ORIGINE RESPECTIFS EN EUROPE  APRÈS LEUR LIBÉRATION DES CAMPS DE CONCENTRATION.

palestine-1946-2004-e1375180546258-300x208

ARTICLE DU 03-11-2017

INVITER TOUS LES PEUPLES ET TOUS LES DIRIGEANTS A  ADOPTER  LES  RÈGLES DE L’ISLAM, APRÈS AVOIR CONSTATÉ PAR VOUS-MÊMES QUE L’ISLAM VEUT UNE ADMINISTRATION « CLEAN », C’EST A DIRE JUSTE ET PROTÉGEANT LES DROITS DE CHACUN CF « PAR  L’APPLICATION DE LA LOI VOUS AVEZ UNE GARANTIE DE JUSTICE POUR TOUS » , AUSSI BIEN DANS LA GESTION DES POLITIQUES ET LOIS NATIONALES ET / OU RÉGIONALES  ET / OU INTERNATIONALES:  C’EST POURQUOI  L’ISLAM NOUS RAPPELLE QUE « QUE MÊME SI TOUS LES DIRIGEANTS DU MONDE S’ÉTAIENT LIGUÉS POUR DÉCLARER LÉGALES DES POLITIQUES ET / OU DES LOIS INJUSTES QU’ILS ONT VOTÉES, JAMAIS ILS NE POURRONT CONVERTIR L’ILLÉGAL EN LÉGAL« : …

ET C’EST PRÉCISÉMENT CETTE PROPENSION A CONVERTIR L’ILLÉGAL EN LÉGAL  QUE NOUS OBSERVONS AUSSI BIEN EN OCCIDENT CF CRÉATION D’ISRAËL SUR LA BASE DE CRIME DE VOLS DE TERRES PALESTINIENNES; QUE DANS LES DEUX GRANDS PAYS MUSULMANS CF IRAN OU LES DIRIGEANTS VIOLANT LES RÈGLES DE L’ISLAM QUI INTERDIT LE CRIME, PARTICIPENT AU CARNAGE DE BACHAR AL EN SYRIE; CF EN ARABIE SAOUDITE OU LE ROI SALMAN VIOLANT LES RÈGLES DE L’ISLAM QUI INTERDIT DE S’ALLIER A DES CRIMINELS, A ÉTÉ PRIS EN FLAGRANT DÉLIT DE « 1.COLLUSION AVEC  LES CRIMINELS ISRAÉLIENS  QUI PERSÉCUTENT LES PALESTINIENS DEPUIS 1948″, ET « 2.D’APOLOGIE DE LA RÉPRESSION DE L’AVIATION ISRAÉLIENNE SUR LA RÉSISTANCE MUSULMANE  PALESTINIENNE ET LIBANAISE.

→ C’EST POURQUOI JE SUIS TRÈS A L’AISE POUR RAPPELER A L’ONU QUE LA CRÉATION D’ISRAËL QUI S’APPUIE SUR LE CRIME DE VOL DE TERRE PALESTINIENNES, EST UN CRIME CONTRE L’HUMANITÉ COMMIS SUR LES PALESTINIENS, ET QUE LA RÉSOLUTION  181  EST HORS LA LOI.

ARTICLE DU 13-09-2017

RAPPELER  A TOUS LES MUSULMANS DU MONDE QUE L’ISLAM INTERDIT LE  VOL ET LE MEURTRE, DONC SEUL UN MÉCRÉANT PEUT RECONNAÎTRE ISRAËL QUI A ÉTÉ CRÉÉ PAR LE CRIME DE VOL ET QUI PROSPÈRE PAR LE CRIME DE VOL DE TERRES ET DE MEURTRES SUR LES PALESTINIENS. CF CI DESSOUS

A TITRE ILLUSTRATIF CONSTATEZ PAR VOUS-MÊMES COMMENT LA PALESTINE A ÉTÉ DÉTRUITE ENTRE 1946 ET 2004 A NOS JOURS, AVEC LA COMPLICITÉ DE L’ONU ET PRINCIPALEMENT DES USA POUR Y INSTALLER LES EUROPÉENS JUIFS EX PRISONNIERS D’ADOLPHE HITLER QUI AURAIENT DU RETOURNER DANS LEURS PAYS D’ORIGINE RESPECTIFS EN EUROPE  APRÈS LEUR LIBÉRATION DES CAMPS DE CONCENTRATION.

palestine-1946-2004-e1375180546258-300x208

ARTICLE DU 27-07-2017

# VOILA 70 ANNÉES QUE L’ONU A INSTALLÉ ET ENTRETIENT  DANS LA PALESTINE LES GERMES DE LA TROISIÈME GUERRE MONDIALE EN FABRIQUANT LE « FAUX- ÉTAT ISRAËL » PAR DES DOCUMENTS FALSIFIÉS. LE MONDE NE DOIT PLUS SE CONTENTER « D’APAISER LES TENSIONS » ATTENDRE LA PROCHAINE CRISE ET LES CRIMES DU « FAUX- ÉTAT ISRAËL » PALESTINIENS POUR SE MOBILISER. NON! L’ONU DOIT FAIRE SON MEA CULPA ET RESTAURER LA LÉGALITÉ EN PALESTINE.

 RAPPEL:

L’ONU POUR CRIME CONTRE L’HUMANITÉ COMMIS SUR LES PALESTINIENS  AVEC SA RÉSOLUTION 181 CRÉANT ISRAËL DANS LA PALESTINE SANS L’AUTORISATION DES PALESTINIENS ET SANS L’AUTORISATION DU ROYAUME UNI PUISSANCE COLONISATRICE DE L’ÉPOQUE: CE QUI EST UN VOL;  LA RÉSOLUTION 181 S’APPUIE  DONC SUR LES VOLS DE TERRES PALESTINIENNES: C’EST POURQUOI NOUS ACCUSONS L’ONU DE FAUX ET USAGE DE FAUX PAR LA RÉSOLUTION 181 QUI TENTE DE CHANGER LE CRIME DE VOL DE TERRE PALESTINIENNE EN ACTE LÉGAL. ET NOUS EXIGEONS RÉPARATION AU PROFIT DU PEUPLE PALESTINIEN DE LA PART DES 33 PAYS QUI ONT VOTÉ LA RÉSOLUTION 181.

Ont voté pour : États-Unis d’Amérique, Australie, Belgique, Bolivie, Brésil, Biélorussie, Canada, Costarica, Danemark, République dominicaine, Équateur, France, Guatemala, Haïti, Islande, Libéria, Luxembourg, Pays-Bas, Nouvelle-Zélande, Nicaragua, Norvège, Panama, Paraguay, Pérou, Philippines, Pologne, Suède, Tchécoslovaquie, Ukraine, Union Sud-Africaine, U.R.S.S., Uruguay et Vénézuela.

NB: EN GUISE DE RÉPARATION AU PROFIT DES PALESTINIENS, TOUS LES PAYS MUSULMANS EXIGENT QUE CHACUN DE CES 33 PAYS CI DESSUS QUI ONT COMMIS LE CRIME GRAVE DE VOL EN RÉUNION DANS UN REGROUPENT IDENTIFIÉ SOUS LE NOM DE  ONU, POUR DÉPOUILLER LES PALESTINIENS DE LEURS TERRES ET LES OFFRIR AUX IMMIGRANTS ILLÉGAUX QUE SONT LES EUROPÉENS JUIFS EX PRISONNIERS D’ADOLF HITLER:

* → DE VERSER CHAQUE ANNÉE UN MILLIARD DE DOLLARS AUX PALESTINIENS ET CECI PENDANT 70 ANNÉES (1947-2017: LA DURÉE DU CRIME CONTRE L’HUMANITÉ  SUR LA PALESTINE).

NB: EN GUISE DE SANCTION CONTRE CES 33 PAYS QUI AU LIEU D’OFFRIR LES TERRES DE LEURS PROPRES PAYS AUX IMMIGRANTS ILLÉGAUX QUE SONT LES EUROPÉENS JUIFS EX PRISONNIERS D’ADOLF HITLER, ONT PRÉFÉRÉ DÉPOUILLER LES PALESTINIENS DE LEURS TERRES ET LES OFFRIR AUX IMMIGRANTS ILLÉGAUX QUE SONT LES EUROPÉENS JUIFS EX PRISONNIERS D’ADOLF HITLER, TOUS LES PAYS MUSULMANS EXIGENT DE CES PAYS 33 QUI ONT VOTE LA RÉSOLUTION 181:

*→ QUE LES 33 PAYS QUI ONT VOTE LA RÉSOLUTION 181 OCTROIENT UNE PROVINCE OU UNE DIZAINE D’HECTARE DE LEURS PAYS RESPECTIFS AUX IMMIGRANTS ILLÉGAUX QUE SONT LES EUROPÉENS JUIFS EX PRISONNIERS D’ADOLF HITLER ET LEURS DESCENDANTS QUI DOIVENT ÊTRE EN CONFORMITÉ AVEC LA LOI QUI INTERDIT L CRIME DE VOL, ET QUITTER TOUTES LES TERRES QU’ILS ONT VOLÉES AUX PALESTINIENS DEPUIS 1947.

onuLA  LOI CLASSIFIE RÉSOLUTION 181, COMME « FAUX ET USAGE DE FAUX: FALSIFICATION, FABRICATION DE FAUX DOCUMENT POUR LUI DONNER UN SEMBLANT DE LÉGALITÉ, ALORS QU’IL S’APPUIE SUR LE CRIME DE VOL! »"

INFORMATIONS ADDITIVES CI DESSOU

 



… ET C’EST PRÉCISÉMENT CETTE DICTATURE DES CINQ PAYS MEMBRES PERMANENTS DANS LA PRÉSERVATION DE LEURS PRÉROGATIVES QU’ILS VIOLENT LES LOIS INTERNATIONALES ET SÈMENT LE DÉSORDRE ET L’INSÉCURITÉ DANS LE MONDE. AUSSI LES 188 MEMBRES DE L’ASSEMBLÉE GÉNÉRALE MAIS NON MEMBRES PERMANENTS DOIVENT AFFIRMER LEUR DROIT A FAIRE ACCEPTER LEUR CHOIX D’UN SYSTÈME DE GESTION DE LA PAIX ET LA SÉCURITÉ DU MONDE PLUS PERFORMANT PARCE QUE PLUS JUSTE CAR RESPECTANT LA DÉMOCRATIE DANS LE VOTE RELATIF AUX PRISES DE DÉCISIONS, ET QUI VEUT QUE LE NOMBRE SUPÉRIEUR DE PAYS, L’EMPORTE SUR LE NOMBRE INFÉRIEUR DE PAYS. …

