APPELER LE PEUPLE DE L’ARABIE SAOUDITE A SE MOBILISER POUR METTRE UN TERME A LA DICTATURE DE LA MONARCHIE DES AL SAOUD, CAR NON SEULEMENT ILS VIOLENT LES RÈGLES DE L’ISLAM (CF LEURS ALLIANCES AVEC LES CRIMINELS ISRAÉLIENS QUI PERSÉCUTENT LES MUSULMANS PALESTINIENS) , MAIS ILS IMPOSENT CES VIOLATIONS DU SAINT CORAN A TOUT LE PEUPLE SAOUDIEN QUI NE LES A PAS CHOISIES; → C’EST POURQUOI NOUS DEMANDONS LA DÉMOCRATIE DANS CE PAYS, AFIN QUE LES CITOYENS A QUI APPARTIENNENT CE PAYS PUISSENT CHOISIR DÉMOCRATIQUEMENT LA POLITIQUE INTÉRIEURE ET EXTÉRIEURE DE LEUR PAYS; …

APPELER LE PEUPLE DE L’ARABIE SAOUDITE A SE MOBILISER POUR METTRE UN TERME A LA DICTATURE DE LA MONARCHIE DES AL SAOUD, CAR NON SEULEMENT ILS VIOLENT LES RÈGLES DE L’ISLAM (CF LEURS ALLIANCES AVEC LES CRIMINELS ISRAÉLIENS QUI PERSÉCUTENT LES MUSULMANS PALESTINIENS) , MAIS ILS IMPOSENT CES VIOLATIONS DU SAINT CORAN A TOUT LE PEUPLE SAOUDIEN QUI NE LES A PAS CHOISIES;

→ C’EST POURQUOI NOUS DEMANDONS LA DÉMOCRATIE DANS CE PAYS, AFIN QUE LES CITOYENS A QUI APPARTIENNENT CE PAYS PUISSENT CHOISIR DÉMOCRATIQUEMENT LA POLITIQUE INTÉRIEURE ET EXTÉRIEURE DE LEUR PAYS;

→ C’EST POURQUOI NOUS PROPOSONS LE NOM DE RÉPUBLIQUE ISLAMIQUE DU HEDJAZ POUR REMPLACER LE NOM DE L’ARABIE SAOUDITE. 

https://www.universalis.fr/encyclopedie/hedjaz-hijaz/

HEDJAZ ou HIJAZ

Région d’Arabie Saoudite, le Hedjaz est formé par le rebord montagneux qui domine la mer Rouge entre 27 et 24 degrés de latitude nord environ. En arabe hijaz signifie barrière ; en effet, au-dessus de la Tihama, plaine côtière située en bordure de la mer Rouge, le rebord du socle arabique se dresse en une série de gradins faillés : au nord, cette barrière montagneuse située entre 1 000 et 1 500 mètres d’altitude et culminant vers 2 300 mètres prend le nom de Midian, ou Madian. Le nom de Hedjaz est réservé à la partie centrale : la plaine côtière y est plus large, l’obstacle montagneux est moins élevé, le versant intérieur s’inclinant doucement vers le centre de l’Arabie est découpé par des failles longitudinales en fossés partiellement comblés par des dépôts volcaniques. Ainsi le Hedjaz apparaît comme une zone de carrefour sur une route est-ouest (du golfe Persique à la mer Rouge) et sur une route nord-sud (du Yémen à la Syrie). Cela a permis le développement de villes prospères, malgré les médiocres conditions climatiques (entre 100 et 130 mm de précipitations annuelles) qui limitent les possibilités agricoles et en font essentiellement un pays de nomadisme pastoral (chameaux et moutons). Il existe quelques oasis avec des palmiers dattiers.

Le Hedjaz abrite les grandes villes saintes de l’islam, Médine et La Mecque, où affluent chaque année plusieurs centaines de milliers de pèlerins. Il fut le centre de la révolte arabe contre la domination ottomane et devint un royaume indépendant de 1916 à 1926, dirigé par Hussein, chérif de La Mecque puis roi du Hedjaz en 1924, jusqu’à ce qu’Ibn Saoud s’en empare en 1926 et l’intègre au royaume d’Arabie Saoudite en 1932.

—  Jean-Marc PROST-TOURNIER

NB: NOUS AVONS TOUS CONSTATÉ AVEC CONSTERNATION LA PARESSE INTELLECTUELLE ET LA CORRUPTION QUI GANGRÈNENT LES DIRIGEANTS DE L’ARABIE SAOUDITE, QUI NON SEULEMENT VIOLENT LES RÈGLES DU SAINT CORAN MAIS VEULENT ENDOSSER LE MANTEAU DE GARDIEN DES DEUX SAINTES MOSQUÉES ET FAIRE CROIRE AU MONDE QUE L’ISLAM EST LE REFLET DE LEURS POLITIQUES SORDIDES. NOUS AVONS TOUS NOTÉ LE MANQUE DE RESPECT DU SAINT CORAN ET L’IRRESPONSABILITÉ DE MOUHAMMED BEN SALMAN  S’ALLIANT AUX CRIMINELS ISRAÉLIENS, L’INCONSISTANCE ET L’INCOMPÉTENCE FLAGRANTE DE MOHAMMED BEN SALMAN A SE DÉBARRASSER D’UNE POIGNÉE DE REBELLES HOUTHIS EN PROVOQUANT LA PIRE CRISE HUMANITAIRE DU MONDE AU YÉMEN; NOUS AVONS TOUS OBSERVÉ QUE SON PROJET « VISON 2030″ N’INTÈGRE MÊME PAS D’ASSURER LA SÉCURITÉ D’UN GÉANT  COMME L’ARABIE SAOUDITE EN EN FAISANT UNE PUISSANCE NUCLÉAIRE!