EXHORTER TOUS LES PEUPLES ET TOUS LES DIRIGEANTS DU MONDE A CONSTATER PAR EUX-MÊMES QU’IL EST TEMPS D’ADOPTER LE SYSTÈME DE GESTION DE LA PAIX ET LA SÉCURITÉ DU MONDE CONÇU PAR LE GOUVERNEMENT MONDIAL AU NOM DE LA STABILITÉ ET DE LA JUSTICE ÉQUILIBRÉE; CAR L’ÉCHEC DU SYSTÈME DE L’ONU DEVIENT UNE MENACE MAJEURE POUR LA PAIX ET LA SÉCURITÉ DU MONDE CF 1. LES VIOLATIONS DES LOIS PAR L’ONU ELLE-MÊME POUR CRÉER ISRAËL SUR DES BASES ILLÉGALES, 2. LES VIOLATIONS DES LOIS PAR DONALD TRUMP POUR SOUTENIR LES CRIMINELS DU « FAUX-ETAT ISRAËL », 3. LES VIOLATIONS DES LOIS PAR VLADIMIR POUTINE, BACHAR AL ASSAD ET ASSANE ROUANI EN SYRIE….

www.rfi.fr
Publié le 26-02-2018

Syrie: la Ghouta orientale de nouveau sous les bombes après une brève accalmie

syrie_ville_immeubles_explosion_Une explosion lors de frappes aériennes du régime syrien, le 23 février 2018 dans la Ghouta orientale.

Les combats se sont poursuivis toute la journée, dimanche 25 février, dans la Ghouta orientale de Damas, au lendemain du vote par le Conseil de sécurité d’une résolution réclamant un cessez-le-feu « sans délai » de 30 jours en Syrie. Duels d’artillerie, raids aériens et combats au sol ont fait des dizaines de morts et de blessés. L’Observatoire syrien des droits de l’homme (OSDH) a par ailleurs rapporté 14 cas de suffocation, dont celui d’un enfant qui est décédé après un bombardement des forces du régime.

De violents combats ont embrasé dimanche les fronts du sud et du sud-est de la Ghouta orientale, où l’armée syrienne a commencé des opérations au sol, après un mois de pilonnage à l’artillerie et de raids aériens, rapporte notre correspondant à Beyrouth, Paul Khalifeh. Selon la chaine panarabe al-Mayadeen, les troupes gouvernementales ont progressé dans la localité de Nachabiya, face aux rebelles de Jaich al-Islam et aux jihadistes de l’ex-branche d’al-Qaïda en Syrie.

D’intenses affrontements ont également eu lieu à Harasta, au nord de Damas, où l’aviation syrienne est entrée en action. Les rebelles ont également poursuivi les tirs de roquettes sur la capitale, où une trentaine de projectiles se sont abattus dimanche. Un responsable des secours a affirmé que 36 civils ont été tués et 200 autres blessés ces derniers jours à Damas.

L’Observatoire syrien des droits de l’homme (OSDH) a rapporté la mort d’un enfant par suffocation après un raid aérien. L’ONG, basée en Grande-Bretagne, a indiqué que 13 autres personnes atteintes de troubles respiratoires ont été soignées. Le ministère russe de la Défense a nié l’utilisation de produits chimiques par l’armée syrienne et a mis en garde contre la préparation par les rebelles d’une attaque aux gaz toxiques pour l’imputer aux troupes gouvernementales.

→ IL N’EST PAS DIFFICILE DE REFORMER LE CONSEIL DE L’ONU, CAR MÊME SI LES CINQ PAYS  MEMBRES PERMANENTS S’Y OPPOSENT POUR PRÉSERVER LEURS PRÉROGATIVES, ILS NE SONT QUE CINQ PAYS: ET C’EST PRÉCISÉMENT CETTE DICTATURE DES CINQ PAYS MEMBRES PERMANENTS DANS LA PRÉSERVATION DE LEURS PRÉROGATIVES QU’ILS VIOLENT LES LOIS INTERNATIONALES ET SÈMENT LE DÉSORDRE ET L’INSÉCURITÉ DANS LE MONDE. AUSSI LES 188 MEMBRES DE L’ASSEMBLÉE GÉNÉRALE MAIS NON MEMBRES PERMANENTS DOIVENT AFFIRMER LEUR DROIT A FAIRE ACCEPTER LEUR CHOIX D’UN SYSTÈME DE GESTION DE LA PAIX ET LA SÉCURITÉ DU MONDE PLUS PERFORMANT PARCE QUE PLUS JUSTE CAR RESPECTANT LA DÉMOCRATIE DANS LE VOTE RELATIF AUX PRISES DE DÉCISIONS, ET QUI VEUT QUE LE NOMBRE SUPÉRIEUR DE PAYS, L’EMPORTE SUR LE NOMBRE INFÉRIEUR DE PAYS.

Madame Ndèye Khady BA



LE PRÉSIDENT DONALD TRUMP USE ET ABUSE DE SES PRÉROGATIVES POUR AUGMENTER LES PROFITS DES HOMMES D’AFFAIRES ET LEURS ENTREPRISES: CF CET ARTICLE DE rfi …

1. LE PRÉSIDENT DONALD TRUMP USE ET ABUSE DE SES PRÉROGATIVES POUR AUGMENTER LES PROFITS DES HOMMES D’AFFAIRES  COMME LUI ET LEURS ENTREPRISES: CF CET ARTICLE DE rfi 

www.rfi.fr

Warren Buffet animant son «club des millionnaires» à Omaha, dans le Nebraska, le 18 mai 2015.

Etats-Unis: les multinationales grandes gagnantes de la réforme fiscale de Trump

Par RFIPublié le 25-02-2018
BUFFETT-

Les plus riches Américains premiers bénéficiaires de la réforme fiscale de Trump ? Le milliardaire Warren Buffet a en tout cas dévoilé ce samedi 24 février que les baisses d’impôts lancées par l’administration américaine avaient permis à son fonds d’investissement d’économiser 29 milliards de dollars. Une mesure à 1 500 milliards de dollars sur dix ans qui profite à la plupart des multinationales américaines.

 

Walmart, numéro un mondial de la grande distribution, fait partie de ces quelques multinationales américaines qui ont triplement capitalisé sur la réforme fiscale.

D’abord en économisant des milliards de dollars immédiatement, le taux d’imposition étant passé de 35  à 21%. Ensuite grâce à un coup de pub habile : l’annonce en grande pompe de 1 000 dollars de prime pour des milliers de salariés, alors que dans les faits, cette somme bien ronde ne sera attribuée qu’à deux d’entre eux, avec 20 ans d’ancienneté. Enfin, Walmart a profité de « l’euphorie générale » pour procéder discrètement à des dizaines de fermetures de site de l’une de ses filiales.

Certes de manière générale, ce n’est pas au bout de deux mois que l’on peut mesurer les impacts d’une réforme fiscale d’une telle ampleur, mais les économies réalisées par les entreprises vont-elles être réellement redistribuées aux salariés ? Vont-elles permettre de relancer l’investissement local ? Les Américains vont rapidement regarder les effets concrets sur leur porte-monnaie ou leur coffre-fort. Récemment, une secrétaire se réjouissait d’avoir vu son salaire hebdomadaire augmenter de 1,50 dollar.

Warren Buffet, l’une des plus grosses fortunes du monde, vient lui d’annoncer que les activités de son groupe avaient permis de dégager 36 milliards de bénéfice en 2017 et qu’à ce chiffre il fallait finalement ajouter 29 milliards grâce aux différents avantages tirés de la réforme fiscale.

2. L’ACTION DE DONALD TRUMP EN PALESTINE OU IL SOUTIENT LES CRIMINELS ISRAÉLIENS QUI PERSÉCUTENT LES PALESTINIENS EST PIRE QUE L’ACTION DE VLADIMIR POUTINE ET ASSANE ROUANI EN SYRIE, QU’IL QUALIFIE LUI-MÊME DE HONTE.

poutine-rouani



VOICI QUELQUES IMAGES DE NOTRE PÈLERINAGE 2018 A POROKHANE, LE JEUDI 22 FÉVRIER AU MAUSOLÉE DE MAME DIARRA BOUSSO, LA MÈRE DE CHEIKH AHMADOU BAMBA MBACKE. …

VOICI QUELQUES IMAGES DE NOTRE  PÈLERINAGE 2018 A POROKHANE, LE JEUDI 22 FÉVRIER AU MAUSOLÉE DE MAME DIARRA BOUSSO, LA MÈRE DE CHEIKH AHMADOU BAMBA MBACKE.

1. A KAOLACK AVANT NOTRE DÉPART POUR POROKHANE VIDÉO DES FEMMES QUI ONT PRÉPARÉ LES REPAS QUE NOUS DEVIONS PORTER A SOKHNA AMI MBACKE.

2. VIDÉO DE LA PRÉSENTATION A SOKHNA AMI MBACKE (LA FILLE SERIGNE ABDOURAHMANE MBACKE BOROM DEURBI), DES DIFFÉRENTS REPAS QUE MONSIEUR YATMA GUEYE, LE CONSEILLER DIPLOMATIQUE DE « MASSALIKOUL DJINANANE », A APPORTE LORS DU MAGAL DE CE POROKHANE.

 

3. DANS CETTE VIDÉO NOTRE DÉLÉGATION DIRIGÉE PAR MONSIEUR YATMA GUEYE, CONSEILLER DIPLOMATIQUE A « MASSALIKOUL DJINANE », NOUS ÉCOUTONS TAMSIR LE PORTE-PAROLE DE SOKHNA AMI MBACKE (LA FILLE SERIGNE ABDOURAHMANE MBACKE BOROM DEURBI).