mbspoutine

→DU RESTE JAMAIS LE PEUPLE SAOUDIEN N’ACCEPTERA QUE MOUHAMMED BEN SALMAN UN INCOMPÉTENT NOTOIRE, NOMMÉ PRINCE HÉRITIER PAR COMPLOT POUR SUPPLANTER LE PRINCE HÉRITIER MOUHAMMED BEN NAYEF RÈGNE CINQUANTE ANNÉES SUR EUX!

http://www.lapresse.ca/

Publié le 11 mars 2017

1camp-deplaces-dharawan-presSur la photo, un camp de déplacés à Dharawan, près de Sanaa, au Yémen

L’ONU décrète la «pire crise humanitaire» des dernières décennies

 

Les Nations Unies ont averti que la planète était confrontée à la « pire crise humanitaire depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale », avec un risque de malnutrition et de famine pour 20 millions d’habitants de trois pays d’Afrique et au Yémen.

 

Somalie, Soudan du Sud, Nigeria et Yémen, tous en proie à des conflits armés, sont les pays cités dans la déclaration faite vendredi devant le Conseil de sécurité par le Secrétaire général adjoint aux affaires humanitaires et Coordonnateur des secours d’urgence de l’ONU, Stephen O’Brien.

Le responsable qui s’est rendu au début du mois au Yémen, au Soudan du Sud et en Somalie, a lancé un appel à une mobilisation urgente, réclamant 4,4 milliards de dollars à la communauté internationale d’ici juillet pour « éviter une catastrophe ».

« Les Nations Unies lancent un avertissement, le monde fait face à sa pire crise humanitaire depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale, avec plus de 20 millions de gens confrontés à la faim et à la famine dans quatre pays », a-t-il déclaré.

« Sinon, on peut prédire que beaucoup de gens vont mourir de faim, perdre leurs moyens de subsistance et voir annulés les acquis politiques durement gagnés au cours des dernières années », a ajouté M. O’Brien.

« Sans des efforts collectifs et coordonnés à l’échelle mondiale, des gens vont tout simplement mourir de faim. Beaucoup d’autres vont souffrir et mourir de maladie. Des enfants vont être retardés [dans leur développement] et manqueront l’école. Des moyens d’existence, des avenirs et des espoirs seront perdus », a averti le secrétaire général adjoint.

Le Yémen, a-t-il souligné, est actuellement le théâtre de la « pire crise humanitaire au monde ». Deux tiers de sa population – 18,8 millions de personnes – ont besoin d’assistance et plus de sept millions « ignorent d’où proviendra leur prochain repas », a-t-il dit en faisant état de déplacements massifs de populations, déracinées par les combats entre forces gouvernementales et houthistes.

Le conflit a déjà fait plus de 7400 morts et 40 000 blessés depuis mars 2015, selon l’ONU.

De récents accords entre les belligérants ont permis l’acheminement d’une aide alimentaire à 4,9 millions de personnes le mois dernier. « Pourtant, toutes les parties au conflit refusent arbitrairement un accès durable aux humanitaires et instrumentalisent l’aide à des fins politiques », a déclaré M. O’Brien.

Il a estimé que 2,1 milliards de dollars étaient nécessaires pour aider 12 millions de gens et annoncé qu’une conférence au niveau ministériel aurait lieu le 25 avril à Genève en présence du secrétaire général de l’ONU Antonio Guterres pour lever des fonds.

« Plus rien pour survivre »

Au Soudan du Sud, M. O’Brien a dit avoir trouvé « la situation pire que jamais », en raison de la guerre civile qui ravage le pays depuis décembre 2013.

Les parties du conflit sont responsables de la famine, a-t-il accusé.

Plus de 7,5 millions de personnes ont besoin d’aide, soit 1,4 million de plus que l’an dernier, dans ce pays qui compte 3,4 millions de déplacés.

En Somalie, c’est plus de la moitié de la population - 6,2 millions d’habitants – qui a besoin d’aide et de protection, dont 2,9 millions menacés par la famine.

Près d’un million d’enfants de moins de 5 ans souffriront cette année de grave malnutrition, a-t-il dit, dans ce pays plongé depuis près de trois décennies dans le chaos et la violence entretenus par des milices claniques, des gangs criminels et l’insurrection des islamistes shebab.

« Ce que j’ai vu et entendu lors de ma visite en Somalie était bouleversant – des femmes et enfants marchent des semaines à la recherche de nourriture et d’eau ».

« Ils ont perdu leur bétail, les sources d’eau potable se sont asséchées et il ne leur reste plus rien pour vivre », a-t-il noté, ajoutant qu’on assistait à un vaste mouvement de population vers les centres urbains.

Enfin, dans le nord-est du Nigeria, théâtre de l’insurrection des islamistes de Boko Haram depuis 2009, frappé par le changement climatique et victime de la mauvaise gouvernance, plus de 10 millions de personnes ont besoin d’une aide humanitaire, dont 7,1 millions sont « confrontées à une grave précarité alimentaire », a dit M. O’Brien.

Lors de la Conférence d’Oslo sur le Nigeria et le bassin du lac Tchad le mois dernier, des contributions à hauteur de 672 millions de dollars ont été annoncées, en deçà de l’appel, fixé à 1,5 milliard de dollars.



Laisser un commentaire

actualité et infos décortiq... |
Le chat à neuf queues |
Blog de Jean-Louis Simon |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | ATTAC Burkina Faso
| Les délibérations du Consei...
| Gouvernance territoriale, d...