 

4. VIDÉOS DE L’EXTÉRIEUR ET DE L’INTÉRIEUR DU MAUSOLÉE DE MAME DIARRA BOUSSO

5. DE PASSAGE CHEZ SERIGNE MOUSSA FALL ET SES TALIBES; DISCIPLES DE CHEIKH IBRA FALL, ILS CÉLÈBRENT LA LOUANGE DU SEIGNEUR DIEU AVEC DES CHANTS ET DES TAMBOURS.



EXHORTER TOUS LES MUSULMANS QUI ONT TOUS CONSTATÉ QUE LE ROI SALMAN ET MBS SONT DEVENUS LES PIRES ENNEMIS DE L’ISLAM CAR ILS ONT ACCEPTÉ DE DEVENIR DE VÉRITABLES ESCLAVES POUR DONALD TRUMP, DE LEUR TOURNER DÉFINITIVEMENT LE DOS ET DE SE CONFORMER STRICTEMENT A NOS POSITIONS SUR CE DOSSIER. NOUS DEMANDONS A TOUS LES MUSULMANS DE SE PRÉPARER A SE LANCER A L’ASSAUT DES VOLEURS DE LA PALESTINE POUR LES BOUTER HORS DES TERRES DES MUSULMANS. ET NOUS METTONS EN GARDE LE ROI SALMAN ET MBS CONTRE TOUTE TENTATIVE D’ENTRAVER LA VAGUE DÉFERLANTE MUSULMANE QUI NEUTRALISERA L’ENNEMI DE L’ISLAM D. TRUMP UNE FOIS POUR TOUTES.

APPELER A LA MOBILISATION TOUS LES MUSULMANS DANS LE MONDE, TOUTES LES ASSOCIATIONS ISLAMIQUES, LES ASSOCIATIONS CITOYENNES ET LES LÉGALISTES A LA MOBILISATION POUR ORGANISER DES SITTINGS SOUS LE SLOGAN #MusulmansDuMondeCouponsLaMainDuVoleurTrumpSinonIlVoleraLaPalestine DEVANT L’AMBASSADE USA DANS LEUR PAYS, POUR DEMANDER A LEURS DIRIGEANTS RESPECTIFS LA RUPTURE DES RELATIONS DIPLOMATIQUES AVEC LES USA AINSI QUE LE DÉPART IMMÉDIAT DE L’AMBASSADEUR DES USA: CECI PRÉCISÉMENT POUR ARRÊTER LES DÉRIVES DE DONALD TRUMP, QUI SE RÉVÈLE EN 2018, L’HOMME LE PLUS DANGEREUX DU MONDE; CAR  EN VIOLANT LE DROIT INTERNATIONAL POUR IMPOSER LE VOL DES TERRES DANS LA PALESTINE POUR LES OFFRIR AUX EUROPÉENS JUIFS EX PRISONNIERS D’ADOLF HITLER ET A LEURS DESCENDANTS, DONALD TRUMP DÉCLARE LA GUERRE A TOUS LES MUSULMANS DANS LE MONDE

Netanyahu-TrumpLE CRIMINEL DE GUERRE BENJAMIN NETANYAHU ET DONALD TRUMP L’HOMME LE PLUS DANGEREUX DU MONDE: DEUX GRANDS BANDITS QUI PRÉPARENT LA TROISIÈME GUERRE MONDIALE PAR LEURS AGRESSIONS CONTINUES DANS LE MONDE MUSULMAN

StopponsLeVoleurTrump#MusulmansDuMondeCouponsLaMainDuVoleurTrumpSinonIlVoleraLaPalestine 

→ PRENANT A TÉMOIN TOUS LES CITOYENS DU MONDE QUI SONT TÉMOIN DES MANIPULATIONS ONUSIENNES DE 1948 ET DE SA RÉSOLUTION FRAUDULEUSE 181 POUR LÉGITIMER LE CRIME DE VOL DE TERRES PALESTINIENNES POUR LES ATTRIBUER AUX EUROPÉENS JUIFS EX PRISONNIERS D’ADOLF HITLER, NOUS EXHORTONS TOUS LES MUSULMANS QUI ONT TOUS CONSTATÉ QUE LE ROI SALMAN ET MBS SONT DEVENUS LES PIRES ENNEMIS DE L’ISLAM CAR ILS ONT ACCEPTÉ DE DEVENIR DE VÉRITABLES ESCLAVES POUR DONALD TRUMP, DE LEUR TOURNER DÉFINITIVEMENT LE DOS ET DE SE CONFORMER STRICTEMENT A NOS POSITIONS SUR CE DOSSIER. NOUS DEMANDONS A TOUS LES MUSULMANS DE SE PRÉPARER A SE LANCER A L’ASSAUT DES VOLEURS DE LA PALESTINE POUR LES BOUTER HORS DES TERRES DES MUSULMANS. ET NOUS METTONS EN GARDE LE ROI SALMAN ET MBS CONTRE TOUTE TENTATIVE D’ENTRAVER LA VAGUE DÉFERLANTE MUSULMANE QUI NEUTRALISERA L’ENNEMI DE L’ISLAM  D. TRUMP UNE FOIS POUR TOUTES.

Madame Ndèye Khady BA



EXHORTER LE PRÉSIDENT MOUHAMMADOU BAHARI A ADOPTER L’AUTORISATION QUE LUI DONNE L’ISLAM DE NEUTRALISER LES CRIMINELS DE BOKO HARAM (QUI PROFITENT DE LA FAIBLESSE DES AUTORITÉS NIGÉRIANES QUI VEULENT A TOUT PRIX ÉPARGNER LES CIVILS DANS LEUR LUTTE CONTRE LES CRIMINELS DE BOKO HARAM) QUI INSTALLENT LA FITNA QUELLES QUE SOIENT LES VICTIMES COLLATÉRALES CAR LE SEIGNEUR DIEU NOUS DIT QUE LA MORT EST PRÉFÉRABLE POUR ELLES A LA FITNA DE BOKO HARAM ….

EXPRIMER TOUTE MA COLÈRE CONTRE LES AUTORITÉS NIGÉRIANES QUI NON SEULEMENT N’ONT PRIS AUCUNE PRÉCAUTION POUR SÉCURISER TOUTES LES ÉCOLES DE JEUNES AU NIGERIA POUR LES PROTEGER DES PRÉDATEURS SEXUELS DE BOKO HARAM, MAIS QUI NE FONT AUCUN EFFORT POUR UTILISER LES NOUVELLES TECHNOLOGIES POUR REPAIRER PAR SATELLITE LES CRIMINELS SEXUELS DE BOKO AFIN D’ALLER ARRACHER LES INNOCENTES JEUNES FILLES QU’LS ONT ENLEVÉES ET LES NEUTRALISER SUR PLACE QUELLES QUE SOIENT LES VICTIMES COLLATÉRALES. 

pr.mouamadou bouhariLE PRÉSIDENT MOUHAMMADOU BAHARI DOIT ADOPTER L’AUTORISATION QUE LUI DONNE L’ISLAM DE NEUTRALISER LES CRIMINELS DE BOKO HARAM (QUI PROFITENT DE LA FAIBLESSE DES AUTORITÉS NIGÉRIANES QUI VEULENT A TOUT PRIX ÉPARGNER LES CIVILS  DANS LEUR LUTTE CONTRE LES CRIMINELS DE BOKO HARAM) QUI INSTALLENT LA FITNA QUELLES QUE SOIENT LES VICTIMES COLLATÉRALES CAR LE SEIGNEUR DIEU NOUS DIT QUE LA MORT EST PRÉFÉRABLE POUR ELLES A LA FITNA DE BOKO HARAM

www.rfi.fr

Aucune des jeunes filles de Dapchi retrouvée: colère et chagrin au Nigeria

Publié le 23-02-2018

On est toujours sans nouvelles des collégiennes de Dapchi au Nigeria. Il s’agit, selon la police, de 111 jeunes filles précisément qui sont portées disparues depuis lundi et un raid de Boko Haram dans cette localité de l’état de Yobé. Hier jeudi, le gouverneur de l’Etat a annoncé aux familles qu’aucune écolière n’avait finalement été retrouvée pour l’heure par les autorités. Un changement de version donc car il avait affirmé le contraire la veille. Les habitants et familles des jeunes disparues sont en colère.

Un point a été clarifié depuis jeudi soir: la libération présumée d’une partie des lycéennes enlevées n’a jamais eu lieu. C’est le gouverneur de l’État de Yobe dont le porte-parole était à l’origine de cette fausse information qui l’a démenti.

Le bilan redouté à ce stade est de 111 disparues, un chiffre provisoire à confirmer par les autorités.

Combien de décès? La police n’a pas encore communiqué à ce sujet. L’agence de presse Reuters pour sa part évoque deux décès.

Il est également important de le rappeler, l’attaque n’a toujours pas été revendiquée même si elle porte la signature de Boko Haram.

Pour les parents c’est l’angoisse et le flou total. Ils subissent une communication confuse depuis quatre jours.

Crise de confiance à l’égard des autorités

Les Nigérians dans tout le pays sont consternés et en colère. La défiance prend le dessus vis-à-vis des autorités mais aussi vis-à-vis de la presse qui relaye des «fake news».

C’est donc une crise de confiance qui s’installe: comment a-t-on pu en arriver là une seconde fois ? L’association BBOG [Bring back our girls] qui milite pour la libération des lycéennes de Chibok -enlevées il y a quatre ans- est en colère et dénonce la passivité du gouvernement.

carte

 

NB: BOKO HARAM PROFITE DU POINT FAIBLE DU GOUVERNEMENT DU NIGERIA POUR CONTINUER A SÉVIR ET PROLONGER LA « FITNA » AU NIGERIA. AUSSI JE RAPPELLE AUX AUTORITÉS DU NIGERIA QUE LE SEIGNEUR DIEU NOUS A DIT QUE LA MORT EST PRÉFÉRABLE A LA « FITNA » SURTOUT SI ELLE S’INSTALLE DURABLEMENT. ÉTANT DONNÉ QUE LE SEIGNEUR DIEU LE MISÉRICORDIEUX PAR ESSENCE ET PAR EXCELLENCE NOUS DONNE SON FEU VERT POUR NEUTRALISER CEUX QUI INSTALLENT LA « FITNA » QUELLES QUE SOIENT LES VICTIMES COLLATÉRALES, EN NOUS DISANT QUE LA MORT EST PRÉFÉRABLE A LA « FITNA », LES AUTORITÉS NIGÉRIANES ONT  LE DEVOIR DE TRAQUER SANS PITIÉ LES CRIMINELS DE BOKO HARAM.

→ AUTREMENT DIT ET APPLIQUÉ DANS CE PRÉSENT CONTEXTE, LE SEIGNEUR DIEU NOUS DIT QU’IL EST PRÉFÉRABLE QUE LES 111  JEUNES FILLES MEURENT TOUTES POUR ÉCHAPPER A LA « FITNA » DE BOKO HARAM QUI NE POURRONT AINSI NI ABUSER D’ELLES NI CONTINUER A EXPLOITER LE POINT FAIBLE DES AUTORITÉS NIGÉRIANES QUI ÉVITENT DE LANCER DES ATTAQUES MASSIVES DANS LES ZONES OU SE TROUVENT BOKO HARAM POUR LES NEUTRALISER UNE FOIS POUR TOUTES MÊME SI L’ON DOIT PASSER PAR UN CARNAGE DE CES PRÉDATEURS SEXUELS QUI NE MÉRITENT PAS DE VIVRE!

J’APPELLE DONC LE PRÉSIDENT MOUHAMMADOPU BOUHARI A FAIRE SON DEVOIR DE DIRIGEANT, EN LUI DISANT QUE ALLAH LE REGARDE, ET DE LE FAIRE EN STRICT CONFORMITÉ AVEC L’ISLAM POUR DÉLIVRER LE NIGERIA UNE FOIS POUR TOUTES DES DÉMONS DE BOKO HARAM QUI Y INSTALLENT LA « FITNA » DE FAÇON PROLONGÉE. COMMENT? EN OBSERVANT TOUTES LES IMAGES SATELLITAIRES DE TOUTE LA ZONE ONT A SEVI BOKO HARAM, ET CECI 72 HEURES AVANT L’ATTAQUES, LE JOUR DE L’ATTAQUE ET DEPUIS l4ATTAQUE A CE JOUR: AFIN DE POUVOIR 1. REPAIRER LEUR ZONE DE DÉPART POUR L’ATTAQUE, ET LEUR ZONE DE REPLI APRÈS L’ATTAQUE ET L’ENCADRER AFIN 2. D’Y MENER DES BOMBARDEMENTS INTENSIFS PENDANT PLUSIEURS JOURS AVANT DE LANCER L’INFANTERIE POUR ACHEVER LES RÉSIDUS DE TERRORISTES QUI ONT ÉCHAPPÉ  AUX BOMBARDEMENTS…. ET QUE PERSONNE NE M’OPPOSE QU’IL Y A DES FORÊTS ALENTOURS! IL SUFFIT DE DÉPLACER LES POPULATIONS DES ENVIRONS ET LANCER LES ATTAQUES, ET S’IL Y A DES INCENDIES DE FORETS C’EST TRÈS BIEN POUR LES CRIMINELS DE BOKO HARAM QUI VONT PÉRIR DANS LES FLAMMES: PERSONNE NE DOIT AVOIR PITIÉ DE CEUX QUI N’ONT AUCUNE PITIÉ POUR LES PERSONNES FAIBLES ET / OU DÉSARMÉES!

ET JE METS EN GARDE LES ASSOCIATIONS DE DÉFENSE DES DROITS DE L’HOMME QUI OSERONT PROTESTER CONTRE LE CARNAGE FINAL QUE JE PRÉPARE CONTRE LES CRIMINELS DE BOKO HARAM, CAR NOUS N’HÉSITERONS PAS A ENGAGER DES POURSUITES JUDICIAIRES CONTRE ELLES POUR LEUR POLITIQUES DE DILATOIRE QUI N’A QU’UN SEUL BUT:  ENTRAVER L’ACTION MILITAIRE NIGÉRIANE CONTRE LES CRIMINELS DE BOKO HARAL, ET SOUTENIR LES ASSASSINS ET PRÉDATEURS SEXUELS DE BOKO HARAM QUI PERSÉCUTENT LES POPULATIONS CIVILES DU NIGERIA DEPUIS DES ANNÉES!

MAdame Ndèye KHAdy BA



ACCUSER DONALD TRUMP DE CONTINUER A SOUTENIR LES VOLS DE RESSOURCES MARITIMES PALESTINIENNES EN SOUTENANT LES CRIMINELS OCCIDENTAUX DU « FAUX-ÉTAT ISRAËL » INSTALLÉS EN PALESTINE SUITE A DE MULTIPLES VOLS DE TERRES, DANS LE DIFFÉREND QUI LES OPPOSENT AU LIBAN: CAR L’ESPACE MARITIME REVENDIQUÉ PAR LE « FAUX-ÉTAT ISRAËL » APPARTIENT A LA PALESTINE ….

ACCUSER DONALD TRUMP DE CONTINUER A SOUTENIR LES VOLS DE RESSOURCES MARITIMES PALESTINIENNES EN SOUTENANT LES CRIMINELS OCCIDENTAUX DU « FAUX-ÉTAT ISRAËL » INSTALLÉS EN PALESTINE SUITE A DE MULTIPLES VOLS DE TERRES, DANS LE DIFFÉREND QUI LES OPPOSENT AU LIBAN: CAR L’ESPACE MARITIME REVENDIQUÉ PAR LE    »FAUX-ÉTAT ISRAËL » APPARTIENT A LA PALESTINE. ET NOUS PROFITONS DE CET ARTICLE POUR PROTESTER CONTRE LES VOLS DES RESSOURCES MARITIMES PALESTINIENNES PAR LES OCCIDENTAUX SOUS LA COUVERTURE DU  »FAUX-ÉTAT ISRAËL ».  

DonaldTrumpTortionnaire en Arabie SaouditeLE PRÉSIDENT DONALD TRUMP 

carte

Lundi 19 février 2018

 LIBAN 

Ressources offshore : le Liban rejette les appels à des négociations directes avec Israël

Le Liban a fait comprendre au secrétaire d’État adjoint américain par intérim aux Affaires proche-orientales, David Satterfield, qu’il n’est pas question pour lui de renoncer à son droit souverain sur le bloc 9 qui se trouve dans sa zone économique exclusive (ZEE) en Méditerranée et, encore moins, de plier devant les tentatives d’exploitation politique de ce dossier, pour le pousser à engager des négociations directes avec Israël.

De sources politiques informées, on indique que les États-Unis n’en sont pas à leur première tentative de manœuvrer pour porter les officiels libanais à prendre langue avec leurs homologues israéliens. L’émissaire américain a essayé au cours de son séjour à Beyrouth de convaincre ses interlocuteurs de l’utilité de négociations directes qui pourraient favoriser un règlement à l’amiable de la dispute libano-israélienne sur un triangle d’environ 860 km2 au niveau de la frontière maritime, si le Liban ne veut pas accepter la proposition de son prédécesseur, Frederic Hoff, qui lui a concédé 500 km2 sur les 860 km2 du bloc et proposé aux deux pays une répartition « temporaire » des produits de vente du gaz et du pétrole issus de l’exploration offshore, dans les 360 km2 qui restent, de sorte que la compagnie à qui ces travaux seront adjugés en verserait les deux tiers à Beyrouth et le tiers à Tel-Aviv.

Mais déjà en décembre dernier, lorsque le Conseil des ministres avait adopté deux décrets portant respectivement sur la délimitation des blocs de concession pour l’exploration du gaz offshore du pays et les modalités du contrat devant lier l’État aux concessionnaires, Washington avait proposé au Liban des négociations quadripartites (Liban-Israël-ONU-États-Unis) politiques directes, afin de régler le litige autour des blocs 8, 9 et 10, situés dans la partie sud du pays à la frontière avec Israël. La proposition avait été rejetée par le Liban pour qui son droit souverain sur le bloc 9 n’est pas discutable. En 2012 déjà, lorsque le conflit autour des frontières maritimes s’était exacerbé, la délégation militaire israélienne à Naqoura avait proposé d’élever au niveau diplomatique le degré des réunions périodiques qui sont organisées depuis 2006 sous la houlette de la Finul, afin que les questions politiques puissent être abordées, mais le Liban avait également refusé. À l’époque, le successeur de Frederic Hof, Amos Hochstein, qui avait visité le Liban en mai 2016, avait plaidé devant les responsables libanais en faveur de la proposition Hof en laissant entendre que c’était à prendre ou à laisser et qu’un autre choix était pratiquement impossible.

Reste à savoir si les Américains considèrent toujours que leur offre est aujourd’hui aussi à prendre ou à laisser ou si, au contraire, ils envisagent de faire une autre proposition. De sources qui suivent le dossier, on s’interroge sur le point de savoir si David Satterfield, qui doit se rendre en Israël, essaiera d’arracher aux deux parties un accord sur une ligne bleue maritime en attendant le règlement du contentieux autour des frontières ? Quel sera le tracé de cette ligne fictive ?

De mêmes sources, on souligne que le Liban reste attaché à une intervention onusienne dans ce dossier, même si les États-Unis et Israël s’y opposent.

Dans ce contexte, il convient de rappeler que Washington avait insisté sur la mise en application de la proposition Hoff, avant d’arrêter sa médiation. Beyrouth avait alors essayé de saisir les Nations unies de ce dossier, mais les Américains devaient exprimer des réserves sur cette démarche, en conseillant aux autorités de régler la question par le dialogue. Les tractations devaient par la suite s’arrêter parce que le Liban avait pris du retard dans l’adoption des décrets relatifs à la prospection pétrolière. Et si aujourd’hui la médiation américaine a repris, c’est parce que la tension est montée entre Beyrouth et Tel-Aviv, à cause non seulement de la construction du mur en ciment du côté israélien, mais de l’échange de menaces entre les deux parties. Durant l’une des réunions tripartites de Naqoura, la délégation militaire libanaise a fait savoir à la partie israélienne que si jamais Tel-Aviv empêche le pays de mener les opérations d’exploration offshore, le Liban neutralisera à son tour ses plateformes pétrolières. Entre-temps, le Hezbollah était entré en lice pour promettre lui aussi de protéger les ressources pétrolières libanaises.

Face à l’impasse qui se confirme, le Liban a obtenu un conseil d’amis occidentaux, qui lui ont suggéré de recourir à l’arbitrage international.

AUJOURD’HUI ENCORE NOUS INTERPELLONS L’ONU QUI A INSTALLÉ DES CRIMINELS DU FAUX-ETAT ISRAEL EN PALESTINE ET QUI A DÉCLENCHÉ  CETTE CASCADE DE REVENDICATIONS ILLÉGITIMES ; ET IL EST TEMPS QUE LE MONDE SE MOBILISE POUR RESTAURER LA LÉGALITÉ EN PALESTINE.

Mme Ndèye Khady BA



… ET C’EST PRÉCISÉMENT POUR EMPÊCHER LES DIRIGEANTS FRANÇAIS D’HUMILIER LE CONTINENT AFRICAIN, EN TENTANT D’IMPOSER LE CRIMINEL DE GUERRE PAUL KAGAME COMME UN DIRIGEANT AU CASIER JUDICIAIRE VIERGE, CAPABLE D’ÊTRE UNE RÉFÉRENCE ET LE REPRÉSENTANT DE L’AFRIQUE DANS LE MONDE QUE NOUS DÉCIDONS DE PUBLIER CETTE SÉRIE D’ARTICLES RELATIFS A LA RESPONSABILITÉ DE LA FRANCE DANS LE GÉNOCIDE RWANDAIS POUR COUPER ( pour empêcher paul kagamé de réussir dans son chantage en le supplantant) L’HERBE SOUS LES PIEDS DU CRIMINEL DE GUERRE PAUL KAGAME ET METTRE UN TERME A SON CHANTAGE SUR LES DIRIGEANTS FRANÇAIS …

PaulKagamé-EmmanuelMacron

APPELER LE PRÉSIDENT FRANÇAIS EMMANUEL MACRON A AVOIR LE COURAGE D’ASSUMER UNE FOIS POUR TOUTES LES ERREURS DE LA FRANCE AU RWANDA EN 1994, CAR C’EST LA SEULE FAÇON POUR LA FRANCE DE SORTIR LA TÈTE HAUTE DE CE CYCLE INFERNAL DE CHANTAGE PAR LEQUEL LE CRIMINEL DE GUERRE PAUL KAGAME « TIENT EN LAISSE TOUS LES DIRIGEANTS FRANÇAIS QUI SE SONT SUCCÉDÉS A L’ELYSEE APRÈS 1994″, ET SE PROTÈGE LUI-MÊME DES SANCTIONS DE LA COUR PÉNALE INTERNATIONALE. ET C’EST PRÉCISÉMENT POUR EMPÊCHER LES DIRIGEANTS FRANÇAIS D’HUMILIER LE CONTINENT AFRICAIN, EN TENTANT D’IMPOSER LE CRIMINEL DE GUERRE PAUL KAGAME COMME UN DIRIGEANT AU CASIER JUDICIAIRE VIERGE, CAPABLE D’ÊTRE UNE RÉFÉRENCE ET LE REPRÉSENTANT DE L’AFRIQUE DANS LE MONDE QUE NOUS DÉCIDONS DE PUBLIER CETTE SÉRIE D’ARTICLES RELATIFS A LA RESPONSABILITÉ DE LA FRANCE DANS LE GÉNOCIDE RWANDAIS POUR COUPER ( pour empêcher paul kagamé de réussir dans son chantage en le supplantant) L’HERBE SOUS LES PIEDS DU CRIMINEL DE GUERRE PAUL KAGAME ET METTRE UN TERME A SON CHANTAGE SUR LES DIRIGEANTS FRANÇAIS QUE NOUS OBLIGEONS PAR LA MÊME OCCASION A FAIRE LEUR MEA CULPA SUR LE GÉNOCIDE RWANDAIS ET DONC A NE PLUS AVOIR UNE SEULE RAISON D’HUMILIER L’AFRIQUE EN Y IMPOSANT LE CRIMINEL DE GUERRE PAUL KAGAME COMME UNE RÉFÉRENCE ET / OU A ENCOURAGER LE CONTINENT A ADOPTER SON MÉDIOCRE DOCUMENT CF   »TAXE KAGAME », ALORS QUE LE CONTINENT AFRICAIN DISPOSE D’UN DOCUMENT PLUS PERTINENT POUR SON DÉVELOPPENT CF LES « STRATÉGIES DE DÉVELOPPEMENT PAR ET POUR L’AFRIQUE ». CF CI DESSOUS 

ENTRETIEN « La France a une part de responsabilité dans le drame rwandais »

 http://www.lemonde.fr/afrique/article/2014/04/08/

ENTRETIEN « La France a une part de responsabilité dans le drame rwandais »

Alors capitaine au 68e régiment d’artillerie d’Afrique, Guillaume Ancel avait 28 ans lorsqu’il a reçu l’ordre de partir pour le Rwanda, en plein génocide.

Propos recueillis par Philippe Bernard

LE MONDE Le 08.04.2014 

Guillaume Ancel avait 28 ans le 22 juin 1994 lorsque, capitaine au 68e régiment d’artillerie d’Afrique, il reçut l’ordre, en plein génocide, de partir pour le Rwanda où la France, sous mandat de l’ONU, venait de lancer l’opération « Turquoise ». Il vient de publier Vents sombres sur le lac Kivu (TheBookEdition, sur Internet), un roman tiré de son expérience rwandaise.

G.AncelleGuillaume Ancel 

Comment réagissez-vous aux accusations portées par le président Kagamé contre la France ?

Je sais qu’en aucun cas nous n’avons participé au génocide. Mais je sais aussi, parce que je l’ai vécu, que nous avons une part de responsabilité dans le drame rwandais pour avoir commis des erreurs lourdes de conséquences. « Turquoise » n’était pas au départ, comme on le prétend, une opération humanitaire. J’étais spécialiste des frappes aériennes : on n’emmène pas ce type de professionnel pour faire de l’humanitaire ! Ma mission était agressive : elle consistait à dégager la voie pour un raid terrestre sur Kigali. Il s’agissait de combattre le Front patriotique rwandais (FPR) et de reprendre la capitale pour y réinstaller au pouvoir le gouvernement soutenu par Paris.

Mais le génocide avait commencé depuis plus de deux mois, vous saviez que ce gouvernement le perpétrait !

Non, nous avions beaucoup d’infos sur des massacres de grande ampleur, mais pas d’analyse claire sur qui les organisait. Nous étions en pleine confusion : nous ne voyions pas l’implication du gouvernement intérimaire que nous soutenions. Comme capitaine, j’ignorais que des extrémistes avaient pris le pouvoir et menaient un génocide. Nous les avons confortés en les laissant croire que ce qu’ils faisaient était approuvé par la France.

Vous écrivez pourtant que votre raid contre le FPR a été annulé.

Oui, brutalement, alors que les hélicos décollaient de Bukavu , on nous a annoncé qu’un accord avait été conclu avec le FPR et que nous allions protégerune zone humanitaire.

Quelles sont les conséquences de ce changement brutal du début juillet ?

On n’a pas anticipé la réaction du gouvernement intérimaire qui, soudain privé du soutien de la France, n’a plus eu aucune chance de repousser le FPR. Aux abois, il choisit la politique du pire et déclenche un exode massif de la population. Des centaines de milliers de gens sont jetés sur les routes sans soutien. L’épidémie de choléra qui s’ensuivra fera des dizaines de milliers de morts.

Mais cette fois, votre mission est claire : protéger les victimes du génocide.

Oui, ma compagnie a été chargée de protéger le camp de Nyarushishi où s’étaient réfugiés des milliers de victimes que des miliciens cherchaient àéliminer. J’ai eu pour mission d’effectuer des raids pour récupérer des rescapés, tutsi et hutu modérés. On a sorti environ 150 personnes, parfois dans des conditions difficiles. Au regard des 800 000 morts du génocide, ce n’est rien. Mais dans mon souvenir, chaque vie sauvée était une victoire.

Où se situe, dès lors, la responsabilité de la France que vous mettez en avant ?

Il a été décidé de procéder à un désarmement total de la zone humanitaire. Nous avons récupéré des monceaux d’armes et savez-vous ce que nous en avons fait ? Nous avons été les rapporter à ce qui restait des Forces armées rwandaises dans les camps de réfugiés du Zaïre. Pendant qu’on chargeait les camions, mon commandant m’a demandé d’occuper les journalistes pour qu’ils ne s’aperçoivent de rien. Je n’étais pas d’accord. On a rendu des dizaines de milliers d’armes à ceux qu’on venait de désarmer, aux soldats d’un gouvernement déchu !

Nos chefs arguaient que c’était pour les empêcher de se retourner contre nous. La France leur a même versé leur solde ! On a transformé des camps de réfugiés situés juste au-delà de la frontière en bases militaires d’opposants ! Le président Kagamé ne pouvait l’accepter, et cela a provoqué une vague de violences dans tout l’est du Zaïre pendant des années.

Vingt ans après, quelles leçons ont été tirées ?

L’échec de « Turquoise » a fait évoluer les interventions militaires françaises en Afrique. Depuis ce fiasco, nos interventions, au Mali et en Centrafrique, sont « propres » : les ordres sont clairs et rapides, les buts dénués d’ambiguïtés. Ce 20e anniversaire du génocide rwandais doit servir à analyser l’histoire pour qu’elle ne se reproduise pas. Cela suppose d’en finir avec la version officielle tronquée de ce qu’a été l’opération « Turquoise ».



2. RAPPELER AU PRÉSIDENT FRANÇAIS EMMANUEL MACRON, QUE NOUS NE VOUS PERMETTRONS PAS DE COUVRIR LA RESPONSABILITÉ DE LA FRANCE DANS LE GÉNOCIDE RWANDAIS DE 1994, SUR LE DOS DU CONTINENT AFRICAIN! QUOI QUE VOUS FASSIEZ POUR PLAIRE AU CRIMINEL DE GUERRE PAUL KAKAME ET L’EMPÊCHER DE DIVULGUER LA RESPONSABILITÉ DE LA FRANCE DANS LE GÉNOCIDE RWANDAIS: EN EFFET NOUS TRAVAILLONS A DIVULGUER NOUS MÊMES LES RESPONSABILITÉS DE LA FRANCE DANS LE GÉNOCIDE RWANDAIS ….

1. ACCUSER LE PRÉSIDENT FRANÇAIS EMMANUEL MACRON, DE TENTER DE SEMER LE DÉSORDRE SUR LE CONTINENT AFRICAIN AVEC DES MÉTHODES HORS LA LOI, EN TENTANT D’IMPOSER LE CRIMINEL DE GUERRE PAUL KAGAME COMME UN DIRIGEANT NORMAL, AUX MAINS PROPRES, UNIQUEMENT POUR ÉCHAPPER AU CHANTAGE ABJECT DE PAUL KAGAME QUI PROMET SI JAMAIS IL EST JUGÉ POUR AVOIR DÉCLENCHÉ LE GÉNOCIDE RWANDAIS DE 1994, D’ENTRAÎNER LA FRANCE DANS SA CHUTE POUR SA RESPONSABILITÉ DANS CE GÉNOCIDE.

http://journals.openedition.org/

Guerre coloniale française et génocide rwandais : la responsabilité, l’implication de l’État français et sa négation 1

Catherine Coquio

Résumé

La Commission d’Enquête Citoyenne, réunie au mois de mars 2004 à l’initiative de différentes associations, a mis en évidence un nombre important d’éléments laissant présumer l’implication de la France dans le génocide des Tutsis en 1994. Catherine Coquio, tout en rappelant ce que le soutien militaire apporté par la France au régime génocidaire doit aux doctrines héritées des temps coloniaux, analyse ici le travail de désinformation et de dénégation orchestré depuis le sommet de l’État pour dissimuler l’ampleur de la tragédie et la responsabilité des dirigeants français.

france-génocide-rwandais  Gégé

Mardi 4 Juillet 2017
La très actuelle responsabilité de la France dans le génocide des Tutsis du Rwanda

Par François Serrano.

Le génocide des Tutsis du Rwanda, vingt-trois ans plus tard, est revenu en force sur le devant des scènes médiatiques et judiciaires la semaine dernière.Pour déranger de nouveau la conscience collective amnésique de toute la classe politique d’un pays, la France, qui refuse toujours d’évaluer le degré et les mécanismes précis de sa responsabilité dans cette tragédie. Et qui dans l’ensemble persiste dans le déni du réel le plus complet, avec comme seule ligne de défense véritable l’invocation émue et outragée de l’honneur de la patrie.
secret-défense
Pour exiger, aussi et surtout, un travail absolument essentiel de vérité qui reste encore très largement à faire et que nous devons toujours non seulement aux victimes rwandaises mais à l’humanité toute entière, pour sa sécurité future et présente : car au-delà des questions judiciaires légitimes ou des considérations bassement politiciennes franco-françaises, la compréhension de la mécanique génocidaire rwandaise est d’une importance scientifique capitale à valeur universelle.« C’est arrivé, cela peut donc arriver de nouveau : tel est le noyau de ce que nous avons à dire. Cela peut se passer, et partout. » En dépit de l’avertissement retentissant de Primo Lévi aux générations futures, en dépit aussi du dogme du « plus jamais ça » qui semblait définitivement protéger l’humanité des horreurs génocidaires de la Shoah, « cela » s’est pourtant bel et bien produit devant nos yeux impuissants, pour ne pas dire indifférents : entre avril et juillet 1994, au Rwanda, près d’un million de personnes, hommes, femmes et enfants – principalement des Tutsis mais aussi des Hutus modérés – furent assassinées lors d’un génocide méthodiquement planifié et exécuté : un génocide à la productivité criminelle très largement comparable à la machine exterminatrice nazie.Mais ce génocide, et c’est peut-être le plus troublant pour nos bonnes consciences au pays supposé des droits de l’homme, n’a pas seulement eu pour décor les milles collines ensanglantées d’un lointain petit pays d’Afrique : il a été largement rendu possible par les aveuglements géostratégiques et les décisions catastrophiques prises dans les allées feutrées, et néanmoins dysfonctionnelles, du pouvoir républicain français. Pouvoir de cohabitation, rappelons-le, entre un François Mitterrand président et chef des armées, et un gouvernement Edouard Balladur avec pour ministre des affaires étrangères Alain Juppé : autrement dit un pouvoir républicain français représentant la fine fleur des deux grands partis de gouvernement de l’époque.

Par une lettre ouverte au président de la République intitulée « La responsabilité écrasante de la France », Jean-Hervé Bradol de Médecins Sans Frontières de retour du Rwanda écrivait dès mai 1994 : « Les gens qui massacrent aujourd’hui mettent en œuvre une politique systématique d’extermination. Ils sont financés, entraînés et armés par la France. » Depuis, le dossier de cette responsabilité écrasante n’a fait que s’épaissir et on ne peut que constater qu’il existe aujourd’hui un très large consensus entre scientifiques, journalistes d’investigation et associatifs – consensus fortement étayé par un faisceau concordant de documents écrits et de témoignages de première main – pour dire : oui, le gouvernement français a bel et bien apporté au régime génocidaire rwandais – oops pardon, « légitime et allié » en novlangue mitterrandienne – un soutien massif et inconditionnel au plan technique, militaire, diplomatique et médiatique, avec pour conséquences directes l’entraînement, le financement et l’armement des troupes génocidaires, aussi bien avant, que pendant et même après le génocide, jusqu’à une protection des responsables directs du génocide qui furent exfiltrés par l’armée française. Inutile d’avoir fait Saint-Cyr pour se demander comment dans ces conditions le gouvernement français pourrait sérieusement s’exonérer de toute responsabilité dans ce génocide. Evidemment il ne s’agit pas de dire, comme certains se plaisent à caricaturer, que des Français auraient participé aux massacres machette ou Famas à la main : mais que le gouvernement de l’époque – François Mitterrand en tête avec un club très fermé autour d’apprentis sorciers de la realpolitik – a manifestement rendu possible la pleine réalisation de ce génocide par une lecture purement conceptuelle et obstinée des évènements, complètement déconnectée de la réalité génocidaire criante du terrain.

Les documents compilés par la Commission d’Enquête Citoyenne (http://cec.rwanda.free.fr) et l’association Survie (http://survie.org/genocide/genocide-et-complicite/20-documents-pour-comprendre-le/ )  montrent bien que les intentions génocidaires du régime rwandais étaient clairement identifiées et communiquées en haut lieu, notamment par l’ambassade et la DGSE, et parfaitement prévisibles dès 1990 : et que malgré tout, dans le plus grand secret et sans contrôle parlementaire, l’exécutif français aura jusqu’au bout soutenu dans les faits des génocidaires – au motif qu’il s’agissait d’un gouvernement prétendument « légitime et allié » – dans une cécité géostratégique totale, alliant au cynisme postcolonial de la Françafrique une inhumanité et une incompétence hors-sol toutes technocratiques.

Ce dossier s’est épaissi de nouveau la semaine dernière avec des témoignages et des actions judiciaires majeures qui redonnent à ce génocide, vingt-trois ans plus tard, une actualité brûlante et toujours passionnée venant perturber l’omerta et le déni collectif de responsabilité de la classe politique française.

Ainsi, dans le dernier numéro de la revue XXI du 28 juin, Patrick de Saint-Exupéry expose que les troupes françaises de la pseudo mission humanitaire Turquoise de juin 1994 (mission qui venait en réalité soutenir le pouvoir génocidaire en débâcle et permettre la fuite des responsables du génocide vers le Zaïre) auraient reçu l’ordre tout à fait stupéfiant de réarmer les génocidaires : ordre qui, selon le témoignage d’un haut fonctionnaire ayant eu selon Patrick de Saint-Exupéry accès aux archives, aurait été confirmé de la main même d’Hubert Védrine, alors secrétaire général de l’Elysée (1991-1995) et cheville ouvrière de l’action mitterrandienne désastreuse sur le Rwanda.

Allant dans ce sens le lendemain le témoignage de Guillaume Ancel, ancien officier de l’armée de terre, qui affirme quant à lui sur France Info que ses supérieurs, sur la base d’ordres donnés en haut lieu, ont clairement demandé de livrer des armes aux génocidaires dans les camps de réfugiés… alors même que l’opération française est sous mandat humanitaire de l’ONU… (http://www.francetvinfo.fr/monde/afrique/rwanda/rwanda-on-nous-a-demande-de-livrer-des-armes-aux-genocidaires-dans-les-camps-de-refugies-affirme-un-ancien-officier-de-l-armee-de-terre_2260857.html)

A ces témoignages se sont ajoutées de manière concomitante deux importantes actions en justice. Tout d’abord la plainte de l’association Sherpa, du Collectif des parties civiles pour le Rwanda et de l’association Ibuka, avec constitution de partie civile, contre BNP Paribas pour « complicité de génocide, de crimes contre l’humanité et de crimes de guerre » : une banque qui aurait contribué selon ce collectif associatif au financement d’un achat illégal d’armes (80 tonnes d’AK47…) en plein génocide connu de tous et en plein embargo (décrété par l’ONU en mai 1994) que la banque pouvait difficilement ignorer. Egalement celle de l’association Survie, à savoir une plainte contre X avec constitution de partie civile pour « complicité de génocide et complicité de crime contre l’humanité » visant les responsables politiques et militaires français.

Quelles sont les chances réelles de succès de ces nouvelles actions judiciaires ? Il convient en démocratie, selon l’expression consacrée, de faire confiance à la justice. Mais hélas il convient de demeurer plus que prudent, dans une République accoutumée aux grandes noyades de poissons institutionnels, tels que le sang contaminé ou aujourd’hui encore le scandale de l’amiante en voie d’être classé sans suites (malgré 100.000 morts jusqu’en 2050, 3000 par an soit quatre fois plus que le nombre d’homicides) en organisant de manière structurelle l’impunité de la criminalité en col blanc des hauts responsables publics et privés.

La mission d’information parlementaire sur le Rwanda de 1998, créée sous la forte pression d’intellectuels et d’associatifs, fut certainement un de ces grands moments de poissons noyés par l’entre-soi politique. Conduite par des représentants éminents de la Mitterrandie, son indépendance et sa soif de vérité sur ce dossier pouvaient déjà laisser sceptique. Les conclusions, somme toute fort prévisibles, de cette mission furent de pointer par euphémismes convenus des « erreurs d’appréciation » ou de pudiques « dysfonctionnement institutionnels » mais en aucun cas des responsabilités, pourtant largement identifiables, au sein de l’exécutif dans cette tragédie.

Sur un point essentiel, cette mission d’information a rendu des conclusions manifestement erronées, à savoir la prétendue absence de livraisons d’armes par la France aux génocidaires pendant et après le génocide. La réalité de ces livraisons, après le déclenchement d’un processus d’extermination parfaitement connu, a été confirmée par le désormais président de l’Institut François Mitterrand, Hubert Védrine lui-même, le 16 avril 2014 devant une commission de la défense de l’Assemblée nationale. En visionnant la courte vidéo de ses déclarations (https://www.youtube.com/watch?v=XvnLgecmhOQ) on reste absolument sans voix devant la désinvolture toute bureaucratique avec laquelle Hubert Védrine, aujourd’hui le grand gardien de l’hagiographie mitterrandienne, explique que ces livraisons d’armes étaient tout à fait « normales » et « n’avaient rien à voir avec le génocide » – alors que les forces armées rwandaises ont été des acteurs du génocide avec des armes de guerre aux côtés de miliciens à la machette – et continue à légitimer vingt-trois ans plus tard, sans le moindre regret, remord ou début d’analyse autocritique, une politique qui s’est avérée plus que désastreuse.

Il ne s’agissait pas non plus de « génocides » au pluriel suggérant des atrocités d’égale importance des deux côtés, de « troubles inter-ethniques » ou de « guerres tribales » produits d’une supposée fureur populaire spontanée, comme les principaux responsables français banalisèrent alors le drame pour légitimer leurs actions avec un racisme plus ou moins inconscient. Mais bien d’un processus d’extermination systématique savamment organisé et expérimenté à partir de 1990, et auquel la France aura été aux premières loges pour le suivre et l’accompagner dès le début jusqu’à son accomplissement ultime dans le meurtre de masse à partir du 7 avril 1994.

Documents à l’appui, nous savons que dès l’opération Amaryllis du 8 avril 1994 (ayant pour mission d’exfiltrer les ressortissants français et étrangers ainsi que les familles des hauts dignitaires génocidaires, abandonnant au passage le personnel local de l’ambassade à son triste sort) Paris : est parfaitement au courant des massacres de masse qui viennent d’être déclenchés par le fameux « gouvernement légitime et allié », ne fait strictement rien pour l’arrêter, et va même maintenir tout son soutien politique et militaire à ceux qui le commettent jusqu’au bout et même après le génocide.

Pierre Brana, l’un des deux rapporteurs de la mission d’information de 1998 alors député socialiste, dira publiquement en 2014, vingt ans après le génocide « Jusqu’où peut-on aller dans la reconnaissance de la responsabilité de la France ? Pour moi, un grand pays a toujours intérêt à reconnaître ses fautes. » Avant lui Nicolas Sarkozy, de passage à Kigali en 2010, avait dit « La France doit réfléchir à ses erreurs car des erreurs d’appréciation, des erreurs politiques ont été commises ici et ont eu des conséquences absolument dramatiques » sans pour autant que cela soit suivi d’actes concrets.

Au-delà de ces déclarations officielles et de leurs euphémismes de circonstance qui sont un bien modeste début de reconnaissance de responsabilité, un communiqué relativement confidentiel de l’Elysée avait créé quelques espoirs en annonçant le 7 avril 2015 l’ouverture et la déclassification des archives de l’Elysée sur le Rwanda. Espoirs largement déçus un an plus tard et à ce jour puisque seuls 80 documents, pour une bonne part déjà connus grâce à diverses fuites, ont été déclassifiés, la majeure partie restant toujours, sans aucune raison valable énoncée, classés secret défense. Un secret bien gardé qui en dit long sur ce que ces archives doivent contenir de gravement compromettant… Selon Patrick de Saint-Exupéry, toujours dans son article de la revue XXI, deux hauts fonctionnaires avaient été chargés d’examiner les boites d’archives de l’Elysée suite à l’opération de com… et, qu’au vu de ce qu’elles contenaient de lourdement embarrassant, il avait été jugé plus prudent de ne pas ouvrir la boite de Pandore de ce qui est fort probablement l’un des plus grands scandales de l’histoire française contemporaine.

Comme le montre le combat actuel de l’association Survie, la déclassification complète de ces archives est d’une importance capitale si l’on souhaite donner à la justice les moyens de véritablement faire son travail, même si beaucoup de documents accablants sont déjà disponibles.

Mais cette déclassification, outre le fait essentiel de permettre de rendre justice au million de victimes du génocide, revêt également une importance capitale pour l’humanité toute entière et sa sécurité future et présente. Car dans ces boites tenues secrètes se trouvent les pièces du sinistre puzzle qui peuvent permettre de retracer avec précision l’enchainement décisionnel de la responsabilité française dans cette tragédie. Il est fort peu probable que les dirigeants politiques et militaires français aient été animés d’une quelconque haine raciste et d’intentions génocidaires positives à l’égard des Tutsis, et plus que probable par ailleurs qu’ils aient eu une vision géostratégique qui, sur le papier du moins, devait avoir sa rationalité au plan conceptuel. Le problème est qu’on ne peut pas juger de l’action française sur cette seule vision conceptuelle a priori – comme se bornent à le faire les membres du camp du déni et du roman national mitterrandien – mais sur les résultats concrets a posteriori des décisions concrètes de l’exécutif de l’époque en flagrante myopie stratégique.

Le procès retentissant d’Eichmann à Jérusalem en 1961 – ainsi que les célèbres expériences électriques de Milgram sur la soumission à l’autorité qui furent inspirées par la chronique judiciaire controversée d’Hannah Arendt de ce procès – nous ont laissé comme grille de lecture dominante celle du tueur-bureaucrate : dépourvu de réflexion propre, obéissant mécaniquement aux ordres venus d’en haut dans une méga-machine dont il n’est qu’un rouage, pris dans ce cas qu’Hannah Arendt a appelé avec esprit, à défaut de rigueur scientifique, la « banalité du mal. »

Néanmoins des travaux biographiques plus récents, comme ceux sur Eichmann par David Cesarani, ou historiographiques, comme la monumentale étude « Des hommes ordinaires » de Christopher Browning, ont très largement remis en question cette thèse de la banalité du mal d’un tueur-bureaucrate dépourvu de pensée et aseptisé.  A l’évidence, le continuum génocidaire du Rwanda – entre les couloirs monarchiques et hors-sol de l’Elysée et les millions de citoyens ordinaires rwandais bourreaux volontaires de leurs concitoyens et voisins – apporte un nouveau et cruel démenti à la théorie réductrice arendtienne et suscite de nouveaux questionnements pour l’instant dangereusement sans réponse.

Comment ces hommes, pas plus d’une vingtaine au sommet de l’Etat, ont-ils pu rationaliser et légitimer à leurs propres yeux des décisions allant à l’encontre de la réalité de faits génocidaires ? Quels éléments de langage et quelles représentations idéologiques du monde ont rendus possibles ces décalages et l’incapacité de reconnaître la nature manifestement génocidaire des actions de ce gouvernement dit « légitime et allié » ? Par quels cheminements intellectuels le contexte de guerre a permis de légitimer, ou de ne pas percevoir, des actions génocidaires de masse face à des civils estampillés et déshumanisés comme « ennemis » qui ne représentaient pourtant aucune menace militaire ? Comment peut-on expliquer, comme c’est d’ailleurs souvent le cas dans les grandes catastrophes, que les signalements sans ambigüité des risques génocidaires dès 1990 (de la DGSE, de l’ambassade, des associatifs) aient pu être à ce point ignorés ? Quel rôle la personnalité de François Mitterrand – un homme qui devait avoir le plus grand mal à reconnaître ses erreurs et à tolérer les contradictions – a joué dans ce désastreux dysfonctionnement institutionnel ? Comment l’absence de contrôles et de contre-pouvoirs ont contribué au désastre ? Des militaires français ont-ils exercé leur droit de retrait pour désobéir à des ordres déshonorants pour l’armée, et si oui quelles en furent les conséquences pour eux ? En quoi, enfin, le soutien officiel inconditionnel d’un pays prestigieux comme la France a-t-il pu renforcer la légitimité des discours exterminateurs localement ?

Si, pour reprendre les termes de Christopher Browning, il est peu probable que ces archives secrètes puissent un jour servir comme il se doit la justice, il demeure capital pour la sécurité présente et future de l’humanité qu’elles servent au plus vite le travail des chercheurs. Car tant que nous serons dans l’incompréhension des mécanismes et du degré de responsabilité de la France dans le génocide des Tutsis, c’est l’humanité toute entière qui restera sous l’épée de Damoclès d’un avertissement à peine paraphrasé de Primo Lévi : « C’est arrivé au Rwanda mais aussi en France, cela peut donc arriver de nouveau : tel est le noyau de ce que nous avons à dire. Cela peut se passer, et partout. Qui sera le prochain ? Ou plutôt : qui est peut-être déjà le prochain ? »

Les négationnistes font, dans tout génocide, immanquablement partie du paysage. Et le génocide des Tutsis du Rwanda ne fait pas exception, d’autant que ce génocide est moins bien institutionnalisé et juridiquement protégé que la Shoah. En conséquence de quoi il permet la libre et créative expression des plus grands imaginaires complotistes, avec vous pour obsession récurrente le tout puissant Paul Kagame, actuel président du Rwanda, qui tirerait à des fins personnelles les ficelles d’un complot mondial qui se cacherait derrière cette exigence de vérité : diversion négationniste à la rhétorique scabreuse puisque la question qui nous occupe n’est pas de porter un jugement, bon ou mauvais, sur Paul Kagame et son régime (c’est totalement hors-sujet) mais de comprendre les tenants et les aboutissants d’une responsabilité française qu’on ne peut pas nier – on peut seulement discuter de son degré, mais en aucun cas de son existence – dans un génocide qu’on ne peut pas non plus nier. De manière certainement moins malveillante les défenseurs du roman national français, roman par construction nécessairement impeccable, avancent quant à eux des thèses ou des contre-arguments peut-être plus recevables pour minimiser, voire complètement dédouaner, la France de ses responsabilités : il est toutefois à noter que ces discours sont pour l’essentiel des redites des discours conceptuels de légitimation a priori de l’action mitterrandienne mais qui font curieusement abstraction de la réalité a posteriori du génocide perpétré par ce gouvernement rwandais prétendument « légitime et allié. »

Mais on pourra tout autant se demander si le terme même de « complicité » employé, à tort ou à raison, par les associatifs ne s’avère pas finalement contre-productif. « Responsabilité » – dont le degré et les mécanismes restent à préciser – c’est une chose qui ne fait plus aucun doute ; en revanche parler de « complicité » en est une toute autre qui suggère une intention génocidaire positive à l’Elysée ce qui reste très largement encore à établir. Evidemment ces considérations sémantiques feront peut-être une belle jambe au million de victimes et à leurs proches, car « responsabilité » ou « complicité » le résultat final fut le même. Il faut néanmoins, en dépit de ce que atrocités ont d’absolument révoltantes, se garder de diabolisations hâtives qui pourraient non seulement fausser et bloquer le débat démocratique mais aussi perturber le travail minutieux et dépassionné qui doit être celui des juges et des chercheurs. Peu avant sa mise à mort par les nazis, l’historien français Marc Bloch écrivait : « un mot, pour tout dire, domine et illumine nos études : « comprendre » » : c’est exactement avec cette exigence intellectuelle que ce drame doit être résolument pensé, et repensé au regard du rôle exact qui fut celui du gouvernement français, loin des controverses stériles et des passions tristes des idéologues tant de la repentance que du roman national d’Epinal.

Indépendamment des sensibilités et des présupposés idéologiques inévitables de chacun, il est au moins un point sur lequel tous les hommes et toutes les femmes de bonne volonté, attachés aux principes de justice et de vérité historique, peuvent se retrouver : seule la déclassification pleine et entière des archives sur le Rwanda permettra de faire toute la lumière sur le rôle de la France dans cette tragédie et de permettre à toutes les parties intéressées de bien faire leur métier. Un travail qui, vu l’importance sécuritaire du sujet pour l’humanité toute entière en ces temps lourds de menaces, peut difficilement attendre les 60 ans réglementaires. Et c’est précisément dans ce courage de la transparence que réside le véritable honneur républicain, et qui constitue en définitive aujourd’hui la très actuelle responsabilité française dans le génocide des Tutsis du Rwanda.

François Serrano

www.rfi.fr

Publié le 16-02-2018

Rwanda, dont elle repartira le 18 février. Au mois de janvier, l’ancien président français Nicolas Sarkozy s’était déjà rendu dans le pays lors d’une visite axée sur les affaires. Même si le programme de la ministre est tourné essentiellement vers le sport, on peut y voir un début de réchauffement des relations diplomatiques.

La ministre française des Sports Laura Flessel rencontre ce 16 février au matin son homologue rwandaise Julienne Uwacu. Elles s’entretiendront notamment du développement du cyclisme au Rwanda, du sport à l’école ainsi que du sport féminin.

Les deux ministres inaugureront ensuite le premier City Stade du pays. Elles participeront également au départ du Championnat africain de cyclisme sur route samedi le 17 février.

Cette visite de la ministre Laura Flessel « s’inscrit dans le cadre des orientations fixées par le président de la République dans son discours de Ouagadougou », précise une note à la presse.

Première visite d’un officiel français depuis Sarkozy en 2010

Cette visite intervient quelques semaines après la clôture de l’enquête à Paris sur l’attentat contre l’avion du président rwandais Juvénal Habyarimana, le 6 avril 1994, point de départ du génocide des Tutsis qui avait fait 800  000 morts en trois mois.

Il s’agit de la première visite d’un officiel français en fonction depuis 2010, quand le président français Nicolas Sarkozy avait rendu visite à son homologue rwandais, Paul Kagame, une première depuis 1994. S’il ne s’agit pas d’une rencontre au sommet de l’Etat, cette visite de Laura Flessel représente tout de même un premier petit pas vers un rapprochement diplomatique.

2. RAPPELER AU PRÉSIDENT FRANÇAIS EMMANUEL MACRON, QUE NOUS NE VOUS PERMETTRONS PAS DE COUVRIR LA RESPONSABILITÉ DE LA FRANCE DANS LE GÉNOCIDE RWANDAIS DE 1994, SUR LE DOS DU CONTINENT AFRICAIN! QUOI QUE VOUS FASSIEZ POUR PLAIRE AU CRIMINEL DE GUERRE PAUL KAKAME ET L’EMPÊCHER DE DIVULGUER LA RESPONSABILITÉ DE LA FRANCE DANS LE GÉNOCIDE RWANDAIS. NOUS SERONS PRÉSENTS POUR RAPPELER LE DROIT ET SAUVER L’HONNEUR DE L’AFRIQUE OU VOUS NE PARVIENDREZ JAMAIS A IMPOSER LE CRIMINEL DE GUERRE PAUL KAGAME, COMME UNE RÉFÉRENCE, UN REPRÉSENTANT DE L’AFRIQUE DANS LE MONDE: EN EFFET NOUS TRAVAILLONS A DIVULGUER NOUS MÊMES LES RESPONSABILITÉS DE LA FRANCE DANS LE GÉNOCIDE RWANDAIS

PaulKagamé-EmmanuelMacron LE CRIMINEL DE GUERRE PAUL KAGAME ET EMMANUEL MACRON



EMPÊCHER L’ÉCHEC PROGRAMMÉ DE L’AFRIQUE PAR DONALD TRUMP ET CEUX DES OCCIDENTAUX QUI CHOISISSENT POUR HUMILIER L’AFRIQUE LES DIRIGEANTS LES PLUS NULS QUI NE SONT QUE DES BRUTES SIMPLEMENT APTES A TUER: LES DIRIGEANTS LES PLUS ABJECTS, LES PLUS SANGUINAIRES POUR REPRÉSENTANT LE CONTINENT AU PLUS HAUT SOMMET ET QUI NE PEUVENT QUE RABAISSER LA RÉPUTATION DE L’AFRIQUE;ET BIEN ENTENDU EN AFRIQUE SEULS SOUTIENNENT PAUL KAGAME LES DIRIGEANTS ASSASSINS COMME LUI QUI SE SERRENT LES COUDES POUR QUE LA COUR PÉNALE INTERNATIONALE NE PUISSE JAMAIS LES JUGER. …

SOLLICITER UNE AUDIENCE AUPRÈS DU PRÉSIDENT DE LA R. D. CONGO; SON EXCELLENCE MONSIEUR JOSEPH KABILA,  p.joseph.kabilaDONT LA PATRIE A PERDU PLUS DE CINQ MILLIONS DE VIES HUMAINES ASSASSINÉES PAR PAUL KAGAME ENTRE 1998 ET 2018;AFIN DE METTRE EN PLACE UN PLAN D’ACTION POUR NEUTRALISER   P.KagaméLE CRIMINEL DE GUERRE PAUL KAGAME; ET EMPÊCHER L’ÉCHEC PROGRAMMÉ DE L’AFRIQUE PAR DONALD TRUMPDonaldTrumpTortionnaire en Arabie Saoudite  ET CEUX DES OCCIDENTAUX QUI CHOISISSENT POUR HUMILIER L’AFRIQUE LES DIRIGEANTS LES PLUS NULS QUI NE SONT QUE DES BRUTES SIMPLEMENT APTES A TUER: LES DIRIGEANTS LES PLUS ABJECTS,  LES PLUS  SANGUINAIRES POUR REPRÉSENTANT LE CONTINENT AU PLUS HAUT SOMMET ET QUI NE PEUVENT QUE RABAISSER LA RÉPUTATION DE L’AFRIQUE;ET BIEN ENTENDU EN AFRIQUE SEULS SOUTIENNENT PAUL KAGAME LES DIRIGEANTS ASSASSINS COMME LUI QUI SE SERRENT LES COUDES POUR QUE LA COUR PÉNALE INTERNATIONALE NE PUISSE JAMAIS LES JUGER. MAIS C’EST PEINE PERDUE; CAR NOUS LES AFRICAINS PATRIOTES NOUS NE RESTERONS PAS LES BRAS CROISÉS A  REGARDER PAUL KAGAME ET SON DOCUMENT NUL « TAXE KAGAME » ACHEVER DE RUINER L’AFRIQUE ALORS QUE AVONS FAIT UN TRAVAIL BÉNÉFIQUE A L’AFRIQUE ET QUE SONT LES S.D.A. ET QUI N’ATTENDENT QUE D’ÊTRE APPLIQUÉES.

→ EXCELLENCE. MONSIEUR LE PRÉSIDENT JOSEPH KABILA, NOUS NE POUVONS PAS RESTER LES BRAS CROISÉS DEVANT CE COMPLOT POUR ANEANTIR L’AFRIQU: CEST POURQUOI J’AI MIS EN PLACE UN PLAN D’ACTION POUR LA GLOIRE POUR LA GLOIRE DE L’AFRQUE; ET QUE NOUS PUBLIERONT LORS DE NOTRE DÉCLARATION CONJOINTE A LA PRESSE

Madame Ndèye Khady Ba

 



12

actualité et infos décortiq... |
Le chat à neuf queues |
Blog de Jean-Louis Simon |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | ATTAC Burkina Faso
| Les délibérations du Consei...
| Gouvernance territoriale, d...